Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Développer la coopération avec la société civile des pays du Partenariat oriental et de la Russie

Soutenir des projets culturels et éducatifs

Soutenir des projets culturels et éducatifs, © Potsdam Media International e.V.

23.09.2019 - Article

Le programme de développement de la coopération avec la société civile des pays du Partenariat oriental et de la Russie permet aux organisations de la société civile et aux citoyennes et citoyens de soutenir les processus de transformation en cours dans la région.

Le gouvernement fédéral subventionne les mesures qui, dans le cadre de la coopération de la société civile allemande avec les sociétés civiles des pays du Partenariat oriental et de la Russie, visent à soutenir globalement les processus de transformation et d’intégration internes nécessaires. Cela englobe tout l’éventail des projets culturels et éducatifs (notamment médias, sciences, éducation – formation professionnelle comprise –, culture, langues et activités en faveur de la jeunesse).

Le gouvernement fédéral souhaite utiliser les instruments de la politique culturelle et éducative à l’étranger pour permettre, en dehors de la sphère politique et par-delà les frontières nationales, un dialogue et une entente sur les rêves et les traumatismes des peuples, leur passé conflictuel, mais aussi les espoirs qu’ils placent dans le développement et le progrès sociétal et social. Or cela ne peut se faire qu’en donnant au plus grand nombre possible d’acteurs engagés, venant aussi bien des zones rurales que des centres urbains, les moyens de renforcer la cohésion sociale et la mise en place de structures de la société civile, d’aider à établir un ordre fondamental libéral, démocratique et pluraliste, et ainsi de garantir à l’avenir la coexistence pacifique des peuples en Europe. Le ministère fédéral des Affaires étrangères disposera vraisemblablement de nouveaux fonds à ce titre dans le budget 2020.

Les projets de coopération des sociétés civiles peuvent être subventionnés s’ils sont ralisés en Allemagne, en Russie ou dans les pays du Partenariat oriental. Les pays du Partenariat oriental sont l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Bélarus, la Géorgie, la République de Moldova et l’Ukraine. Les participants bénéficiant d’un soutien doivent être établis dans l’un des pays du Partenariat oriental, en Russie, en Allemagne, en Pologne ou en France.

Les mesures visant à établir ou développer des structures permanentes de coopération au niveau de la société civile entre les acteurs d’Allemagne et des pays du Partenariat oriental ou de la Russie peuvent donc être subventionnées. Les projets devraient en outre être adaptés aux contextes des pays ou des régions respectifs et, sur cette toile de fond, traiter de sujets pertinents. Les projets doivent par ailleurs
 atteindre le plus grand nombre possible d’acteurs de la société civile (notamment par le biais de multiplicateurs) et poursuivre l’un des autres objectifs suivants :

  1. « Renforcer le pluralisme » – établir et développer la diversité de l’information, des opinions et des médias

    Cet objectif concerne les projets médiatiques. L’idée du pluralisme est un élément clé constitutif des démocraties modernes, la légitimité de ces dernières résidant avant tout dans la reconnaissance et le respect de la diversité des opinions, des intérêts et des objectifs au sein de la société. Des subventions sont donc accordées pour les projets destinés à établir ou développer un paysage médiatique pluraliste. Sont pris en considération en priorité les projets destinés à assurer la résilience des sociétés contre les informations non fiables ou fausses grâce au renforcement et à la qualification des acteurs médiatiques ainsi qu’un meilleur accès aux offres médiatiques (locales) pluralistes et de qualité.
    Les mesures appropriées sont par exemple la formation et le perfectionnement des journalistes, blogueurs et autres acteurs du monde des médias dans les pays mentionnés ainsi que des programmes de stage pour journalistes en Allemagne. Les projets visant à renforcer les compétences des médias, par exemple sous forme de mesures appropriées dans les écoles et les universités ou dans le domaine de l’éducation politique, peuvent également être subventionnés.

  2. « Encourager le débat de valeurs » – renforcer les valeurs par le truchement du dialogue avec la société civile et grâce aux actions culturelles

    Ce sont avant tout les projets d’échange et les projets culturels qui peuvent être subventionnés dans le cadre de cet objectif. Un dialogue franc sur les points communs mais aussi sur les différences est à la base des processus d’intégration internes et des partenariats nationaux. Or ce dialogue a toujours lieu lorsque les hommes se rencontrent, échangent et coopèrent. En période de tensions politiques, l’échange sur les fondamentaux que sont le respect des droits de l’homme, la légalité de l’administration, l’indépendance de la justice, le droit de la personne à la vie et au libre épanouissement, ainsi que le principe de la décision majoritaire, est de la plus haute importance.
    Les mesures destinées à transmettre et renforcer ces fondamentaux dans le cadre des échanges au sein de la société civile ou des actions culturelles peuvent donc également être subventionnées. Celles visant à faciliter le dialogue et les rencontres entre les groupes de la société civile, ainsi qu’un grand nombre de formats issus de tous les domaines de la vie culturelle et essentiellement destinés à transmettre ces valeurs, entrent en ligne de compte.

  3. « Donner des perspectives d’avenir » – actions de formation et de perfectionnement universitaires, professionnelles et sociopolitiques

    Il s’agit ici en premier lieu des projets de formation et de perfectionnement (renforcement des capacités ou « Capacity Building »). Tout le monde, et surtout la jeunesse, a fondamentalement besoin de perspectives d’avenir économique, sociétal et social, ainsi que de possibilités de développement et d’épanouissement pour soi-même et son environnement. C’est ce qui motive tout engagement sociétal, politique et social pour son propre pays. La formation et le perfectionnement sont en ce sens le socle sur lequel chacun construit ses perspectives d’avenir et ses rêves tout personnels.
    Les actions de formation et de perfectionnement universitaires, professionnelles et sociopolitiques peuvent donc bénéficier de subventions, y compris sous forme de bourses. Les jeunes constituent en priorité le groupe cible, mais sans être pour autant les seuls destinataires.
  4. « Promouvoir le dialogue et la compréhension » – rétablir la confiance perdue à la suite des conflits territoriaux

    L’accent est mis ici sur les mesures visant à rétablir la confiance nécessaire, en dehors de la sphère politique, entre les sociétés affectées par des conflits territoriaux non résolus. Ces conflits et tensions dus à une narration historique différente dans la région ont également conduit à une profonde fracture dans et entre les sociétés civiles des différents pays. L’écart entre la perception de soi et celle d’autrui ainsi que les questions d’intégration des minorités jouent à cet égard un rôle particulier. En résultent une perte de confiance mutuelle, la naissance ou l’aggravation des préjugés et le manque de volonté de dialogue. Pour s’y opposer, il faut des hommes et des organisations qui s’efforcent de comprendre le point de vue de l’autre et de développer, à partir de là, une volonté de compromis.
    Il est donc possible d’obtenir une subvention pour les mesures de coopération entre les sociétés civiles utilisant les instruments du domaine culturel et éducatif pour rétablir la volonté de dialogue et l’entente entre les groupes affectés par les conflits territoriaux, et contribuer ainsi à restaurer la confiance perdue et à éliminer les préjugés.

En 2020, on célébrera le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale et de la libération des camps de concentration. Le gouvernement fédéral saisit cette occasion pour subventionner aussi des projets qui renforcent le dialogue sur la période 1939-1945 en général et sur les crimes du national-socialisme en particulier, qui soutiennent leur commémoration et qui contribuent ainsi au développement d’une culture mémorielle orientée vers l’avenir.

Programme du ministère fédéral des Affaires étrangères « Développement de la coopération avec la société civile des pays du Partenariat oriental et de la Russie » - Date limite de l'incription : 11 octobre 2019

Retour en haut de page