Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne à la tête du Conseil des États de la mer Baltique pendant un an

Parc éolien «Vikings» sur la mer Baltique avant Sassnitz

Parc éolien « Vikings » sur la mer Baltique avant Sassnitz, © picture alliance / Jens Koehler

01.07.2022 - Article

L’Allemagne a pris pour un an la présidence du Conseil des États de la mer Baltique le 1er juillet. Dans le contexte de la guerre de la Russie contre l’Ukraine, la coopération des États bordant la mer Baltique a encore gagné en importance.

L’Allemagne présidera le Conseil des États de la mer Baltique au cours des douze prochains mois. Il s’agit d’une organisation intergouvernementale qui comprend dix États membres ainsi que l’Union européenne.

Condamnation explicite de la guerre russe contre l’Ukraine

Présidence allemande du Conseil de la mer Baltique 2022-2023 (Logo)
Présidence allemande du Conseil de la mer Baltique 2022-2023 (Logo)© Ministère fédéral des Affaires étrangères (AA)

La guerre d’agression russe contre l’Ukraine représente également une rupture pour le Conseil des États de la mer Baltique. Quelques jours après le début de la guerre, les onze autres membres ont décidé de suspendre la Russie du conseil. La Russie a ensuite annoncé son retrait du conseil en mai dernier. Les États membres restants (Allemagne, Danemark, Estonie, Finlande, Islande, Lettonie, Lituanie, Norvège, Pologne, Suède) et l’Union européenne ont convenu le 25 mai, lors de leur rencontre au niveau des ministres des Affaires étrangères à Kristiansand en Norvège, de continuer d’utiliser le Conseil des États de la mer Baltique pour promouvoir la cohésion et la coopération dans la région.

L’Allemagne mise sur le développement de parcs éoliens dans l’espace de la Baltique

Fin mai, lors de la rencontre des ministres des Affaires étrangères à Kristiansand, la cheffe de la diplomatie allemande Annalena Baerbock a présenté les priorités de la présidence allemande : la promotion des parcs éoliens offshore, l’intensification des rencontres entre jeunes ainsi que l’élimination des munitions immergées dans la mer Baltique. Elle a souligné l’importance du développement des énergies renouvelables pour la sécurité de l’Europe : « La sortie des énergies fossiles n’est pas uniquement nécessaire sur le plan de la politique climatique, c’est également une obligation en termes de politique de sécurité. »

Promotion des parcs éoliens offshore en mer Baltique

Conseil de la mer Baltique à Kristiansand : Annalena Baerbock avec la ministre norvégienne des Affaires étrangères Annikan Huitfeld et le ministre lituanien des Affaires étrangères Gabrielius Landsbergis
Conseil de la mer Baltique à Kristiansand : Annalena Baerbock avec la ministre norvégienne des Affaires étrangères Annikan Huitfeld et le ministre lituanien des Affaires étrangères Gabrielius Landsbergis© ©picture alliance / photothek

Les membres du Conseil des États de la mer Baltique partagent l’objectif de parvenir à la neutralité carbone au plus tard en 2050. L’espace de la Baltique offre de nombreuses ressources pour les énergies renouvelables, en particulier grâce aux parcs éoliens en mer. En étroite coopération avec les ministres de l’Énergie, nous souhaitons convenir avec les membres du Conseil des États de la mer Baltique de l’établissement d’un échange concernant la mise en œuvre de nos objectifs ambitieux en matière de parcs éoliens offshore et le lancement de coopérations concrètes.

Munitions immergées dans la mer Baltique

Une plus grande prise de conscience s’est dernièrement produite concernant le danger que représentent les munitions immergées dans la mer Baltique. Le fond de la mer Baltique est parsemé de quelque 400 000 tonnes d’engins explosifs conventionnels et d’environ 40 000 tonnes d’armes chimiques. Cela correspond plus ou moins au poids de 11 000 semi-remorques et représente une grave menace pour l’environnement et la vie marine. L’Allemagne souhaite recourir à la plateforme offerte par le Conseil des États de la mer Baltique pour adopter une lecture commune des conséquences et des défis engendrés par les munitions immergées. La coopération régionale sur ce sujet essentiel sera développée au cours de la présidence allemande.

Échanges et rencontres de jeunes

Nombre de sujets traités dans le cadre de la coopération des États de la mer Baltique se rapportent aux jeunes. L’Allemagne s’engagera donc au cours de sa présidence pour renforcer et développer les rencontres directes de jeunes issus de différents pays de l’espace de la Baltique. La présidence allemande cherchera à faire entendre la voix des jeunes en ce qui concerne les réponses à donner aux défis qui touchent la région. Il s’agit d’une question transversale qui touche l’ensemble des tâches du Conseil des États de la mer Baltique. Ce sujet est d’autant plus prioritaire pour la présidence allemande du Conseil des États de la mer Baltique dans le contexte de l’année européenne de la jeunesse qui se tient actuellement.

Autres thématiques pour la présidence allemande de douze mois

L’Allemagne soutiendra en outre activement le travail du Conseil des États de la mer Baltique dans les trois secteurs prioritaires de l’organisation, à savoir : l’identité régionale, la sécurité de la région ainsi que la durabilité et la puissance économique de la région. La ministre fédérale des Affaires étrangères Annalena Baerbock conviera ses homologues à une rencontre du Conseil des États de la mer Baltique en Allemagne au printemps 2023.

Vidéo

Retour en haut de page