Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Renforcer la politique culturelle : débat au Bundestag

Heiko Maas pendant le débat au Bundestag sur la politique culturelle et éducative à l’étranger

Heiko Maas pendant le débat au Bundestag sur la politique culturelle et éducative à l’étranger, © dpa

03.02.2020 - Article

La politique culturelle internationale établit un socle de coopération. Le Bundestag entend soutenir encore davantage la politique culturelle et éducative à l’étranger.

De l’Année de l’Allemagne aux États-Unis aux instituts culturels franco-allemands, en passant par des projets communs avec la société civile en Europe orientale, la politique culturelle internationale établit un socle de coopération.

Comment peut-on renforcer encore la politique culturelle extérieure ? Et comment peut-on l’adapter aux défis de notre temps ? Le Bundestag a débattu ces questions, ainsi que des futurs objectifs et priorités de la diplomatie culturelle.

Les priorités : Afrique, communication stratégique, prévention des crises

Le Bundestag appelle le gouvernement fédéral à fixer de nouvelles priorités. Il est notamment question d’approfondir par exemple la coopération dans le domaine culturel avec les pays d’Afrique et de développer le domaine de la communication stratégique. Il s’agit par ailleurs de mettre encore plus l’accent sur la contribution apportée par la politique culturelle et éducative à l’étranger à la prévention des crises et à la stabilisation. La culture peut jeter des ponts entre les sociétés et les renforcer de l’intérieur.

C’est également ce que le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas a souligné au cours du débat :

La compréhension et la tolérance au lieu du racisme et de l’antisémitisme, voilà la mission centrale de notre politique culturelle et éducative à l’étranger.

Des espaces de liberté pour l’art et les sciences

Il demeure essentiel pour la politique culturelle d’intervenir lorsque la démocratie et la liberté de la presse, de l’art et des sciences sont menacées. « Le meilleur remède est l’accès à la culture et l’éducation », estime M. Maas. La politique culturelle crée et protège en effet des espaces de liberté pour l’art, les sciences et la presse, par exemple via des initiatives en faveur des scientifiques et artistes menacés. Un nouveau programme devrait permettre aux défenseurs des droits de l’homme de séjourner temporairement pour des études en Allemagne.

L’accès à l’information joue également un rôle important, selon le chef de la diplomatie allemande :

À l’ère des armées de bots et des campagnes de désinformation, nous misons délibérément sur l’éducation et l’information à travers notre politique culturelle et éducative à l’étranger. Nous avons renforcé notre communication stratégique, par exemple concernant le thème des réfugiés et de la migration. Et nous plaidons plus activement que par le passé pour nos valeurs et pour l’ordre international, si important pour notre pays en particulier.

Renforcer les valeurs culturelles de l’Europe

À l’échelon européen également, la politique culturelle constitue un élément central de la coopération. « Renforcer l’Europe, cela signifie donc à l’heure actuelle avant tout renforcer les valeurs culturelles de l’Europe. C’est pourquoi nous considérons aujourd’hui l’accès à la culture et à l’éducation comme une mission européenne commune, une mission qui sera également importante pendant la présidence du Conseil de l’Union européenne », a conclu le ministre allemand.

Plus d’informations (en allemand) :

Discours du ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas au Bundestag allemand sur « La politique culturelle et éducative à l’étranger en mutation »

Retour en haut de page