Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Aide humanitaire en Syrie

Syrie, Idlib : un homme dans les décombres dans la zone industrielle après des raids aériens menés par le régime syrien et ses alliés dans la province d’Idlib

Syrie, Idlib : un homme dans les décombres dans la zone industrielle après des raids aériens menés par le régime syrien et ses alliés dans la province d’Idlib. Au moins neuf civils ont été tués le 15 janvier 2020 lors d’attaques aériennes dans le nord-ouest de la Syrie, © Anas Alkharboutli/dpa

05.02.2020 - Article

L’Allemagne apporte son soutien malgré les défis énormes.

Une nouvelle flambée de violence dans le Nord-Ouest syrien et la province d’Idlib

Au cours des semaines passées, les troupes du régime syrien et de ses alliés ont poursuivi leur offensive dans le sud-ouest de la zone de désescalade d’Idlib et également intensifié les combats au sol depuis le 24 janvier. La situation humanitaire déjà catastrophique dans la province d’Idlib s’est encore dramatiquement aggravée de ce fait. L’Allemagne a donc décidé de fournir 25 millions d’euros supplémentaires pour contribuer au règlement de la crise humanitaire dans la région.

De jeunes Syriens ont pris place avec tout ce qu’ils possèdent à l’arrière d’un camion lorsque les civils fuient Idlib et le sud du pays
De jeunes Syriens ont pris place avec tout ce qu’ils possèdent à l’arrière d’un camion lorsque les civils fuient Idlib et le sud du pays© Anas Alkharboutli/dpa

Le 26 janvier, le régime et ses alliés ont attaqué un hôpital à Sarjeh, et le 29 janvier à Ariha. Un autre hôpital de la ville, bénéficiant du soutien du ministère fédéral des Affaires étrangères, a dû être évacué en raison des attaques persistantes. Par ailleurs, un camp de réfugiés et un marché ont eux aussi été la cible d’attaques, des endroits où les civils se réfugient pour trouver une protection ou s’approvisionner. Ce sont uniquement quelques exemples des attaques ciblées contre la population d’Idlib. Ces attaques représentent une atteinte éclatante portée au droit international humanitaire.

La souffrance de la population augmente avec chaque jour où se produisent de telles attaques qui, souvent, ne font pas de distinction entre milices et civils. Comme le disait la chancelière fédérale pendant sa visite en Turquie la semaine dernière, le gouvernement fédéral est prêt à continuer d’apporter un soutien substantiel aux victimes des expulsions.

Ce que l’Allemagne fait et avec quels partenaires

Cette année, le gouvernement fédéral a dès maintenant débloqué près de 28 millions d’euros pour assurer la protection des civils et l’approvisionnement des personnes déplacées dans le nord-ouest de la Syrie, ce qui représente une augmentation de 25 millions d’euros. Ces fonds destinés aux mesures d’assistance humanitaire sont mis en œuvre par diverses organisations partenaires nationales et internationales.

Outre le soutien directement apporté aux organisations humanitaires, le Fonds humanitaire commun des Nations Unies basé à Gaziantep demeure un instrument important pour les mesures transfrontalières dans le nord-ouest de la Syrie. En 2019, l’Allemagne était le deuxième contributeur à ce fonds, après le Royaume-Uni, avec environ 27 millions d’euros.

Au total, le ministère fédéral des Affaires étrangères a fourni l’année dernière 302 millions d’euros au titre des actions humanitaires en Syrie, dont 156 millions d’euros pour le Programme alimentaire mondial (PAM) et 58 millions pour des mesures d’aide d’ONG dans le nord de la Syrie, notamment du Fonds humanitaire commun.

Les actions humanitaires soutenues par le gouvernement fédéral dans le nord-ouest de la Syrie se concentrent sur les secteurs suivants : approvisionnement alimentaire, santé, eau, besoins sanitaires ainsi que fourniture de biens humanitaires et d’abris. Il est prévu que les fonds qui viennent d’être alloués servent notamment à construire des abris d’urgence pour les déplacés qui fuient en direction de la frontière turco-syrienne pour échapper aux combats persistants.

Pour un terme à la violence et une solution politique négociée au sens de la résolution 2254

Après une attaque aérienne contre des cibles à Sarmine, en Syrie, une colonne de fumée de plusieurs mètres de haut s’élève dans le ciel
Après une attaque aérienne contre des cibles à Sarmine, en Syrie, une colonne de fumée de plusieurs mètres de haut s’élève dans le ciel© Anas Alkharboutli/dpa

Le gouvernement fédéral appelle à nouveau le régime syrien et ses soutiens à garantir la protection des civils et à se conformer au droit international humanitaire. Le gouvernement fédéral condamne avec la plus grande fermeté l’offensive militaire du régime et de ses alliés et exige un cessez-le-feu immédiat pour protéger la population civile, un cessez-le-feu qui soit digne de ce nom.

Le gouvernement fédéral continue de s’engager résolument pour une cessation non violente du conflit au sens de la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies, avec le soutien de l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la Syrie Geir Pedersen.

Retour en haut de page