Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Frank-Walter Steinmeier invite l’Europe et l’Afrique à coopérer

Frank-Walter Steinmeier est le premier président allemand à effectuer une visite officielle au Kenya depuis l‘indépendance du pays, en 1963. Il a été accueilli hier avec les honneurs militaires à Nairobi

Frank-Walter Steinmeier est le premier président allemand à effectuer une visite officielle au Kenya depuis l‘indépendance du pays, en 1963. Il a été accueilli hier avec les honneurs militaires à Nairobi, © dpa

25.02.2020 - Article

Le président allemand effectue cette semaine une visite au Kenya et au Soudan. À Nairobi, il a souligné le rôle stabilisateur du Kenya en Afrique de l’Est et le dynamisme des start-up.

« Nos continents, l’Afrique et l’Europe, sont voisins d’un point de vue géographique. Mais nous avons parfois du mal à saisir cette réalité sur le plan émotionnel ». En visite cette semaine en Afrique de l’Est, le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, a plaidé lors de son départ pour une coopération renforcée entre l’Europe et l’Afrique.

Face aux défis mondiaux comme celui du climat, « nous ne pouvons aller vers un bel avenir que si nous l’envisageons comme un avenir commun, et construit en commun », a-t-il dit, sur la base du respect, de la tolérance, de l’échange et de l’apprentissage réciproque.

Première étape au Kenya

Joignant les actes à la parole, M. Steinmeier s’est envolé dimanche soir pour Nairobi. Il a été accueilli lundi avec les honneurs militaires par le président kenyan, Uhuru Kenyatta. Bien que la République fédérale ait été le premier État à reconnaître l’indépendance du Kenya en 1963, il est le premier président allemand à y effectuer une visite officielle.

En tant que « nations clés dans leurs régions respectives », l’Allemagne et le Kenya sont des « partenaires naturels face aux défis du futurs », a-t-il souligné. C’est le cas face au réchauffement climatique, un problème mondial.

Mais l’Allemagne souhaite aussi encourager le rôle de stabilisation joué par Nairobi en Afrique de l’Est, par exemple face au terrorisme ou dans l’accueil de réfugiés. Le Kenya héberge des centaines de milliers de réfugiés en provenance des pays voisins (Somalie, Soudan du Sud). M. Steinmeier visitera demain le principal camp de réfugiés du pays, à Kakuma.

Berlin souhaite aussi promouvoir la coopération économique. Le Kenya est son premier partenaire commercial en Afrique de l’Est. Frank-Walter Steinmeier y voit « des opportunités considérables » et il a encouragé les entreprises allemandes à y investir davantage.

Ces opportunités ont pour moteur la volonté du président Kenyatta de renforcer l’industrie et surtout le dynamisme des start-up kenyanes dans le secteur du numérique. Le produit intérieur brut (PIB) kenyan a crût de 5,7% l’an dernier.

La lutte contre la corruption, essentielle

M. Steinmeier a, par ailleurs, incité le gouvernement kenyan à poursuivre ses efforts pour lutter contre la corruption. Ce sont des réformes déterminantes que les investisseurs allemands appellent de leurs vœux, a-t-il rappelé. « Il est dans l’intérêt de nos deux pays que ce combat accomplisse des progrès significatifs ».

Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, (2e en partant de la droite) et son homologue kenyan, Uhuru Kenyatta (3e en partant de la droite) ont visité aujourd’hui le Kiambu Institute of Science and Technology (KIST)
Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, (2e en partant de la droite) et son homologue kenyan, Uhuru Kenyatta (3e en partant de la droite) ont visité aujourd’hui le Kiambu Institute of Science and Technology (KIST). L’Allemagne a débloqué une enveloppe de 5,5 millions d’euros pour créer 280 places d’apprentissage et 200 logements pour les apprentis dans ce centre de formation d’excellence© dpa

Ce mardi, M. Steinmeier s’est rendu aux côtés de M. Kenyatta dans un centre de formation d’excellence, l’Institut des Sciences et des Technologies de Kiambu (KIST). Le gouvernement allemand a débloqué une enveloppe de 5,5 millions d’euros pour y créer 280 places d’apprentissage et 200 logements étudiants.

Après avoir rencontré des représentants de la société civile kenyane hier, il devait également s’entretenir aujourd’hui avec des professionnels du numérique, échanger avec des défenseurs de l’environnement et visiter le parc national de Nairobi, situé en lisière de la capitale kenyane.

Le président allemand quittera jeudi Nairobi pour Khartoum, au Soudan. Il y soutiendra les efforts du gouvernement de transition d’Abdallah Hamdok pour bâtir une démocratie après la destitution d’Omar al-Bashir en 2019. Il pourrait annoncer un programme d’aide de 80 millions d’euros pour la formation, l’agriculture, l’énergie ainsi que la jeunesse et les femmes. Le Bundestag a approuvé il y a quelques jours la reprise de l’aide au développement bilatérale.

A.L.

Plus d’informations :

Présidence fédérale (en allemand)
Discours du président allemand, Frank-Walter Steinmeier, à Nairobi (en allemande ou en anglais)
Interview du président allemand, Frank-Walter Steinmeier, au quotidien kenyan « Daily Nation » (en allemand ou en anglais)

Retour en haut de page