Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Avancer dans le désarmement nucléaire : réunion à Berlin de l’Initiative de Stockholm

Réunion ministérielle dans le cadre de l’Initiative de Stockholm sur le désarmement

Réunion ministérielle dans le cadre de l’Initiative de Stockholm sur le désarmement, © Florian Gaertner/photothek.net

26.02.2020 - Article

Des représentantes et représentants de 16 pays, dont de nombreux ministres des Affaires étrangères, étaient réunis aujourd’hui à Berlin pour élaborer, dans le cadre de l’Initiative de Stockholm, des propositions concrètes en matière de désarmement nucléaire.

Leur objectif : sortir de l’impasse dans ce domaine et renforcer le Traité sur la non-prolifération.

Consolider le TNP

Comment peut-on renforcer le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et garantir l’ordre nucléaire ? C’est sur ces questions que se sont penchés aujourd’hui à Berlin les 16 ministres des Affaires étrangères réunis dans le cadre de l’Initiative de Stockholm, lancée l’année dernière par la Suède dans la ville du même nom. Cette initiative vise à donner de nouvelles impulsions concrètes dans le domaine du désarmement nucléaire et à jeter des ponts entre les États dotés d’armes nucléaires et ceux qui n’en possèdent pas.

Des recommandations concrètes et pratiques sont prévues pour renforcer le TNP : elles vont de la publication des stocks nucléaires à la réduction des arsenaux nucléaires en passant par le dialogue sur les doctrines militaires. Plus tard dans la semaine, le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas doit présenter les résultats de cette réunion au Conseil de sécurité des Nations Unies à New York.

Il a déclaré :

Nous voulons sortir de l’impasse en matière de désarmement nucléaire. Le Traité sur la non-prolifération est gravement menacé si nous n’investissons pas davantage de capital politique et n’assurons pas sa viabilité !

En effet, cette année marque le 50e anniversaire du TNP et ce dernier est aujourd’hui de plus en plus sous tension. Tout d’abord, cela fait des années que les États dotés d’armes nucléaires ne font pas assez de progrès pour produire des résultats tangibles en matière de désarmement. Par ailleurs, il y a le risque que de nouveaux États soient entrés ou puissent entrer en possession d’armes nucléaires. La Corée du Nord et l’Iran sont deux exemples actuels. La conférence d’examen du Traité sur la non-prolifération qui a lieu cette année constitue une étape importante pour l’avenir de l’architecture de contrôle des armements.

Engagement en faveur du TNP

Les États participant à l’Initiative de Stockholm sont prioritairement attachés au Traité sur la non-prolifération. Leur objectif à long terme est de parvenir à un monde sans armes nucléaires. Pour ces pays, il est donc clair que les engagements pris au titre du TNP restent valables et que la mise en œuvre du traité doit se poursuivre sur cette base. Débloquer la situation dans le domaine du désarmement nucléaire et créer une base solide pour l’avenir afin de maintenir durablement la paix et la sécurité, tel est l’enjeu.

Le TNP, socle du contrôle des armements nucléaires

Le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires forme la base de l’ordre nucléaire. Il repose sur trois piliers qui régissent tous les domaines importants de la technologie nucléaire : la non-prolifération, le désarmement et les usages pacifiques du nucléaire. Il y aurait aujourd’hui nettement plus de pays dotés d’armes nucléaires sans ce traité et sans lui, des programmes nucléaires connus ou cachés n’auraient pas pu être désamorcés.

Retour en haut de page