Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Aide pour la lutte contre le coronavirus dans les crises humanitaires

Aide humanitaire au Yémen

Aide humanitaire au Yémen, © MFD / Elyas Alwazir

30.04.2020 - Article

L’Allemagne soutient le plan de réponse humanitaire des Nations Unies et du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Le gouvernement fédéral a débloqué 300 millions d’euros pour les mesures visant à endiguer la pandémie du COVID-19 dans les situations d’urgence humanitaire. L’Allemagne a ainsi répondu aux appels de fonds des Nations Unies, à hauteur d’environ 2 milliards USD, et du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, à hauteur de 800 millions CHF, pour une période allant de mars à décembre 2020. Les fonds aideront à adopter les mesures humanitaires urgentes pour prévenir et endiguer les conséquences potentiellement catastrophiques de la pandémie du Covid-19 en particulier dans un contexte de crise. Il sera notamment possible de relever les défis logistiques de l’action humanitaire dans la lutte contre la pandémie, de soutenir les camps de réfugiés grâce aux tests, d’améliorer les soins de santé, les installations d’eau et équipements sanitaires.

Besoin urgent d’aide dans les contextes de crise

Les fonds supplémentaires sont destinés à assurer l’aide humanitaire et la protection des groupes particulièrement vulnérables. Car le COVID-19 présente un danger particulier en cas de crise humanitaire, surtout lorsque les populations doivent fuir ou sont déplacées. Les personnes sont souvent à l’étroit, souffrent de malnutrition ou sont sous-alimentées et risquent de tomber plus facilement malades après les épreuves subies. Les mesures de précaution comme la distanciation sociale ou les prescriptions sanitaires ne peuvent en outre guère être observées. À cela viennent s’ajouter des systèmes de santé faibles ou surchargés suivant le pays. Les organisations humanitaires mettent maintenant tout en œuvre pour se préparer à la pandémie dans les contextes de crise actuels.

Cela occasionne des frais supplémentaires importants. Il faut acheter des équipements de protection, mettre en place les mesures d’hygiène et préparer les camps de réfugiés et de déplacés à la pandémie, par exemple en prévoyant des unités d’isolement. Par ailleurs, les organisations humanitaires sont confrontées à des défis logistiques sans précédent en raison de la fermeture des frontières et des interruptions des chaînes de livraison. Le programme alimentaire mondial (PAM) habitué à gérer les crises constitue le pilier logistique des Nations Unies. Il travaille à plein régime pour permettre l’approvisionnement des populations en détresse malgré les restrictions dans le monde entier. 

Appel international à l’aide

Le premier plan global de réponse humanitaire des Nations Unies qui doit être mis en œuvre par les grandes organisations des Nations Unies et les organisations non gouvernementales couvre des besoins humanitaires urgents engendrés par la pandémie de COVID-19. C’est la première fois qu’un tel plan global est lancé et, selon les Nations Unies, les besoins ne vont pas tarder à augmenter. Il est donc crucial d’apporter rapidement une aide pour endiguer la propagation du virus à travers des mesures d’hygiène, des soins sanitaires, un travail d’information et pour assurer des soins aux malades.

Le système humanitaire doit rester opérationnel

La stratégie de longue date du gouvernement fédéral visant à renforcer le système humanitaire et ses instruments porte maintenant ses fruits. Le système humanitaire fonctionne, les organisations humanitaires restent opérationnelles malgré les restrictions dans le monde entier. L’Allemagne a systématiquement soutenu le système humanitaire international coordonné par les Nations Unies, par exemple en apportant des contributions vitales pour les organisations humanitaires et un soutien notable aux mécanismes de financement comme le Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) des Nations Unies ou les fonds de financement commun (CBPF).

Pour assurer sans complication les capacités d’action et de réaction du système humanitaire face à la crise du COVID-19, nous avons déjà envisagé ou décidé en avance de mettre à disposition 80 % (1,4 milliard euros) de nos fonds annuels (entre autres pour le PAM, le HCR, le CICR, le CERF, les CBPF). Dans le cadre des projets régionaux et des projets de fond, nous accordons aux ONG et aux organisations internationales une grande flexibilité quant à l’adoption/la réaffectation des mesures concernant le COVID-19. Le fait d’anticiper et d’être flexible permet aux partenaires humanitaires de disposer d’une grande marge de manœuvre et d’une sécurité essentielle pour leur planification. Ainsi, les mesures de COVID-19, telles que les campagnes d’information, les mesures de contrôle des infections ou les mesures dans les domaines des soins de santé, de la logistique, de l’eau et de l’hygiène peuvent être rapidement mises en œuvre.

En fournissant des fonds supplémentaires, l’Allemagne contribue à soutenir de manière substantielle la capacité d’action des organisations humanitaires à sauver des vies et à endiguer la propagation de la pandémie grâce à une aide rapide.


Retour en haut de page