Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Ne pas faiblir dans la lutte contre l’EI

Le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas et son homologue néerlandais Stef Blok participent à la visioconférence des ministres des Affaires étrangères de la coalition internationale de lutte contre l’organisation État islamique

Le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas et son homologue néerlandais Stef Blok participent à la visioconférence des ministres des Affaires étrangères de la coalition internationale de lutte contre l’organisation État islamique, © Thomas Koehler/photothek.net

08.06.2020 - Article

Au cours d’une conférence virtuelle, les ministres des Affaires étrangères membres du groupe restreint de la coalition internationale ont échangé sur la marche à suivre dans la lutte contre l’organisation terroriste en Syrie et en Iraq.

Au cœur de cette conférence : l’évolution de la situation en Iraq et en Syrie et la pandémie de Covid-19.

Iraq : le défi posé par la Covid-19

L’Iraq est l’un des pays du Moyen-Orient les plus durement touchés par la pandémie. Cela se répercute également sur le soutien apporté aux forces de sécurité iraquiennes par la coalition internationale et par l’OTAN ; il a fallu en partie réduire cet appui, voire l’interrompre temporairement, comme dans le domaine de la formation, en raison des mesures de précaution contre le coronavirus. L’EI a profité de cette situation pour multiplier les attentats ces derniers mois. Les responsables politiques se sont penchés sur l’organisation de la poursuite du travail de la coalition en dépit des restrictions dues à la Covid-19. Par ailleurs, leurs entretiens ont porté sur la coopération avec le nouveau gouvernement iraquien dirigé par le premier ministre Al-Kadhimi et sur l’organisation du soutien apporté, au plan militaire mais surtout civil, par la coalition internationale pour stabiliser le pays, en particulier les territoires libérés du joug de l’EI, et sur l’accompagnement des processus de réformes politiques et économiques.

Syrie : un processus politique toujours absent

En Syrie, une résolution politique du conflit sous la houlette des Nations Unies à Genève est indispensable pour vaincre durablement l’EI et pacifier le pays. L’Allemagne soutient activement les efforts de l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies. Créé en octobre 2019 par les Nations Unies, le Comité constitutionnel se heurte à nouveau à des difficultés en raison de l’obstruction du régime syrien. Et même si l’EI ne contrôle plus aucun territoire, l’organisation terroriste reste présente en arrière-plan et demeure active sous forme d’attentats. La coalition poursuit son action contre l’EI, en menant notamment des raids aériens. L’Allemagne soutient les Syriens dans les régions libérées de l’emprise de l’EI afin d’empêcher une remontée en force des terroristes et de donner des perspectives d’avenir. Il s’agit en priorité d’améliorer les conditions de vie, de renforcer l’inclusion et la participation et de mener des mesures de déradicalisation et de réintégration de personnes ayant été soumises à l’influence de l’idéologie djihadiste de l’EI.

Poursuivre les efforts communs

Dans une déclaration finale, les ministres des Affaires étrangères soulignent que la coalition anti-EI poursuivra ses efforts communs tant sur le plan militaire que civil dans la lutte contre l’EI. Outre l’Iraq et la Syrie, l’enjeu consiste à empêcher l’EI d’étendre son influence dans d’autres régions, le Sahel par exemple. En amont de la rencontre, M. Maas a souligné que l’EI restait une grave menace :

Notre engagement international commun dans la lutte contre l’organisation terroriste demeure pour nous extrêmement important et doit donc se poursuivre. C’est pourquoi nous souhaitons maintenir le soutien que nous apportons au nouveau gouvernement iraquien dans l’accomplissement de cette mission ainsi que sur la juste voie des réformes, qui restent nécessaires en Iraq.

Retour en haut de page