Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne fournit 150 millions d’euros supplémentaires pour de l’aide humanitaire afin de lutter contre la Covid-19

L’Allemagne fournit 150 millions d’euros supplémentaires pour lutter contre la pandémie de Covid-19

L’Allemagne fournit 150 millions d’euros supplémentaires pour lutter contre la pandémie de Covid-19, © OCHA/Saleh Bin Hayan

23.07.2020 - Article

En avril, l’Allemagne a consacré 300 millions d’euros à des projets humanitaires afin de lutter contre la pandémie de Covid-19. Le gouvernement fédéral met désormais 150 millions d’euros supplémentaires à disposition.

L’Allemagne compte parmi les principaux donateurs d’aide humanitaire

Les besoins en aide humanitaire se font de plus en plus importants en raison de la Covid-19. En effet, le nombre de personnes infectées par le virus augmente quotidiennement. Il est de plus en plus clair que les répercussions de la pandémie sont particulièrement dramatiques pour les pays dont les habitants sont déjà tributaires de l’aide humanitaire ou dont le système de santé est moins performant.

C’est la raison pour laquelle l’Allemagne fournit 150 millions d’euros supplémentaires pour de l’aide humanitaire. Les fonds qui ont été accordés en plus du budget humanitaire régulier de 1,64 milliards d’euros afin de lutter contre la Covid-19 s’élèvent désormais à 450 millions d’euros, faisant ainsi de l’Allemagne l’un des principaux donateurs d’aide humanitaire à l’échelle mondiale, également dans le contexte de la crise du coronavirus.
Le ministre adjoint Niels Annen a déclaré à ce sujet :

Ce n’est qu’en unissant nos forces que nous pourrons surmonter cette crise. Le plan de réponse humanitaire global Covid-19 nous permet d’identifier les besoins humanitaires et d’y répondre de manière ciblée.

Le gouvernement fédéral suit l’appel à l’aide des Nations Unies

En accordant ces nouveaux fonds, l’Allemagne répond à l’appel à l’aide réitéré de l’ONU. Le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, avait déjà chiffré en mars les besoins en aide humanitaire qui ont maintenant été à nouveau revus nettement à la hausse : si ce montant était estimé à deux milliards de dollars US au mois de mars, le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) part désormais du principe que 10,3 milliards de dollars US sont nécessaires pour soutenir les personnes dans le besoin dans 63 pays.

En outre, les experts s’attendent à des conséquences économiques et sociales dévastatrices de la pandémie à moyen et à long terme. Selon des prévisions du Programme alimentaire mondial (PAM), le nombre des personnes au seuil de la famine pourrait presque doubler d’ici la fin 2020 à cause du coronavirus, passant de 135 à 265 millions.

Emploi des fonds : des campagnes d’information à la production de masques

Grâce aux ressources supplémentaires, les organisations partenaires du ministère fédéral des Affaires étrangères peuvent poursuivre des projets visant à sauver des vies ou bien en lancer de nouveaux. Les premiers fonds versés ont déjà permis d’apporter un soutien de diverses façons. Ainsi, des mères et des veuves dans un camp de réfugiés en Iraq ont par exemple appris à coudre des masques de protection, ce qui leur a permis à la fois de gagner de l’argent et de contribuer à protéger les habitants du camp contre le virus ; en l’espace de quelques jours, environ 50 000 masques ont été produits.

Au Myanmar et en République centrafricaine, des mesures ont été prises pour observer le marché, le but étant de pouvoir réagir rapidement face à d’éventuelles hausses des prix des denrées alimentaires et aux pénuries alimentaires potentielles en découlant.
Au Bangladesh et au Venezuela, des organisations humanitaires ont effectué des campagnes d’information à la radio ou sur place afin de sensibiliser les gens aux dangers du virus et aux mesures d’hygiène nécessaires.

M. Annen a déclaré :

Ensemble, nous sommes parvenus à continuer d’assurer la logistique pour l’aide humanitaire, et ce malgré les conditions exceptionnelles auxquelles nous sommes actuellement confrontés en raison de la pandémie. Nous avons ainsi pu atteindre une grande partie des 180 millions de personnes dans le besoin.

La gravité de la situation a été reconnue d’emblée

Fin avril, lorsqu’elle s’était engagée à verser 300 millions d’euros d’aide humanitaire, l’Allemagne était l’un des premiers donateurs. Cette action était guidée par l’idée qu’à l’échelle mondiale, les groupes de population pouvant à peine se protéger eux-mêmes contre le virus et les répercussions de la pandémie doivent recevoir un soutien particulier. L’expérience montre que, dans les situations d’urgence humanitaire, il est impératif de réagir le plus vite possible afin d’atténuer les effets négatifs, d’éviter qu’ils ne deviennent permanents et de réduire les conséquences à long terme.

À l’heure qu’il est, d’autres donateurs participent à la réponse humanitaire internationale à la crise du coronavirus. La communauté internationale a déjà versé 1,64 milliards de dollars US pour les plans d’aide de l’ONU visant à lutter contre la pandémie.

Retour en haut de page