Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Comité interministériel contre l’extrême-droite et le racisme : des dispositifs renforcés pour la politique culturelle et éducative à l'étranger

Réunion du comité interministériel de lutte contre l’extrême-droite et le racisme

Réunion du comité interministériel de lutte contre l’extrême-droite et le racisme, © picture alliance/dpa

27.11.2020 - Article

Avec de nouvelles mesures et des dispositifs consolidés, le ministère fédéral des Affaires étrangères lance un signal fort contre l’extrême-droite, l’antisémitisme et le racisme.

Le gouvernement fédéral débloque un milliard d’euros

Meurtres de la NSU, Christchurch, Utøya : de plus en plus d’attentats d’extrême-droite sont perpétrés dans le monde. Jamais au cours des 50 dernières années il n’y a eu autant d’actes terroristes d’extrême‑droite : c’est ce qu’on peut lire dans l’Indice mondial du terrorisme publié par l’« Institute for Economics and Peace ».

Début 2020, un comité interministériel de lutte contre l’extrême-droite et le racisme a été créé sous la direction de la chancelière fédérale Angela Merkel. Celui-ci a désormais transmis un paquet de 89 mesures concrètes. Le gouvernement fédéral veut débloquer plus d’un milliard d’euros pour ces projets entre 2021 et 2024.

Le réseautage international de l’extrême-droite

Le sujet joue aussi un rôle central pour la politique étrangère de l’Allemagne. Le racisme, l’extrême‑droite et l’antisémitisme menacent des valeurs centrales de la politique étrangère allemande, les droits de l'homme, la démocratie et la liberté. En outre, les groupements d’extrême‑droite violents forment de plus en plus de réseaux internationaux : en ligne, mais aussi dans des évènements de sports de combat et des manifestations musicales par exemple. En plus des mesures nationales, les projets transfrontaliers ont donc eux aussi un rôle à jouer pour lutter contre ces phénomènes.

Le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, a souligné :

Les nationalistes se regroupent à l’international. Nous devons combattre le virus, mais également le poison que représente l’extrême‑droite pour nos démocraties.

Initiatives du ministère fédéral des Affaires étrangères : projets internationaux de recherche, travail de mémoire sur le colonialisme, développement des programmes culturels

Heiko Maas, ministre fédéral des Affaires étrangères, siégeant au comité interministériel de lutte contre l’extrême-droite et le racisme
Heiko Maas, ministre fédéral des Affaires étrangères, siégeant au comité interministériel de lutte contre l’extrême-droite et le racisme© picture alliance/dpa

Les mesures avancées par le ministère fédéral des Affaires étrangères au comité interministériel visent en particulier la dimension internationale et culturelle du sujet : par sa politique culturelle et éducative à l'étranger, le ministère permet d’accéder à la culture et à l’éducation au‑delà des frontières géographiques, sociales et politiques, met les individus en contact dans le monde entier et promeut ainsi l’entente mutuelle. C’est la raison pour laquelle le ministère va étendre ses programmes culturels de lutte contre l’extrême‑droite, le racisme et l’antisémitisme.

Le développement de programmes internationaux de jeunes, le renforcement de l’éducation et de la transmission de valeurs positives dans les écoles allemandes à l’étranger et les écoles partenaires ainsi que le développement des visites de sites mémoriels seront particulièrement mis à l’honneur. Le travail de mémoire sur le colonialisme doit également être renforcé par de nouvelles initiatives internationales comme des projets de manuels scolaires communs ou le développement du service volontaire « kulturweit » (Culture tous azimuts).

Le développement prévu des réseaux internationaux existants de la coopération scientifique sera par ailleurs crucial en matière de recherche sur le racisme, l’antisémitisme et l’extrême‑droite, par le biais de l’Office allemand d'échanges universitaires ou encore de la Fondation Alexander von Humboldt. Le ministère fédéral des Affaires étrangères continuera à lutter contre la désinformation qui accentue les divisions sociales et peut alimenter le racisme et l’extrême‑droite.

À l’avenir, les centres d’éducation culturelle internationale, qui seront montés auprès des Goethe‑Instituts en Allemagne avec la participation de la Déléguée du gouvernement fédéral à la Culture et aux Médias, doivent permettre de relayer dans le pays les impulsions venues de l’étranger.

Outre les nouveaux projets et initiatives de lutte contre l’extrême‑droite, le racisme et l’antisémitisme, le ministère fédéral des Affaires étrangères entend soumettre les structures de sa politique culturelle et éducative à l’étranger à une analyse externe. Dans le cadre d’une nouvelle stratégie, la participation et la diversité seront ensuite définies comme des missions permanentes transversales et cruciales de cette politique.

Retour en haut de page