Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Conférence des donateurs du HCR : l’Allemagne annonce une contribution de 119 millions d’euros

Le centre de réinsertion de Kananga en République démocratique du Congo : Sœur Adolphine qui travaille avec des femmes victimes de violences sexuelles est ici en conversation avec John, un collaborateur du HCR

Le centre de réinsertion de Kananga en République démocratique du Congo : Sœur Adolphine qui travaille avec des femmes victimes de violences sexuelles est ici en conversation avec John, un collaborateur du HCR, © UNHCR, Olivia Acland

03.12.2020 - Article

Les conséquences de la pandémie de Covid-19 frappent durement en particulier les réfugiés et les personnes déplacées. Actuellement deuxième pays contributeur au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), l’Allemagne poursuivra son partenariat étroit l’année prochaine.

Selon le HCR, 80 millions de personnes dans le monde ont été déplacées par la force, c’est-à-dire à peu près la population de l’Allemagne. Plus de la moitié de ces personnes (près de 46 millions) ont été déplacées à l’intérieur de leur pays d’origine. La majeure partie des réfugiés vit dans les pays en développement. Ils sont les premières victimes potentielles de violences, de maladies ou d’exploitation. La pandémie de Covid-19 aggrave encore leur situation : 70 pays ont par exemple restreint l’accès à leur système d’asile national dans le cadre des mesures destinées à endiguer la pandémie. De plus, les réfugiés, souvent employés dans le secteur informel, perdent fréquemment la possibilité de gagner leur vie.

Assurer la protection et la prise en charge des réfugiés dans le monde entier

Le 2 décembre 2020 a eu lieu la conférence annuelle des donateurs du HCR. Cette conférence avait pour objectif d’annoncer au HCR de premiers engagements financiers afin qu’il puisse bénéficier d’une certaine sécurité de planification dans son travail pour l’année prochaine. Pour 2021, le HCR estime ses besoins de financement à 8,6 milliards de dollars US ; les pays donateurs se sont pour l’instant engagés à verser 932 millions de dollars. L’Allemagne a annoncé aujourd’hui une contribution de 119 millions d’euros. Comme pour les années passées, le montant final de la contribution fournie pour 2021 sera bien plus élevé. Ainsi, l’Allemagne sera probablement de nouveau l’année prochaine le deuxième donateur du HCR.

À titre de comparaison : les besoins de financement du HCR s’élevaient à environ 9,1 milliards de dollars pour 2020. Le HCR a obtenu à ce jour environ 5 milliards de dollars, ce qui lui a valu d’estimer que l’année avait été relativement bien dotée financièrement. En tant que deuxième donateur bilatéral, l’Allemagne a largement contribué à ce résultat puisqu’elle a fourni 440 millions d’euros, dont 55 millions d’euros pris sur la rallonge budgétaire pour le programme spécial de soutien au HCR face à la Covid-19. Pour l’année à venir, le HCR a annoncé en novembre 2020 des besoins à hauteur de 8,6 milliards de dollars.

Soutien psychosocial aux victimes de violences sexuelles dans la région du Kasaï

Au centre de réinsertion de Kananga en République démocratique du Congo, l’une des employées propose des cours de pâtisserie
Au centre de réinsertion de Kananga en République démocratique du Congo, l’une des employées propose des cours de pâtisserie© UNHCR, Olivia Acland

Avec les projets qu’il réalise dans des régions du monde en crise, le HCR aide les populations déracinées à retrouver une vie normale. Nombreux sont ceux qui ont beaucoup souffert et ont besoin d’une prise en charge correspondant à leurs besoins.

Parmi les personnes déplacées internes en République démocratique du Congo, par exemple, il y a de nombreuses victimes de violences sexuelles. Dans le cadre d’un cours de réinsertion du HCR qui a pour but de les aider à redémarrer une nouvelle vie, ces personnes peuvent apprendre par exemple à fabriquer du savon. Cela leur permettra de gagner un peu d’argent pour pouvoir subvenir aux besoins de leur famille.

Depuis début 2020, le HCR vient en aide aux filles et aux femmes de la région du Kasaï qui ont été victimes de violences sexuelles pendant leur fuite. Dans le cadre de programmes du HCR, des psychologues et des travailleuses et travailleurs sociaux aident les femmes à surmonter leurs traumatismes. Ils veillent à ce qu’elles aient accès à des soins et puissent suivre une formation. « Dans une région où les victimes de viol et de violences sexuelles sont stigmatisées par les pratiques traditionnelles, la plupart des rescapées sont rejetées et marginalisées et se retrouvent sans soutien aucun », explique Ali Mahamat, chef du bureau du HCR pour la région du Kasaï. Des cours d’alphabétisation viennent compléter la formation et le HCR met parallèlement à disposition une aide en espèces pour que les femmes puissent se payer elles-mêmes ce dont elles ont le plus besoin.

Des bourses pour les réfugiés

Depuis 1992, le ministère fédéral des Affaires étrangères soutient le Programme allemand Albert Einstein de bourses universitaires pour les réfugiés (DAFI) auprès du HCR. Par l’intermédiaire de ce programme, le HCR accorde des bourses aux jeunes réfugiés. Une bourse de ce type permet aux jeunes réfugiés d’obtenir un diplôme universitaire qui leur ouvre une perspective d’avenir et une chance d’être économiquement indépendant. Il existe par ailleurs des programmes de soutien explicitement destinés aux femmes défavorisées. Elles peuvent faire leurs études directement dans les pays d’accueil que les bourses contribuent à décharger financièrement. Jusqu’à présent, plus de 18 000 bourses ont été attribuées dans plus de 50 pays (mai 2020). Pendant la pandémie de Covid-19, il est apparu clairement combien il est important pour les réfugiés de disposer d’une formation universitaire, surtout dans les métiers médicaux et du soin.

Plus d’informations :

unhcr.org

Retour en haut de page