Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Une aide rapide et flexible : l’Allemagne verse 150 millions d’euros au CERF

Invasion de criquets pèlerins dans la Corne de l’Afrique

Invasion de criquets pèlerins dans la Corne de l’Afrique, © Petterik Wiggers/Panos Pictures

10.12.2020 - Article

Depuis près de 15 ans, le Fonds central pour les interventions d’urgence des Nations Unies est synonyme d’une aide rapide et flexible dans les situations d’urgence humanitaire. En 2020, l’Allemagne contribue à hauteur de 150 millions d’euros au Fonds pour les trois prochaines années.

L’Allemagne, principal donateur du CERF en 2020

Face aux violences à caractère sexiste dans le contexte de la pandémie de Covid-19, aux inondations au Bangladesh ou encore aux ouragans en Amérique centrale, les Nations Unies disposent avec le Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) d’un instrument qui leur permet de réagir rapidement et avec flexibilité aux graves crises humanitaires.

Le gouvernement fédéral verse au CERF 150 millions d’euros pour les trois prochaines années. Tel est le résultat auquel a abouti la conférence des donateurs d’aujourd’hui. Cette année déjà, l’Allemagne est le premier pays donateur du CERF avec une contribution de 110 millions d’euros. Les années précédentes, l’Allemagne arrivait régulièrement en deuxième position. À partir de 2021, le gouvernement fédéral prévoit de garantir, en amont, son soutien financier sur plusieurs années, afin que les Nations Unies disposent d’une plus grande sécurité de planification pour d’éventuelles interventions.

Une réaction rapide aux violences à caractère sexiste liées à la Covid-19

La flexibilité avec laquelle le CERF peut réagir face aux situations de crise est apparue notamment au printemps dernier. En effet, alors que la pandémie de Covid-19 provoquait dans le monde entier une augmentation drastique des violences à caractère sexiste, le CERF a débloqué 22 millions de dollars US pour lutter contre ce phénomène. De nombreux projets ont ainsi pu être lancés rapidement, et le CERF a mis par ailleurs 25 millions de dollars à la disposition d’ONU Femmes.

Corne de l’Afrique : de la nourriture pour 15 millions de personnes échappe aux criquets pèlerins

Le CERF a également servi dans la Corne de l’Afrique. Depuis un an, les pays de cette région se battent contre une invasion de criquets pèlerins d’ampleur biblique. Les criquets pèlerins dévorent en un jour l’équivalent de leur poids. En l’espace de quelques jours, ils ont vite fait de dévaster la production agricole de régions entières et de priver ainsi de nourriture des milliers de personnes. Cette année, lorsque les nuées de criquets pèlerins ont assombri le ciel dans une grande partie de l’Éthiopie et de la Somalie, le CERF a versé 20 millions de dollars qui ont permis à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) de cibler la lutte contre ce fléau. Environ 2,3 milliards de tonnes de nourriture ont pu être sauvées, ce qui correspond aux besoins de 15 millions de personnes pendant un an.

Efficacité et innovation : une aide humanitaire préventive

La rapidité de la réaction du CERF aux conséquences de la pandémie de Covid-19 et à la situation dans la Corne de l’Afrique montre bien que le Fonds peut sauver des vies parce qu’il dispose de ressources utilisables rapidement et de manière flexible. Depuis sa création en 2006, le Fonds central pour les interventions d’urgence a fourni en tout 5,5 milliards de dollars avec lesquels ont pu être financées des interventions d’urgence dans des centaines de situations de crise. Aujourd’hui, l’aide humanitaire est impensable sans le CERF.
C’est pourtant plus qu’un instrument d’aide : c’est aussi un moteur d’innovation. Depuis un an, à l’initiative du gouvernement fédéral, le CERF peut également servir à financer une aide humanitaire préventive, c’est-à-dire une aide fournie en amont pour éviter les catastrophes. Dès cette année, le CERF a pu démontrer son efficacité grâce à ces mesures préventives et empêcher par exemple que les inondations au Bangladesh ou une nouvelle vague de famine en Somalie ne causent des dégâts encore plus importants.

L’objectif : 1 milliard de dollars par an pour le CERF

En 2016, les États membres des Nations Unies s’étaient fixé pour objectif de doter le CERF d’1 milliard de dollars par an. L’Allemagne participe activement à la réalisation de cet objectif ; elle fournit à elle seule plus de 10 % de ce montant. En prélude à la conférence des donateurs d’aujourd’hui, le gouvernement fédéral avait également encouragé d’autres pays donateurs à contribuer généreusement au CERF pour que ce dernier puisse de plus en plus se montrer à la hauteur de sa mission, à savoir être un fonds d’aide de tous pour tous.

Retour en haut de page