Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Crises oubliées : typhons aux Philippines

Un exercice d’évacuation à Mindanao pour se préparer à la prochaine catastrophe

Un exercice d’évacuation à Mindanao pour se préparer à la prochaine catastrophe, © Plan International

18.12.2020 - Article

Sur l’île philippine de Mindanao, les conflits armés persistent et des typhons réguliers aggravent la situation. L’organisation Plan International protège les enfants sur place et élabore avec les habitants un plan d’évacuation pour la prochaine catastrophe.

Les typhons aggravent la crise humanitaire

Près de 25 millions de personnes vivent à Mindanao. Régulièrement, des typhons dévastateurs frappent l’île, aggravant ainsi la situation déjà tendue. Cela fait plusieurs décennies que des conflits armés entre l’État philippin et différents groupes rebelles et séparatistes persistent. Par ailleurs, il existe de nombreux conflits entre des groupes ethniques, des clans et des familles, avec un potentiel de violence parfois considérable.

Après la prise violente de la ville de Marawi en mai 2017, la loi martiale a été proclamée pour trois ans environ dans la région, ce qui rend l’accès des travailleurs humanitaires, comme les employés de Plan International, aux personnes dans le besoin d’autant plus difficile. Tout cela contribue à cette longue crise humanitaire presque oubliée du grand public dans le monde.

Point sur les droits des enfants : le ministère fédéral des Affaires étrangères soutient le projet de Plan International

Depuis début 2019, le ministère fédéral des Affaires étrangères soutient un projet de l’organisation à hauteur de 1,4 million d’euros à Mindanao, dont le but est d’atténuer les effets de futures catastrophes naturelles et d’améliorer aussi de toute urgence les conditions de vie des habitants. Les droits des enfants sont au cœur du projet, notamment la protection contre les violences sexuelles. Des cheffes et chefs d’équipe spécialement formés sensibilisent davantage le corps enseignant, les parents et les élèves à ce sujet et leur montrent des indicateurs leur permettant de reconnaître les violences sexuelles.

Dans le même temps, les collaboratrices et collaborateurs du projet vérifient que les écoles ont accès à de l’eau potable. Plan International organise également des cours d’hygiène pour les élèves. Dans ce domaine, l’organisation a élargi les mesures depuis le début de la pandémie de Covid-19, contribuant ainsi à briser les chaînes de contamination.

Des plans d’urgence pour se préparer au prochain typhon

Au vu de la situation géographique de Mindanao, le troisième aspect du projet est au moins tout aussi décisif. Avec de nombreuses communes et écoles de l’île, Plan International a élaboré des plans d’urgence indiquant ce qu’il faut faire si jamais un typhon s’approche à nouveau de l’île. Maintenant, grâce à des instructions claires et à des protocoles d’urgence, les gens dans les zones concernées peuvent se mettre plus facilement à l’abri à temps. Des exercices ont régulièrement lieu pour apprendre le chemin vers les centres spéciaux d’évacuation que les employés de Plan International ont mis en place avec les autorités locales en cas de catastrophe. C’est pourquoi 80 % des habitants des communes participant au projet savent désormais comment et où se mettre à l’abri et comment aider d’autres à se mettre en sécurité.

Ce type de prévention des catastrophes permettra à l’avenir d’empêcher, ou du moins de diminuer nettement les situations d’urgence humanitaire à Mindanao pouvant être causées par des typhons. La reconstruction du pays et de Mindanao après le typhon Goni et d’autres typhons dévastateurs est toujours en cours. Mais une chose est claire : grâce au travail de Plan International, les habitants de Mindanao sont d’ores et déjà mieux préparés au prochain Typhon.

 

Retour en haut de page