Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Crises oubliées : les stigmates du conflit en Colombie

Frontino, Colombie : aménagement d’un carré de légumes pour lutter durablement contre la faim

Frontino, Colombie : aménagement d’un carré de légumes pour lutter durablement contre la faim, © © Johanniter

05.02.2021 - Article

En Colombie, les conséquences du conflit de longue durée entre le gouvernement et les groupes rebelles se font encore ressentir aujourd’hui.

L’organisation humanitaire Ordre de Saint-Jean dispense des soins médicaux aux habitants, leur fournit des kits de démarrage pour qu’ils cultivent un petit jardin ou leur met à disposition des chiens de thérapie. L’Allemagne soutient cette organisation à hauteur de 1 million d’euros.

Un long chemin vers la paix

Montelíbano, Colombie : appui à l’horticulture
Montelíbano, Colombie : appui à l’horticulture© © Johanniter

La signature en 2016 d’un accord de paix entre le gouvernement et les rebelles FARC en Colombie promettait enfin au pays la paix et la réconciliation après des décennies de violence. Cependant, de la signature du contrat à la mise en œuvre des accords passés, le chemin est long et semé d’embûches. Les inégalités sociales, les excès de violence des paramilitaires et des bandes de trafiquants contre la population civile et les déplacements internes qui en résultent marquent jusqu’à aujourd’hui de nombreuses régions rurales en Colombie. Nombre d’habitants n’ont pas de revenus suffisants, n’ont pas grand-chose à manger et n’ont guère de possibilités de formation ou d’emploi. À cela s’ajoutent plus d’un million de personnes qui ont fui le Venezuela en raison de la crise dans ce pays et qui cherchent donc refuge en Colombie. 

Des kits de démarrage pour des petits jardins : houe, pelle et semences 

L’une des priorités de l’Ordre de Saint-Jean consiste à atténuer les problèmes les plus pressants des Colombiennes et des Colombiens. Cela inclut l’approvisionnement en nourriture de personnes souffrant de la faim. Ainsi, l’organisation distribue des colis alimentaires à des familles nécessiteuses, en particulier dans les régions difficiles d’accès qui reçoivent peu d’aide du gouvernement. Ces colis contiennent du thon, du lait en poudre, du riz, des pâtes, des haricots et des biscuits. 

Afin de remédier durablement à la pauvreté, des formations sont par ailleurs dispensées aux communes pour leur apprendre à cultiver des petits jardins. Les familles participant à cette mesure reçoivent un kit de démarrage composé d’une houe, d’une pelle et de semences. Les efforts communs déployés par les participants pour ensemencer et entretenir le jardin puis effectuer sa récolte favorisent également la cohésion sociale, qui a été durablement endommagée à la suite d’affrontements violents de longue durée et des déplacements engendrés par le conflit. 

Un danger invisible : les pièges explosifs

Aujourd’hui encore, les habitants de la Colombie vivent également dans la peur permanente des mines dans de vastes zones de leur pays. Des pièges explosifs font régulièrement des blessés graves parmi la population. Dans ce contexte, l’Ordre de Saint-Jean apporte un soutien médical, en fournissant des prothèses, des fauteuils roulants et des béquilles. Les personnes qui vivent dans des régions contaminées par les mines apprennent à repérer les risques lors de formations. C’est par exemple le cas d’Omar Castillo, de la province d’Antioquia, qui a participé à une de ces formations et qui raconte : « J’ai beaucoup appris sur les différents risques et types de pièges, et j’en suis très reconnaissant. Je transmettrai aux autres habitants de ma commune ce que j’ai appris sur les mines. »

Des chiens de thérapie pour lutter contre les traumatismes

Il est maintenant largement admis que les animaux ont un effet salutaire sur la santé mentale des personnes. Aussi, l’Ordre de Saint-Jean travaille avec des chiens de thérapie : les chiens Cooki, Conchi, Bruno, Lisa et Milla sont toujours là quand les travailleurs de l’organisation rendent visite à des personnes qui ont été victimes de violence et qui sont traumatisées. Ces animaux de thérapie leur permettent de s’ouvrir et de surmonter les expériences négatives qu’elles ont vécues. 

Esthefany Cataño, une employée locale de l’organisation à Anorí, sait à quel point le projet est important pour les personnes, surtout dans la situation actuelle exacerbée par la pandémie de Covid-19 : « Grâce au soutien de l’Allemagne et au travail de l’Ordre de Saint-Jean, nous pouvons donner un peu d’espoir aux gens et répondre à leurs besoins les plus pressants. Notre projet peut réellement changer la donne, notamment pour ceux vivant dans des régions négligées par l’État. »

Un engagement politique et financier pour la Colombie

Les organisations humanitaires telles que l’Ordre de Saint-Jean contribuent de manière importante à ce que la paix puisse revenir en Colombie. La coordination du travail humanitaire des donateurs internationaux s’effectue via le bureau local des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) de Bogotá, qui analyse les besoins et coordonne l’aide humanitaire depuis de nombreuses années. En s’engageant politiquement et financièrement, l’Allemagne œuvre pour que les organisations humanitaires continuent de soutenir les habitants de Colombie. 

Info

De nombreuses crises humanitaires se déroulent à l’insu du grand public, loin de l’attention médiatique. Ce peu d’intérêt provoque un manque de soutien pour les personnes touchées. La Direction générale de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes (ECHO) de la Commission européenne identifie ces crises dans son rapport annuel « Évaluation des crises oubliées ». 15 crises figurent sur cette liste en 2020. Nous présentons les pays et situations concernés dans notre série sur les crises oubliées.

Retour en haut de page