Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Quel avenir pour la Bundeswehr ?

Quel avenir pour la Bundeswehr ? Des propositions de réforme sont attendues pour le mois de mai en vue de moderniser l'armée allemande

Quel avenir pour la Bundeswehr ? Des propositions de réforme sont attendues pour le mois de mai en vue de moderniser l'armée allemande, © picture alliance/dpa | Marijan Murat

19.02.2021 - Article

La ministre de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, et le chef d'Etat-major de la Bundeswehr, Eberhard Zorn, ont présenté au Bundestag des réflexions sur l’avenir de l’armée allemande. Ils annoncent des réformes face aux nouveaux enjeux de sécurité.

Comment mieux préparer l’armée allemande aux défis et aux nouvelles menaces du monde contemporain ? Dans un document conjoint présenté le 10 février dernier au Bundestag, la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, et le plus haut gradé de la Bundeswehr,le chef d'Etat-major  Eberhard Zorn, appellent à relancer le débat sur la politique allemande de sécurité. Ils souhaitent mettre en œuvre un vaste éventail de réformes, allant des capacités à l’équipement en passant par les structures, le financement et la promotion du débat.

L’état de la menace

Dans un document récemment présenté au Bundestag, la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, et l'inspecteur général de la Bundeswehr, Eberhard Zorn, posent un diagnostic commun sur l'état de la Bundeswehr
Dans un document récemment présenté au Bundestag, la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, et l'inspecteur général de la Bundeswehr, Eberhard Zorn, posent un diagnostic commun sur l'état de la Bundeswehr© picture alliance/dpa/Reuters-Pool | Fabrizio Bensch

Le document s’intitule « Idées sur l’avenir de la Bundeswehr  » et s’ouvre sur un état des lieux. Son constat est le suivant : de nouvelles menaces ont émergé depuis le Livre blanc de 2016 qui a servi de fil conducteur à la modernisation de la Bundeswehr.

Elles sont de plusieurs natures, conventionnelles comme hybrides. Les auteurscitent : l’apparition de nouvelles armes technologiques telles que les drones et les satellites « tueurs », les investissements russes dans de nouveaux équipements conventionnels et nucléaires, l’augmentation des cyber-attaques et l’affaiblissement de la démocratie et de la politique de coopération par des élites autoritaires à travers le monde, qui n’hésitent pas à imposer leurs intérêts par des moyens militaires. Ils évoquent également l’attitude de la Chine. Pékin, qui incarne un système concurrent, se pose de plus en plus en acteur sur la scène internationale.

Quelles conséquences l’Allemagne doit-elle en tirer ? La Bundeswehr doit veiller à disposer d’un vaste éventail de capacités, affirme le document, étant donné la position géographique de l’Allemagne au centre de l’Europe, ses intérêts en matière de sécurité et ses responsabilités au sein de l’OTAN et de l’Union européenne (UE).

Elle doit ainsi, premièrement, être en capacité d’intervenir rapidement aux frontières extérieures de l’Alliance en cas de crise (« first responder »). Deuxièmement, elle doit tenir le rôle de plaque tournante pour la mobilité des forces alliées. Et troisièmement, elle doit être en mesure de fournir des troupes aux missions internationales de gestion des crises.

Réformes

Cela requiert des réformes. La Bundeswehr, qui vient de traverser des années de mutations, est sous-financée, insuffisamment préparée à ces enjeux et orientée de manière unilatérale vers les opérations extérieures, diagnostiquent Annegret Kramp-Karrenbauer et Eberhard Zorn. Il lui faut développer ses capacités, les moderniser et les adapter aux mutations technologiques.

Selon le document, les  acquisitions de matérieldoivent ainsi répondre à des critères clairs. Le principe de base doit, néanmoins, rester le suivant : acquérir d’abord ce qui est le mieux pour la troupe. De plus, pour accélérer le processus d’acquisition, les auteurs prévoient d’associer les inspecteurs de manière plus précoce et de miser davantage sur les systèmes disponibles sur le marché libre.

Par ailleurs, le document confirme l’objectif de porter les effectifs à 203.000 soldats à l’horizon 2027 (au lieu de 183.000 aujourd’hui). Il suggère aussi d’alléger les structures de commandement pour renforcer la troupe, et, à plus long terme, de revoir la structure du ministère de la Défense.

Des décisions rapidement

Les premières décisions seront prises avant l’automne, promettent Annegret Kramp-Karrenbauer et Eberhard Zorn. Parmi celles-ci : l’achat d’Eurodrones, l’acquisition d’un hélicoptère de transport lourd et l’élaboration d’une stratégie pour la sécurité intérieure.

Par ailleurs, la ministre présentera au mois de mai des propositions concrètes pour traduire ces « idées sur la Bundeswehr de l’avenir » en termes de capacités, de structures et de disponibilité opérationnelle.

Enfin, le document cite d’autres objectifs à plus long terme. Il propose notamment d’intensifier le débat sur la politique stratégique au sein de la société, y compris via la création d’un Conseil national de sécurité et d’un Comité consultatif sur la sécurité. Il appelle aussi à l’adoption d’une loi de planification pour asseoir le financement de  la Bundeswehr sur une base solide, pluriannuelle.

A.L.

Sources/ Plus d’informations :

Site web de la Bundeswehr (en allemand et anglais)

Document « Idées pour l'avenir de la Bundeswehr »

Retour en haut de page