Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Objets d’origine coloniale : les musées allemands appelés à une nouvelle éthique

Masque d'origine océanienne appartenant aux collections du Musée ethnologique de Berlin

Masque d'origine océanienne appartenant aux collections du Musée ethnologique de Berlin, © picture alliance / dpa | Britta Pedersen

02.03.2021 - Article

La Fédération des musées allemands vient de publier un Guide pour le traitement des biens des collections issus de contextes coloniaux.

Ils sont un peu partout, souvent à l’insu des spécialistes. Des objets issus de contextes coloniaux sommeillent dans presque tous les musées d’Allemagne. Mais les identifier dans les collections, retracer leur histoire, voire les restituer relève souvent du parcours du combattant. Le volontarisme ne suffit pas toujours. Les recherches à entreprendre sont vastes. Les moyens manquent. Finalement, beaucoup de musées se sentent démunis, voire abandonnés. La Fédération des musées allemands veut pourtant les encourager à aller explorer leurs collections. Elle vient de publier un guide de 220 pages pour les aider.

Un guide très pratique

Statue d'un dieu aztèque présentée lors d'une exposition sur les Aztèques en 2019 - 2020 à Stuttgart
Statue d'un dieu aztèque présentée lors d'une exposition sur les Aztèques en 2019 - 2020 à Stuttgart© picture alliance/dpa | Christoph Schmidt

L’ouvrage est édité en trois langues (allemand, anglais, français) et s’intitule « Guide pour le traitement des biens des collections issus de contextes coloniaux ». Il compile des conseils pratiques, une synthèse des règles juridiques internationales et des informations de fond. Il propose aussi des expertises issues d’horizons étrangers (Alaska, Australie, Nouvelle-Zélande, Tananie) sur le colonialisme et les objets qui en sont issus. Il s’agit de la troisième édition augmentée, après celles de 2018 et 2019.

« Un traitement responsable des biens culturels [issus de la colonisation] est très important pour établir un rapport honnête au passé colonial allemand », souligne Monika Grütters, ministre fédérale déléguée à la Culture. La vocation de ce guide est de faire sortir le débat sur le patrimoine d’origine coloniale des cénacles d’experts. L’ambition est sensibiliser tous les musées, d’ancrer la question dans la réalité du Terrain.

De fait, les objets relevant de contextes coloniaux ne sont « pas seulement dans les musées ethnographiques », explique ainsi Wiebke Arendt. La directrice du musée de l’Outremer de Brême a présidé le travail d’élaboration du Guide. Selon elle, on en déniche partout, de la plus discrète à la plus prestigieuse des collections : des verres antiques de Syrie, des textiles du Guatemala, de l’art chinois, des vestiges naturels provenant d’Océanie, etc. Leur nombre est impossible à évaluer.

Le débat ne se limite pas aux restitutions

« La discussion sur le passé colonial des musées et de leurs collections est indispensable », souligne Eckart Köhne, président de la Fédération des musées allemands. Elle doit devenir une composante durable du travail de ces musées.

Mais familiariser les établissements avec ces questions, et les encourager à rechercher la provenance des œuvres de leurs collections n’aboutira pas nécessairement à des restitutions en grand nombre.

Le débat se focalise en Allemagne sur les restitutions, mais celles-ci ne jouent parfois aucun rôle dans les sociétés d’origine, révèle Wiebke Arendt. « Pour beaucoup de pays, elles ne sont pas à l’ordre du jour ». En réalité, les demandes sont assez hétérogènes. Souvent, il s’agit surtout de contacts, d’échanges scientifiques et de collaborations.

Beaucoup de pays expriment aussi le désir d’avoir accès aux œuvres via des banques de données en ligne. Un chantier pour les années à venir, estime Mme Arendt. Car si la plupart des musées ont numérisé leurs collections, ils sont loin de les avoir toutes mises en ligne.

A.L.

Plus d’informations :

Fédération des musées allemands (en allemand)

Télécharger le guide en français

Retour en haut de page