Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Heiko Maas à Bruxelles : conseil des Affaires étrangères de l’UE et réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN

Le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas se rend à Bruxelles

Le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas se rend à Bruxelles, © Xander Heinl/photothek.de

23.03.2021 - Article

La situation au Myanmar, les relations avec la Turquie et le nouveau régime de sanctions de l’UE en matière de droits de l’homme occupent le cœur des débats de ce jour.

En se rendant à Bruxelles ce matin, le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas fait d’une pierre deux coups. Aujourd’hui, les ministres des Affaires étrangères de l’UE se rencontrent en présentiel pour délibérer et pour prendre de nouvelles décisions dans le cadre de la politique étrangère de l’UE. Et à compter de demain, les ministres des Affaires étrangères des États membres de l’OTAN se retrouveront pour une réunion de deux jours à laquelle le nouveau chef de la diplomatie américaine Antony Blinken participera pour la première fois.

Myanmar – délibérations sur les sanctions à appliquer

Les images et nouvelles choquantes en provenance de Rangoun et d’autres villes du Myanmar continuent de déferler : la police et les forces de sécurité interviennent avec une brutalité croissante contre des manifestants pacifiques et le nombre de nouvelles victimes à déplorer ne cesse de croître. Les citoyens attendent à juste titre un retour à des structures démocratiques légitimées. Voilà pourquoi Heiko Maas va débattre aujourd’hui même avec ses homologues de sanctions contre la junte militaire. Point capital à ce sujet : les sanctions devront cibler les responsables de la violence exercée contre les civils, et non pas la population. L’objectif est d’accentuer la pression sur les militaires afin de trouver une solution politique à la crise.

Turquie et régime de sanctions en matière de droits de l’homme

Le conseil des Affaires étrangères a également réinscrit à son ordre du jour les relations avec la Turquie. D’un côté, la politique intérieure connaît de nouvelles évolutions problématiques, comme la procédure d’interdiction du parti HDP ou la sortie de la Turquie de la convention d’Istanbul contre les violences faites aux femmes. D’un autre côté, dans le domaine de la politique étrangère, des signaux de détente sont perceptibles en Méditerranée orientale : toutes les activités de forage et d’exploration sont actuellement suspendues et Ankara et Athènes ont renoué un dialogue direct. L’Allemagne s’était engagée en faveur d’une reprise de pourparlers directs.

Le conseil des Affaires étrangères s’entretiendra aujourd’hui avec Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme. Dans de nombreux endroits du globe, comme au Myanmar, au Bélarus ou en Éthiopie, les droits de l’homme sont sous pression. Durant la présidence allemande du Conseil, l’UE a adopté un nouveau régime de sanctions contre les violations de ces droits. Avec des mesures qui n’entendent pas viser tel ou tel État pris isolément, cet instrument a pour but de sanctionner divers cas de violations graves des droits de l’homme à l’échelle mondiale. Aujourd’hui, les ministres des Affaires étrangères se penchent sur les premiers contenus d’ordre global à donner à ce régime.

Réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN

Demain, les ministres des Affaires étrangères des États membres de l’OTAN se retrouveront pour la première fois en présentiel depuis 2019. Leurs délibérations seront centrées sur une réflexion dédiée à l’avenir de l’OTAN – un processus stratégique auquel Heiko Maas a donné une impulsion décisive et qui figurera à l’ordre du jour sous le nom de « OTAN 2030 ». La situation en Afghanistan et les relations avec la Russie seront également à l’ordre du jour. Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas s’entretiendra dès aujourd’hui avec le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg.


Retour en haut de page