Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Déclaration du ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas à l’occasion du 30e anniversaire du Traité de bon voisinage et de coopération amicale entre la Pologne et l’Allemagne

Le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, s'entretient avec de jeunes Polonais

Le ministre  fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, s'entretient avec de jeunes Polonais, © Xander Heinl/Photothek.de

18.06.2021 - Article

À l’occasion du 30e anniversaire du Traité de bon voisinage et de coopération amicale signé par l'Allemagne et la Pologne le 17 juin 1991, le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas a déclaré aujourd’hui (17/06) :

Une réconciliation, un nouveau départ : tel est le sens du Traité de voisinage germano-polonais du 17 juin 1991. Au regard de notre histoire commune si douloureuse, nous autres Allemands sommes profondément reconnaissants à nos voisins et amis de nous avoir tendu la main il y a 30 ans. Un geste qui nous emplit d’humilité eu égard aux crimes atroces qu’a commis l’Allemagne contre les Polonaises et les Polonais durant la Seconde Guerre mondiale. Après que les relations germano-polonaises ont d’abord et avant tout été marquées par le souvenir douloureux de la mort et de la destruction amenées par des Allemands, le traité de voisinage a posé la première pierre d’un nouveau départ, en tant qu’amis dans une Europe unie et libre.

Aujourd’hui, nos relations sont plus étroites et variées que jamais : nos deux pays défendent une Europe forte et capable d’agir constituant un pilier stable et fiable d’un partenariat transatlantique renforcé. Mais surtout, des Allemands et des Polonais vivent, travaillent et apprennent de manière transfrontalière et donnent tout naturellement à nos deux pays un développement commun. Plus de 850 000 Polonaises et Polonais vivent en Allemagne, on compte des dizaines de milliers de travailleurs frontaliers et des milliers d’entreprises qui imbriquent étroitement nos espaces économiques. Et les institutions germano-polonaises qui sont nées du traité de voisinage, tel que l’Office germano-polonais pour la Jeunesse, renforcent l’entente et la confiance mutuelles notamment entre les jeunes.

Les relations entre les individus et entre les États n’ont d’avenir que si elles portent une mémoire commune. La souffrance de la population civile polonaise durant la Seconde Guerre mondiale est davantage entrée dans les consciences allemandes, la vision commune d’un passé douloureux converge. J’ai moi-même éprouvé, dans mes voyages en Pologne, la trace si prégnante des atrocités allemandes et le peu que nous savons encore, en Allemagne, de certains de ces crimes dont les plaies ne sont toujours pas entièrement refermées, à ce jour, en Pologne. C’est pour cela qu’il est d’autant plus important de créer à Berlin un lieu de mémoire et de rencontre pour les victimes polonaises de la Seconde Guerre mondiale. Ce lieu aura aussi pour objet, en animant une commémoration commune, d’adresser un signal pour un avenir commun. Cette idée était en germe dès le Traité d’amitié germano-polonais de 1991. Et cela est toujours vrai aujourd’hui : pour une Europe unie, pour l’épanouissement commun de l’est et de l’ouest, la Pologne est un partenaire indispensable.

Contexte :

Le Traité de bon voisinage et de coopération amicale entre la République fédérale d'Allemagne et la République de Pologne a été signé le 17 juin 1991 par le chancelier fédéral Helmut Kohl et le ministre fédéral des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher d’une part et le Premier ministre Jan Krzysztof Bielecki et le ministre polonais des Affaires étrangères Krzysztof Skubiszewski d’autre part. Dans ses 38 articles, le traité fixe des objectifs politiques, économiques et culturels de coopération. Parallèlement, il inscrit les relations bilatérales entre Berlin et Varsovie dans un contexte européen plus large.

Avec le Traité sur la frontière germano-polonaise de 1990 (Traité entre la République fédérale d’Allemagne et la République de Pologne sur la confirmation de leur frontière commune du 14 novembre 1990), ce traité forme le fondement de la réconciliation, du bon voisinage, du partenariat et de l’amitié entre l'Allemagne et la Pologne au terme de la division de l'Europe. Des relations politiques, économiques, sociétales et culturelles étroites ont pu se développer à de nombreux niveaux sur cette base. Les Länder et les voïvodies, les cantons et les communes d’Allemagne et de Pologne et en leur sein de grandes parties de la société civile y contribuent grandement grâce à leur engagement riche et varié.

Retour en haut de page