Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Nouvelle impulsion pour le pont climatique transatlantique

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas prononce un discours à l’occasion de la réunion virtuelle pour le pont climatique transatlantique

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas prononce un discours à l’occasion de la réunion virtuelle pour le pont climatique transatlantique, © Ministère fédéral des Affaires étrangères

23.06.2021 - Article

L’Allemagne, le Canada et les États‑Unis relancent leur coopération pour le climat dans le cadre du pont climatique transatlantique. Le coup d’envoi a été donné par le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas au cours d’une conférence sur le climat le 22 juin.

Le président américain Joe Biden a préparé le retour des États‑Unis au sein de l’Accord de Paris sur le climat dès le premier jour de son mandat, envoyant ainsi un signal clair : les États‑Unis sont de retour en tant que partenaire dans la lutte contre le réchauffement climatique provoqué par l’homme. Ce changement de cap dans la politique climatique et énergétique américaine nous offre à présent l’opportunité de relancer la coopération pour le climat dans le cadre du dialogue climatique transatlantique. Cette initiative a été créée en 2008 par les ministres des Affaires étrangères et de l’Environnement afin d’intensifier le dialogue climatique avec les États‑Unis et le Canada à tous les niveaux. Au cours des quatre dernières années, la coopération s’est surtout concentrée à l’échelle communale. Lors de l’ouverture de la conférence du pont climatique transatlantique le 22 juin, le chef de la diplomatie allemande a souligné le caractère essentiel de cette coopération à tous les échelons :

La politique est en mesure d’instaurer des mesures incitatives et un cadre juridique. La lutte contre le dérèglement climatique ne réussira néanmoins qu’avec la participation de la société civile, de la communauté scientifique, du secteur privé, des villes et des régions.

Un engagement commun pour la mise en œuvre des objectifs climatiques de l’Accord de Paris

Dernièrement, l’UE, tout comme les États‑Unis et le Canada ont renforcé leurs objectifs climatiques et se sont notamment engagés à atteindre la neutralité climatique au plus tard d’ici 2050. Les États coopèrent également dans le cadre du G7 afin de réaliser les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat. Les États parties se sont accordés à réduire le réchauffement climatique en s'efforçant de limiter la hausse des températures à 1,5 degré ou 2 degrés au maximum. En attendant la prochaine conférence sur le climat à Glasgow (COP26) du 1er au 12 novembre, tous les États parties doivent identifier une voie pour atteindre la neutralité climatique d’ici 2050. Afin d’atteindre ces objectifs, il est essentiel de joindre les efforts de part et d’autre de l’Atlantique. La politique étrangère joue ici un rôle décisif. Ainsi, il est nécessaire de convaincre d’autres partenaires à travers le monde de renforcer leur lutte contre le changement climatique. Parmi ces pays se trouvent notamment les grands émetteurs du G20, mais également des pays dont l’économie dépend encore de l’exportation des énergies fossiles et qui s’inquiètent d’un avenir soumis à la neutralité carbone. Le ministre des Affaires étrangères a souligné à ce sujet :

Ensemble, nous saurons veiller à faire de l’année 2021 une année du changement pour la politique climatique globale, car c’est de cela dont nous avons besoin.

Pour de plus amples informations :

Message virtuel de bienvenue du ministre des Affaires étrangères Heiko Maas lors de l’ouverture de la « Transatlantic Climate Bridge Conference » (en allemand)

Pour une politique climatique étrangère commune : rencontre entre Heiko Maas, ministre des Affaires étrangères, et John Kerry, envoyé spécial pour le climat du Président des États‑Unis (en allemand)

Retour en haut de page