Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Deuxième Conférence de Berlin sur la Libye : une nouvelle phase pour la paix en Libye

Deuxième Conférence de Berlin sur la Libye

Deuxième Conférence de Berlin sur la Libye, © Florian Gaertner/photothek.de

23.06.2021 - Article

La Conférence de Berlin sur la Libye il y a un an et demi a instauré le cadre d’un processus politique interlibyen sous l’égide des Nations Unies. En organisant une deuxième conférence, le gouvernement fédéral continue de soutenir une stabilisation durable du Pays.

Quelle est la situation en Libye ?

Un an et demi après la première Conférence de Berlin sur la Libye, la situation dans le pays s’est améliorée de manière tangible. En effet, depuis octobre 2020, un cessez‑le‑feu est en place et graduellement mis en œuvre. Le gouvernement d’unité nationale provisoire formé par le premier ministre Abdelhamid Dbeiba a été confirmé par le Forum de dialogue politique libyen ainsi que par le parlement ; il est chargé de préparer les élections nationales prévues pour le 24 décembre. Suite à la fin du blocage des sites pétroliers, une aide urgente parvient enfin à la population et d’autres branches de l’économie sont relancées.

Dans le même temps, il existe de nouveau un risque de déstabilisation, puisque des combattants étrangers et des mercenaires sont toujours présents dans le pays. En plus de devoir préparer les élections et mettre en œuvre le cessez‑le‑feu, le gouvernement libyen doit affronter d’énormes défis parmi lesquels l’approvisionnement de la population, la relance économique et la lutte contre la pandémie de Covid‑19.

Quel est l’enjeu de la conférence ?

Afin de pérenniser les progrès réalisés ces derniers mois et de consolider le soutien de la communauté internationale en faveur d’une stabilisation durable, le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas et le secrétaire général de l’ONU António Guterres ont convié les participants du processus de Berlin à une deuxième Conférence de Berlin sur la Libye.

Deux sujets sont à l’ordre du jour :

  • d’une part, la mise en œuvre de la feuille de route adoptée par le Forum de dialogue politique libyen en vue de la tenue d’élections nationales le 24 décembre 2021,
  •  d’autre part, la mise en œuvre complète de l’accord de cessez‑le‑feu d’octobre 2020, y compris le retrait des combattants étrangers.

Lors de la deuxième Conférence de Berlin sur la Libye, il sera question de la manière dont la communauté internationale peut soutenir ces mesures. Autre sujet important : le rassemblement des forces de sécurité libyennes qui permettrait de renforcer le monopole du recours à la force du gouvernement de transition d’unité nationale.

Cette conférence inaugure une nouvelle phase du processus de Berlin qui associera le gouvernement d’unité nationale provisoire aux discussions. À la différence de la conférence de janvier 2020, il ne sera donc plus seulement question de parler de la Libye, mais de parler avec les responsables libyens. Le gouvernement libyen de transition d’unité nationale sera représenté par le premier ministre Abdelhamid Dbeiba et la ministre des Affaires étrangères Najla Al‑Mangoush.

Retour en haut de page