Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Lutte contre l’EI, Syrie, G20 : visite du ministre des Affaires étrangères Heiko Maas en Italie

Le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas est en Italie du 28 au 29 juin

Le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas est en Italie du 28 au 29 juin, © Janine Schmitz/photothek.de

28.06.2021 - Article

Le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas est en Italie du 28 au 29 juin. Son calendrier est chargé pour ce voyage : au programme, des rencontres au sujet de la Syrie, de la coalition anti-EI ainsi qu’entre les ministres des Affaires étrangères et du Développement du G20.

Le chef de la diplomatie allemande se rend en Italie les 28 et 29 juin. Il y prendra part à de nombreuses rencontres multilatérales. Avant son départ, Heiko Maas a souligné :

Avec trois rencontres en deux jours, nous entamons aujourd’hui un petit marathon du multilatéralisme. Fort heureusement, nous pouvons, pour la première fois depuis le début de la pandémie, échanger de nouveau personnellement dans le cadre du G20 et de la coalition anti-État islamique. C’est absolument essentiel car les défis n’ont pas disparu avec la pandémie.

Coalition anti-EI : stabilisation et nouveaux défis

La première escale de ce voyage est à Rome. Dans la capitale italienne se tient la première réunion en face à face des ministres des Affaires étrangères de la coalition anti-EI depuis février 2019, à l’invitation de l’Italie et des États-Unis. La poursuite de la stabilisation des régions libérées de l’emprise de l’EI en Syrie et en Iraq est au cœur de la rencontre, mais il sera également question de la menace grandissante que représente l’organisation terroriste « État islamique » dans d’autres zones du globe, en particulier dans les pays africains.

Depuis 2014, l’Allemagne est un partenaire fiable de la coalition anti-EI et le deuxième plus grand bailleur de fonds, après les États-Unis, pour le financement des mesures de stabilisation en Iraq et en Syrie. La stabilisation des régions libérées de l’emprise de l’EI dans ces pays n’est pas encore terminée. L’objectif du soutien apporté par l’Allemagne consiste à améliorer les conditions de vie de la population sur place afin de prévenir une (nouvelle) radicalisation.

Rencontre des ministres au sujet de la Syrie : accès humanitaire et processus politique

Après cette rencontre, les représentantes et représentants des États-Unis, de l’Italie, du Canada, de l’Égypte, de la France, de l’Allemagne, de l’Iraq, du Japon, de la Jordanie, du Qatar, de l’Arabie saoudite, de la Turquie, des Émirats arabes unis, de la Grande-Bretagne et de l’UE se retrouveront afin de discuter de la situation humanitaire en Syrie.

Elle est particulièrement dramatique au nord-ouest du pays où 3,5 millions de personnes dépendent de l’aide humanitaire, selon des estimations de l’ONU. Ce soutien souvent vital leur parvient principalement par la frontière avec la Turquie. Cela est rendu possible par la résolution sur l’aide humanitaire transfrontalière du Conseil de sécurité de l’ONU qui prendra fin le 11 juillet. Sans aide humanitaire transfrontalière, une catastrophe humanitaire risque de se produire. Les ministres des Affaires étrangères souhaitent discuter d’une possible prolongation de la résolution.

Le soutien apporté au travail de Geir Pedersen, envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies, sera également à l’ordre du jour : il informera ainsi les ministres de la situation en Syrie. L’Allemagne s’engage expressément en faveur d’un processus politique sous l’égide des Nations Unies afin de régler le conflit en Syrie.

G20 : un engagement en faveur du multilatéralisme et de la solidarité internationale

En 2021, l’Italie a pris la présidence du groupe des vingt principaux pays industrialisés et émergents. Le mot d’ordre est : « Population, planète et prospérité » Les ministres des Affaires étrangères et du Développement se réuniront le 29 juin à Matera, dans le sud de l’Italie. Quatre thèmes se trouveront au cœur des discussions : le multilatéralisme, la coopération avec l’Afrique, la sécurité alimentaire ainsi que le financement du développement.

Ensemble, nous sommes plus forts

La pandémie a une fois encore clairement démontré que les défis mondiaux exigent une coopération internationale. C’est la raison pour laquelle l’Allemagne s’engage avec ses partenaires pour le renforcement d’un multilatéralisme efficace. Avant de s’envoler pour l’Italie, le chef de la diplomatie allemande a ainsi souligné :

Nous souhaitons poser les jalons de la lutte mondiale contre la pandémie pendant cette rencontre du G20. Il est temps aujourd’hui de préparer les structures de santé mondiales à la prochaine crise sanitaire. Nous devons remettre l’économie mondiale à flot. En agissant ensemble de manière judicieuse, nous aurons la chance de pouvoir investir dans l’avenir en promouvant des technologies durables et en renforçant des structures commerciales internationales transparentes. Ce faisant, nous protégeons le climat et rendons la mondialisation plus équitable.

Afin de lutter contre la pandémie à travers le monde, l’Allemagne soutient le mécanisme multilatéral COVAX en tant que deuxième bailleur de fonds. Les ministres des Affaires étrangères et du Développement du G20 discuteront de la manière de redresser l’économie de manière durable et inclusive dans le monde entier, à l’image de l’approche « reconstruire en mieux ».

Cela s’avère particulièrement important pour la coopération avec les pays africains. Les conséquences sociales et économiques de la pandémie risquent en effet d’y annihiler tous les progrès de ces dix dernières années. Les pays membres du G20 doivent donc intensifier leur coopération avec l’Afrique, par exemple en établissant des capacités de production de vaccin, en soutenant la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale africaine ainsi qu’en renforçant l’initiative « Compact with Africa  » du G20.

Les ministres publieront en outre une déclaration commune afin de donner un signal pour l’amélioration de la coordination multilatérale de la sécurité alimentaire. Des facteurs tels que la pandémie ou le dérèglement climatique aggravent l’insécurité alimentaire pour des millions de personnes.

Retour en haut de page