Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Le processus de Berlin sur la Libye à l’Assemblée générale : un engagement international pour que la Libye puisse voter

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas organise aujourd’hui une réunion ministérielle, coprésidée avec ses homologues français et italien, dans le cadre du processus de BFelix Zahn / Phototheerlin sur la Libye

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas organise aujourd’hui une réunion ministérielle, coprésidée avec ses homologues français et italien, dans le cadre du processus de BFelix Zahn / Phototheerlin sur la Libye, © Felix Zahn / Photothe

23.09.2021 - Article

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas organise aujourd’hui une réunion ministérielle, coprésidée avec ses homologues français et italien, dans le cadre du processus de Berlin sur la Libye.

Prochain objectif : rester sur le pont, avec les partenaires internationaux, pour que les élections puissent avoir lieu en Libye le 24 décembre.

Toute une série de ministres des Affaires étrangères, dont le secrétaire d’État américain Antony Blinken, ont répondu à l’invitation de l’Allemagne, de la France et de l’Italie à cette réunion du « processus de Berlin » pour la Libye, en marge de la 76e Assemblée générale des Nations Unies à New York.

M. Maas a déclaré avant la réunion :

La Libyе a besoin de notre engagement et de l’attention continue de la communauté internationale. Pour obtenir des progrès pour toute sa population, il faut que des élections en décembre mènent à la mise en place d’institutions démocratiques. Ce sont d’abord les Libyennes et les Libyens eux-mêmes qui le demandent, tout comme ils réclament le retrait des troupes et des mercenaires venus de l’étranger.

Depuis le début du processus de Berlin il y a deux ans, la Libye a connu des avancées considérables. Il existe aujourd’hui un gouvernement d’union nationale, le blocage des sites pétroliers est terminé et les armes se sont tues. Il y a deux semaines, le 9 septembre, Heiko Maas a même pu rouvrir l’Ambassade d’Allemagne à Tripoli.

La communauté internationale, et en particulier l’Organisation des Nations Unies, avait contribué à ces succès d’étape avec l’aide de l'Allemagne. Mais ces progrès ne suffisent pas encore car les élections à venir doivent s’appuyer sur une base légale largement reconnue, ce à quoi les parties prenantes en Libye doivent contribuer. À ce sujet, le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré :

Si nous voulons saisir cette chance et consolider les évolutions positives, nous devons avancer : les décisions du Conseil de sécurité de l'ONU et la feuille de route du forum de dialogue politique libyen doivent être mises en œuvre dans leur intégralité.

Les principaux résultats de la discussion des ministres des Affaires étrangères à New York figurent dans le résumé des coprésidents d’Allemagne, de France et d’Italie.

Pour en savoir plus :

Déclaration du ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas à l’occasion de la réunion ministérielle du processus de Berlin sur la Libye en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies (en allemand)

Résumé par les coprésidents d’Allemagne, de France et d’Italie de la réunion ministérielle sur la Libye en marge de la 76e Assemblée générale des Nations Unies (en anglais)

Retour en haut de page