Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Les négociations pour former une nouvelle coalition prêtes à débuter

Vers une coalition feu tricolore en Allemagne : le Parti social-démocrate (SPD), les Verts et les libéraux (FDP) ont décidé d’ouvrir formellement des négociations de coalition

Vers une coalition « feu tricolore » en Allemagne : le Parti social-démocrate (SPD), les Verts et les libéraux (FDP) ont décidé d’ouvrir formellement des négociations de coalition, © picture alliance / SULUPRESS.DE | Torsten Sukrow/SULUPRESS.DE

19.10.2021 - Article

Le Parti social-démocrate (SPD), les Verts et les libéraux ont formellement décidé d’ouvrir des négociations pour former une coalition et s’accorder sur un programme de gouvernement. Les discussions doivent s’ouvrir avant la fin de la semaine.

La perspective de voir le premier gouvernement « rouge-vert-jaune » s’installer à Berlin prend de la consistance. Après s’être sondés pendant trois semaines, le Parti social-démocrate (SPD), les Verts et les libéraux (FDP) ont annoncé leur volonté d’entrer formellement dans des négociations de coalition. Les instances dirigeantes des trois formations ont donné leurs feux verts respectifs. Les discussions doivent s’ouvrir avant la fin de la semaine.

Durant cette nouvelle phase, il ne s’agira plus d’évaluer des convergences possibles mais d’élaborer un programme politique concret et de mettre sur pied un gouvernement. Le processus est très structuré. Un large éventail de groupes de travail va être mis en place pour construire un programme commun, thématique par thématique. L’attribution des portefeuilles ministériels devrait être discutée à la fin du processus.

Base de négociations

[De g. à dr.] Annalena Baerbock, co-présidente des Verts, Olaf Scholz, candidat du SPD à la chancellerie et actuel ministre des Finances, et Christian Lindner, président du FDP, en fin de semaine dernière
[De g. à dr.] Annalena Baerbock, co-présidente des Verts, Olaf Scholz, candidat du SPD à la chancellerie et actuel ministre des Finances, et Christian Lindner, président du FDP, en fin de semaine dernière© picture alliance/dpa | Kay Nietfeld

Les négociateurs pourront s’appuyer sur le résultat des pourparlers informels menés ces dernières semaines. Ils les ont synthétisés dans un document de 12 pages qui a été présenté vendredi dernier. Plusieurs pommes de discorde sont déjà écartées. C’est le cas de la limitation de la vitesse sur autoroute à 130 km/h, revendication phare des Verts qui était soutenue par le SPD. De même, le projet du SPD et des Verts d’accroître les impôts des plus aisés pour soulager fiscalement les classes moyennes et les plus modestes est abandonné. Il n’y aura pas de hausses d’impôts. En revanche, le salaire minimum sera bien porté à 12 € de l’heure. L’objectif de limiter le réchauffement global à 1,5°C est acté. Le développement des énergies renouvelables sera accéléré. Et la loi sur la sortie du charbon sera révisée, possiblement pour rapprocher l’échéance.

Financement

La question des finances sera l’une des plus cruciales. Les projets ne sont pas entièrement financés à l’heure actuelle, reconnaît le coprésident du SPD, Norbert Walter-Borjans. La coalition entend rester dans le cadre constitutionnel du frein à l’endettement. Mais cela laisse « des marges de manœuvre », souligne M. Walter-Borjans. Il serait, selon lui, justifié de financer en partie à crédit les investissements nécessaires pour préparer l’avenir. À cela pourraient s’ajouter « des possibilités de financement par des institutions étatiques telles que les banques d’investissement ». Une chose est sûre : le portefeuille des finances sera convoité. Les présidents du FDP et des Verts en rêvent tous les deux.

De manière générale, les négociateurs s’attendent à des discussions sans concession. « Nous avons une bonne base mais nous sommes à l’orée de rudes négociations », estime Ricarda Land, vice-présidente des Verts. « La lutte des prochaines semaines pour construire une politique responsable pour l’avenir sera bien évidemment intense, fatigante et difficile », abonde Claudia Roth (Verts), vice-présidente du Bundestag. « Nous entrevoyons des chances et des défis », rapporte, de son côté, le président du FDP, Christian Lindner. Selon la presse allemande, si l’harmonie des débuts est toujours présente, l’atmosphère risque de devenir plus âpre à mesure que les potentiels partenaires de coalition s’apprêtent à entrer « dans le dur » de la négociation.

A.L.

Retour en haut de page