Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Les nouveaux députés allemands siègent pour la première fois

Le nouveau Bundestag s’est constitué ce mardi 26 octobre

Le nouveau Bundestag s’est constitué ce mardi 26 octobre, © picture alliance/dpa | Michael Kappeler

26.10.2021 - Article

Une page s’est tournée hier à Berlin. Le nouveau Bundestag s’est officiellement constitué. Il a élu la sociale-démocrate Bärbel Bas à sa présidence. Elle succède à Wolfgang Schäuble, qui redevient simple député. Angela Merkel expédie désormais les affaires courantes.

Une atmosphère de renouveau souffle sur Berlin en cet automne 2021. Hier, les députés allemands ont fait leur rentrée, trente jours après les élections législatives, comme le veut la Loi fondamentale. C’est une assemblée en moyenne plus jeune et un peu plus diverse qui entre en fonction. 83 députés sont nés à l’étranger ou ont un parent né à l’étranger. Cette séance constitutive marque officiellement l’entrée dans la nouvelle législature.

Wolfgang Schäuble inaugure la séance

Wolfgang Schäuble a ouvert la séance en tant que doyen de l’assemblée. À 79 ans et après 49 années de mandats parlementaires, l’ancien ministre, qui présidait le Bundestag jusqu’en septembre dernier, redevient simple député. L’hémicycle l’a honoré par une ovation debout.

Dans son allocution, il a appelé ses collègues parlementaires à débattre avec assurance, passion et sens de l’équité. « Nous avons besoin d’un parlement qui ait confiance en lui, et de parlementaires qui aient confiance en eux », a-t-il dit. « Si nous voulons renforcer le principe de la représentation, il nous faut faire l’effort d’offrir sans cesse la fascination de grand débats contradictoires ». Car « le parlement est aussi une estrade politique et pas seulement une réunion notariale pour mettre en œuvre pas à pas un accord de coalition ».

Et passe la main à Bärbel Bas

La députée Bärbel Bas (SPD) a été élue présidente du Bundestag
La députée Bärbel Bas (SPD) a été élue présidente du Bundestag© picture alliance/dpa | Michael Kappeler

En milieu de journée, Wolfgang Schäuble a quitté la scène pour passer la parole à Bärbel Bas. À 53 ans, la sociale-démocrate lui succède à la présidence du Bundestag. La députée de Duisbourg, parlementaire depuis 2009, a été élue au perchoir à une très large majorité, par 576 voix sur 732. Elle aura cinq vice-présidents, élus un peu plus tard : Yvonne Magwas (CDU), Claudia Roth (Verts), Petra Pau (Die Linke), Wolfgang Kubicky (FDP) et Ayan Özoguz (SPD). Le candidat de l’AfD à la vice-présidence n’a pas été élu.

 

Bärbel Bas est la troisième femme à s’installer au perchoir depuis 1949, après Annemarie Renger (1972-1976) et Rita Süssmuth (1988-1998). La nouvelle présidente du Bundestag a jugé cet état de fait « peu glorieux ».

De fait, elle a immédiatement imprimé sa marque. Dans sa première allocution, l’ancienne employée de bureau, diplômée par la suite en ressources humaines, puis membre de comités d’entreprise et spécialiste des questions de santé au sein du groupe parlementaire du SPD, a précisé ce qu’elle attendait des parlementaires au cours de cette législature.

Elle les a exhortés à rechercher davantage de proximité avec les citoyens, et à employer un langage clair, sans jargon. Elle leur a ainsi demandé de « considérer toujours le bien de tous », et de se consacrer autant au milieu de la société qu’aux citoyens qui se sont éloignés de la politique.

Elle entend, par ailleurs, promouvoir des débats et des rapports respectueux au sein du Bundestag. « Nous ne sommes pas là pour nous faire la guerre personnellement », a-t-elle souligné.  « La haine et le dénigrement ne constituent pas une opinion ».

Enfin, Bärbel Bas, comme Wolfgang Schäuble, a plaidé pour une réforme du code électoral afin de réduire la taille de l’hémicycle. Le 20e Bundestag compte 736 parlementaires. C’est un record absolu depuis 1949.

Une page se tourne

La fin d’une époque : la chancelière Angela Merkel assise à la tribune du Bundestag (ici aux côtés du président fédéral, Frank-Walter Steinmeier)
La fin d’une époque : la chancelière Angela Merkel assise à la tribune du Bundestag (ici aux côtés du président fédéral, Frank-Walter Steinmeier). Elle ne siège désormais plus au Bundestag, et réglera les affaires courantes jusqu’à la nomination du futur gouvernement allemand© picture alliance/dpa | Kay Nietfeld

Signe qu’une page se tourne, Angela Merkel n’était pas sur les bancs des parlementaires. La chancelière s’est installée quelques minutes avant le début de la séance à la tribune d’honneur aux côtés de Frank-Walter Steinmeier. Un peu plus tard dans l’après-midi, le président fédéral devait lui donner officiellement congé, ainsi qu’à l’ensemble de son gouvernement.

Angela Merkel expédie désormais les affaires courantes en attendant la nomination d’un nouveau chancelier et d’un nouveau gouvernement.

 A.L.

Retour en haut de page