Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Heiko Maas au sujet du putsch au Soudan et de l’engagement de l’Allemagne

Manifestation pour la paix et la démocratie en février 2020 à Khartoum

Manifestation pour la paix et la démocratie en février 2020 à Khartoum, © picture alliance / AA | Mahmoud Hjaj

27.10.2021 - Article

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré ce jour (27 octobre) au sujet du putsch au Soudan et de l’engagement de son pays sur place :

Le coup d’État militaire au Soudan est un événement catastrophique. Il met le pays dans une situation dangereuse et compromet l’avenir démocratique et pacifique du Soudan soutenu par la communauté internationale.

Je condamne avec la plus grande fermeté l’action des militaires à l’origine de ce coup d’État, qui non seulement ont placé illégalement le premier ministre Abdallah Hamdok et d’autres personnalités en liberté surveillée mais ont employé la violence à l’encontre de ceux qui sont descendus hier dans la rue pour défendre la démocratie au Soudan. Le général al-Burhan et ses soutiens ne doivent pas entraver la démocratie : le premier ministre soudanais et les autres prisonniers doivent être remis en liberté sans délai et la destitution du gouvernement de transition civil doit être annulée.

Le peuple soudanais et le premier ministre Abdallah Hamdok continuent de bénéficier de notre soutien.

Si le coup d’État militaire ne se termine pas immédiatement, cela aura des conséquences graves pour l’engagement international que l’Allemagne a largement soutenu et coordonné ces dernières années. Le coup d’État remet en cause cet engagement. L’Allemagne ne poursuivra pas son soutien dans ces conditions. Nous nous concertons étroitement avec nos partenaires pour décider ensemble de la marche à suivre.

Contexte :

Lors de la conférence de Berlin sur le Soudan, qui s’est tenue en juin 2020, plus de 50 pays et organisations internationales avaient assuré Khartoum de leur ferme soutien, tant sur le plan politique que financier : le versement de 1,8 milliard de dollars avait été annoncé pour le Soudan. Depuis, le gouvernement fédéral a suivi dans le cadre du groupe informel des Amis du Soudan comment les résultats de la conférence étaient mis en œuvre. Le groupe des Amis du Soudan a été créé en juin 2019 à l’initiative de l’Allemagne. En font partie, outre les États-Unis, de nombreux États membres de l’Union européenne, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI), de même que des pays de la région. Aujourd’hui, une conférence téléphonique a réuni les membres du groupe informel.

Depuis la conférence de Berlin, un programme social soudanais a été lancé en coopération avec la Banque mondiale pour diminuer l’impact des réformes économiques. La conférence a également donné une forte impulsion au processus d’allègement de la dette du Soudan. L’Allemagne fournit par ailleurs un soutien financier et en matière de personnel à la mission intégrée des Nations Unies pour l’assistance à la transition au Soudan (MINUATS), placée sous la direction de l’Allemand Volker Perthes

 

Retour en haut de page