Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

120 millions d’euros en 2022 pour la protection des réfugiés

Le centre de réinsertion de Kananga en République démocratique du Congo : Sœur Adolphine qui travaille avec des femmes victimes de violences sexuelles est ici en conversation avec John, un collaborateur du HCR

Le centre de réinsertion de Kananga en République démocratique du Congo : Sœur Adolphine qui travaille avec des femmes victimes de violences sexuelles est ici en conversation avec John, un collaborateur du HCR, © HCR, Olivia Acland

07.12.2021 - Article

Le gouvernement fédéral a annoncé le versement de 120 millions d’euros pour le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en 2022. Il y a beaucoup à faire, le nombre de personnes en fuite n’ayant jamais été aussi élevé.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés fait un travail vital à travers le monde : il protège les personnes ayant perdu leur patrie et fait en sorte que leurs besoins de base soient couverts.

82,4 millions de personnes en fuite

Il n’y a jamais eu autant de personnes en fuite qu’aujourd’hui. À la fin de l’année dernière, le HCR en avait déjà dénombrées 82,4 millions, ce qui correspond approximativement au nombre d’habitants en Allemagne.

La plupart des personnes qui ont été déplacées par la force, 48 millions pour être précis, sont des déplacés internes, c’est-à-dire qu’elles ont dû quitter leur région mais qu’elles cherchent refuge dans leur propre pays.

Les 34,4 millions de personnes restantes sont des demandeurs d’asile et des personnes ayant fui dans un autre pays pour échapper à des poursuites, à la guerre ou à des conflits armés. La plupart d’entre elles vivent dans un pays voisin de leur pays d’origine. Cinq pays, dont l’Allemagne, accueillent à eux seuls la plus grande partie de ces personnes, soit presque 40 % des personnes mondialement déplacées.

L’Allemagne, deuxième donateur du HCR

En tant que pays d’accueil et deuxième donateur d’aide humanitaire, l’Allemagne s’engage également dans le monde entier pour soulager la détresse humanitaire, assumant une grande responsabilité. Cela vaut également pour la protection et l’approvisionnement des réfugiés. Ainsi, l’Allemagne a-t-elle soutenu le HCR à hauteur de plus de 400 millions d’euros en 2021. Cette contribution financière a notamment permis au HCR d’agir rapidement lorsque la crise humanitaire en Afghanistan et dans la région s’est brusquement aggravée en août 2021.

Selon toute probabilité, les fonds qui seront octroyés pour 2022 dépasseront largement le montant déjà annoncé de 120 millions d’euros, qui permet avant tout au HCR de disposer d’une sécurité de planification. Ces deux dernières années, les besoins de financement du Haut-Commissariat s’élevaient à environ 8 à 9 milliards de dollars US par an.

Convention relative au statut des réfugiés : adoptée il y a 70 ans et toujours essentielle

En 1951, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, nombre de pays se sont accordés pour adopter un accord de droit international : la Convention relative au statut des réfugiés, dont le but est de réglementer le statut juridique de toute personne forcée de prendre la fuite par crainte justifiée « d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques ». C’est sur elle que se base le travail du HCR ; elle fut complétée en 1967 par un protocole important visant à étendre la protection des réfugiés aux personnes ayant fui leur pays après 1951. La Convention relative au statut des réfugiés et le Haut-Commissariat ont contribué, ces 70 dernières années, à protéger des millions de réfugiés. L’Allemagne s’engage pour la protection des réfugiés et l’application de la Convention relative au statut des réfugiés, notamment en raison de la responsabilité historique qu’elle porte.

Au vu du nombre toujours croissant de réfugiés ainsi que de situations de réfugiés pouvant durer jusqu’à plusieurs dizaines d’années, le renforcement de la Convention et la mise en œuvre d’autres initiatives, telles que le Pacte mondial sur les réfugiés, sont essentiels. L’Allemagne y œuvre aux côtés de la communauté internationale et de ses organisations humanitaires partenaires comme le HCR.

Des bourses pour les réfugiés

Depuis 1992, le ministère fédéral des Affaires étrangères soutient le Programme allemand Albert Einstein de bourses universitaires pour les réfugiés (DAFI) auprès du HCR. Par l’intermédiaire de ce programme, le HCR accorde des bourses aux jeunes réfugiés. Une bourse de ce type permet aux jeunes réfugiés d’obtenir un diplôme universitaire qui leur ouvre une perspective d’avenir et une chance d’être économiquement indépendants. Il existe par ailleurs des programmes de soutien explicitement destinés aux femmes défavorisées. Elles peuvent faire leurs études directement dans les pays d’accueil que les bourses contribuent à décharger financièrement. Jusqu’à présent, plus de 18 000 bourses ont été attribuées dans plus de 50 pays (situation en mai 2020). Pendant la pandémie de Covid-19, il est apparu clairement combien il est important pour les réfugiés de disposer d’une formation universitaire, surtout dans les métiers médicaux et du soin.

Pour en savoir plus, veuillez consulter le lien suivant : https://www.unhcr.org

Retour en haut de page