Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne commémore les victimes de l’Holocauste

Mickey Levy (milieu g.), président de la Knesset, le Parlement israélien, et Frank-Walter Steinmeier, président allemand ont déposé une gerbe au Mémorial aux juifs assassinés d’Europe à Berlin, jeudi, lors de la journée de commémoration de l’Holocauste

Mickey Levy (milieu g.), président de la Knesset, le Parlement israélien, et Frank-Walter Steinmeier (milieu dr.), président allemand ont déposé une gerbe au Mémorial aux juifs assassinés d’Europe à Berlin, jeudi, lors de la journée de commémoration de l’Holocauste, © Jesco Denzel/BPA

28.01.2022 - Article

Le Parlement allemand a rendu hommage hier aux victimes de l’Holocauste, à l’occasion de l’anniversaire du camp d’extermination d’Auschwitz, le 27 janvier 1945. Les orateurs ont fermement appelé à combattre la recrudescence de l’antisémitisme.

Les députés du Bundestag ont commémoré jeudi 27 janvier les victimes de l’Holocauste lors d’une séance extraordinaire à l’occasion du 77e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz. Inge Auerbacher, survivante de la Shoah, et Mickey Levy, président de la Knesset, le parlement israélien, ont été invités à s’exprimer à la tribune. Ils ont vivement appelé à combattre l’antisémitisme contemporain.

Inge Auerbacher, survivante de l’Holocauste, s’est exprimée hier devant le Bundestag lors de la Journée de commémoration de la libération du camp d’Auschwitz
Inge Auerbacher, survivante de l’Holocauste, s’est exprimée hier devant le Bundestag lors de la Journée de commémoration de la libération du camp d’Auschwitz© Gouvernement fédéral/Steins

Mme Auerbacher a raconté devant les députés comment elle a survécu avec ses parents à la déportation dans le camp de Theresienstadt, puis comment la famille a émigré à New York. Durant des années, a-t-elle expliqué, elle a continué à souffrir de maux liés aux conséquences des persécutions nazies. Cela a été une « période horrible de peur et de terreur » qu’elle n’a jamais oubliée.

Mme Auerbacher a néanmoins achevé son discours en ces termes : « La haine est quelque chose de terrible. Nous sommes tous nés frères et sœurs. Mon vœu le plus intime est la réconciliation de tous les êtres humains ».

L’ancienne déportée a ainsi mis en garde contre la résurgence du « cancer » de l’antisémitisme à travers le monde, y compris en Allemagne. « Il faut guérir ce mal aussi rapidement que possible », a-t-elle plaidé.

« L’antisémitisme n’est pas acceptable. Point », a renchéri Bärbel Bas. La présidente du Bundestag a souligné que l’antisémitisme n’était pas cantonné aux marges de la société. Elle a appelé chacun à s’interroger sur la quantité de clichés anti-juifs qu’il porte en lui. Elle a également plaidé pour le « courage de l’intolérance » à l’égard de ceux qui incitent à la haine contre les juifs et qui relativisent les crimes nazis.

Dans le même esprit, Mickey Levy a mis en garde contre la fragilité de la démocratie et contre les dangers qui la menacent aujourd’hui. Le bâtiment du Reichstag, a-t-il souligné, « est un lieu où l’humanité a repoussé les frontières du mal, un lieu où la perte des valeurs a transformé un cadre démocratique en une tyrannie raciste et discriminante ». La mémoire de l’Holocauste est un devoir difficile qui nous rappelle l’importance de protéger la démocratie, a-t-il estimé. Chaque génération doit le reprendre à son compte.


Retour en haut de page