Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne reste aux côtés du gouvernement iraquien dans la lutte contre l’EI

Projets de déminage en Iraq

Projets de déminage en Iraq, © Sean Sutton/MAG

02.02.2022 - Article

Le 28 janvier, le Bundestag a décidé de prolonger la contribution militaire allemande à la stabilisation durable de l’Iraq et à la lutte contre l’organisation terroriste « État islamique » (EI).

Soutien à la stabilisation de l’Iraq et à la lutte régionale contre l’organisation terroriste EI

L’EI reste une menace considérable pour la population en Iraq, dans la région voire au-delà. Cette organisation terroriste agit dans la clandestinité et est également en mesure de commettre des attentats plus complexes en Irak et en Syrie. Une résurgence de l’organisation terroriste aurait de lourdes conséquences pour la région et se répercuterait sur la sécurité en Europe et dans le monde.

L’engagement allemand, qui intervient à la demande et en coopération avec les partenaires en Iraq, les alliés de l’OTAN ainsi que dans le cadre de la coalition anti‑EI, reste donc particulièrement important. Avec ses partenaires, l’Allemagne souhaite consolider les progrès accomplis jusqu’alors en matière de stabilisation, empêcher une résurgence de l’EI et continuer de promouvoir la réconciliation en Iraq. Par conséquent, le mandat pour l’engagement de la Bundeswehr dans le cadre de la mission de l’OTAN en Iraq et de la coalition internationale anti-EI est prolongé jusque fin octobre 2022. C’est ce qu’a décidé le Bundestag allemand le 28 janvier.

La ministre fédérale des Affaires étrangères Annalena Baerbock s’est exprimée en faveur d’une prolongation du mandat modifié dès la première délibération parlementaire à ce sujet. Il se recentre en effet selon Mme Baerbock sur l’Iraq, tandis que la Syrie n’est plus désignée en tant que théâtre d’opération. Elle a également souligné que le mandat prévoit un examen approfondi et complet de la mission au cours de la prochaine période qu’il couvre. Enfin, et cet aspect revêt selon la cheffe de la diplomatie allemande une grande importance, l’Iraq a toujours besoin de notre soutien civil et militaire.

L’objectif prioritaire du mandat est de renforcer les capacités des forces armées et de sécurité iraquiennes régulières et de soutenir l’Iraq dans la mise en place de structures de sécurité durables dans le cadre de la mission de l’OTAN en Iraq et de la coalition internationale anti-EI. L’Allemagne soutient en outre la lutte contre l’EI au sein de la coalition internationale anti-EI, notamment par des missions de ravitaillement en vol et de transport aérien, de surveillance et de reconnaissance aérienne.

La contribution militaire ne constitue toutefois qu’une partie de l’engagement de l’Allemagne sur le terrain dans son ensemble dans le contexte de l’approche globale.

Soutenir une stabilisation, une analyse des faits et une réconciliation durables en Iraq

Projets de déminage en Iraq
Projets de déminage en Iraq© Sean Sutton/MAG

En tant que co-présidente du groupe de travail pour la stabilisation de la coalition anti-EI ainsi que du groupe de travail pour la stabilisation de l’Iraq, l’Allemagne assume une responsabilité particulière, reconnue par ses partenaires, pour la stabilisation des régions libérées de l’emprise de l’EI. Depuis 2013, le ministère fédéral des Affaires étrangères a consacré environ 277 millions d’euros à des mesures de stabilisation en Iraq, en particulier dans les territoires repris à l’EI. Une grande part de ces fonds a été mobilisée à l’aide du Mécanisme de financement pour la stabilisation (« Funding Facility for Stabilization ») du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) créé pour l’Iraq avec l’accompagnement de l’Allemagne. L’objectif est de transférer au gouvernement iraquien la responsabilité des mesures de stabilisation mises en place par ce mécanisme.

En outre, l’Allemagne appuie notamment la mise en place d’une police de proximité, le déminage, la formation de spécialistes iraquiens pour cette tâche essentielle, le jugement des crimes perpétrés par l’EI, les processus de réconciliation au sein même de l’Iraq, le soutien psychosocial des victimes de violations des droits de l’homme ainsi que le retour, la réintégration et la déradicalisation des personnes proches de l’EI. Ensemble, ces mesures visent à renforcer la confiance de la population envers l’État iraquien, à encourager le retour des dernières personnes déplacées en Iraq à cause de l’EI (les trois quarts d’entre elles ont déjà pu retourner chez elles, notamment grâce à l’engagement de l’Allemagne) ainsi qu’à empêcher une résurgence de l’EI et stabiliser durablement l’Iraq grâce à une analyse sans faille des crimes perpétrés.

Depuis le début de la lutte contre l’EI en Iraq, l’Allemagne a fourni une aide civile (notamment sous forme d’aide humanitaire, de coopération au développement et de stabilisation) d’un montant total de près de 3 milliards d’euros.

La stabilisation des territoires repris à l’EI reste indispensable en Syrie

La menace exercée par l’EI ne s’arrête pas à la frontière iraquienne : ainsi l’Allemagne, en étroite concertation avec ses partenaires de la coalition anti-EI, entreprend-elle également des mesures civiles dans les régions libérées de l’emprise de l’EI dans le nord-est de la Syrie afin de conforter les acquis actuels dans la lutte contre l’EI et d’empêcher sa résurgence. Ce plan comprend notamment des mesures de déradicalisation et de réintégration des membres de la famille d’anciens combattants de l’EI, des mesures de soutien accordées aux communes d’origine en Syrie qui les accueillent ainsi que des mesures visant à améliorer les conditions de vie de la population, notamment grâce à la remise en état des infrastructures communales et au renforcement de la sécurité alimentaire et des infrastructures de santé. Alors qu’elle a versé 110 millions d’euros pour des mesures de stabilisation depuis 2017 et garanti le versement d’environ 25 millions d’euros pour le renforcement de la résilience, l’Allemagne est le deuxième donateur dans le cadre de la coalition anti‑EI dans le nord-est de la Syrie et elle y joue un rôle de chef de file.

Aide humanitaire pour les réfugiés et les personnes déplacées en Iraq et en Syrie

Les Nations Unies estiment à 2,5 millions le nombre de personnes ayant besoin d’aide humanitaire en Iraq. À ce jour, près d’un million de personnes déplacées ne peuvent pas retourner dans leur région d’origine, soit parce que leur sécurité n’y est pas assurée, soit parce que leurs moyens de subsistance y ont été anéantis. En Syrie, près de onze ans après le début du conflit, environ 13 millions de personnes dépendent de l’aide humanitaire.

L’Allemagne est le deuxième donateur d’aide humanitaire à l’échelle mondiale et, en 2021, elle a consacré environ 2,6 milliards d’euros pour des mesures au titre de l’aide humanitaire. Sur ce montant, environ 750 millions d’euros ont permis de financer le soutien aux populations en Iraq, en Syrie et dans les pays voisins également touchés par le conflit en Syrie.


Retour en haut de page