Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Olaf Scholz à Washington : « agir ensemble et faire ce qui est nécessaire »

Le chancelier Olaf Scholz et le président américain, Joe Biden, lundi, à la Maison Blanche, à Washington. La crise ukrainienne a été au centre de l’entretien

Le chancelier Olaf Scholz et le président américain, Joe Biden, lundi, à la Maison Blanche, à Washington. La crise ukrainienne a été au centre de l’entretien, © picture alliance/dpa | Kay Nietfeld

08.02.2022 - Article

Le chancelier allemand a rencontré lundi le président américain, Joe Biden, à Washington. Ils ont affiché leur volonté « d’agir ensemble » pour contribuer à une désescalade dans la crise ukrainienne.

Olaf Scholz a rencontré lundi le président américain Joe Biden à Washington. Lors de cette première visite officielle du chancelier allemand aux États-Unis, qui a été dominée par la crise ukrainienne, les deux dirigeants ont réaffirmé l’importance du partenariat entre l’Allemagne et les États-Unis. Ils ont souligné leur volonté « d’agir ensemble » en vue d’une désescalade.

Le partenariat transatlantique est « une constante tout à fait essentielle de la politique allemande », a souligné M. Scholz. Concernant l’Ukraine, « nous sommes dans une situation très, très difficile », a-t-il dit. « On ne peut passer sous silence le fait qu’il existe une menace militaire qui pèse sur l’Ukraine ». Cela représente « une menace sérieuse pour la sécurité de l’Europe ».

La crise ukrainienne au centre de l’entretien

Depuis plusieurs semaines, en effet, le stationnement de dizaines de milliers de soldats russes à la frontière avec l’Ukraine suscite l’inquiétude des pays occidentaux. Par ailleurs, huit ans après l’annexion de la péninsule de Crimée par la Russie, en 2014, le conflit se poursuit dans l’est de l’Ukraine entre les rebelles pro-russes et l’armée ukrainienne.

Face à cette situation, il importe « que nous agissions ensemble, que nous restions unis et que nous fassions ce qui est nécessaire », a souligné Olaf Scholz à Washington. Tous les pays membres de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique nord) l’ont clairement affirmé : « si les choses en arrivent à une agression contre l’Ukraine, de sévères et amples sanctions concertées » seront mises en œuvre. « Une telle démarche aura un coût très, très élevé pour la Russie », a insisté le chancelier. Ce message a été clairement formulé. Il a été répété à plusieurs reprises. « Et il est aussi arrivé en Russie ».

Les pays de l’OTAN préparent actuellement les sanctions qu’ils imposeraient à la Russie en cas d’agression militaire contre l’Ukraine. Ainsi, si cela se produisait, a souligné M. Scholz, nous pourrions « agir immédiatement, ensemble, dans la cohésion. C’est ce que nous ferons. »

Double stratégie

Après son déplacement à Washington, le chancelier allemand a repris le chemin de Berlin. Il y a reçu mardi soir le président français, Emmanuel Macron, et le président polonais, Andrzej Duda, pour évoquer à nouveau la crise ukrainienne
Après son déplacement à Washington, le chancelier allemand a repris le chemin de Berlin. Il y a reçu mardi soir le président français, Emmanuel Macron, et le président polonais, Andrzej Duda, pour évoquer à nouveau la crise ukrainienne© picture alliance/dpa | Kay Nietfeld

Selon le chancelier, il importe toutefois d’exploiter simultanément « toutes nos possibilités diplomatiques » pour mener à l’apaisement. La double stratégie qui ouvre les perspectives « les plus prometteuses » comprend, selon lui, « des annonces claires concernant les sanctions » d’une part, et « l’utilisation de tous les formats de discussion » possibles de l’autre.

Olaf Scholz s’est ainsi félicité des discussions actuellement menées sous différents formats (États-Unis/ Russie, OTAN/ Russie, OSCE). En Europe, l’Allemagne et la France ont relancé les discussions quadripartites (« format Normandie ») avec l’Ukraine et la Russie. Ce cadre de conciliation offre « un point de départ pour trouver des voies de sortie » au conflit, estime le chancelier.

Paris et Berlin main dans la main

De retour de Washington, M. Scholz devait recevoir mardi soir à Berlin les présidents français et polonais, Emmanuel Macron et Andrej Duda, dans le cadre du Triangle de Weimar. De son côté, en effet, M. Macron a rencontré le président russe, Vladimir Poutine, pour tenter d’esquisser des solutions de compromis, ainsi que le président ukrainien, Volodymyr Zelensky.

Ce mardi, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, s’est, par ailleurs, rendue à la frontière russo-ukrainienne pour un état des lieux. Olaf Scholz se rendra la semaine prochaine à Kiev et à Moscou.

A.L.

En savoir plus (en allemand)

Retour en haut de page