Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Approvisionnement énergétique : l’Allemagne passera l’hiver sans problème

Une plus grande indépendance des énergies fossiles est une question stratégique, et même une question qui relève de la politique de sécurité, souligne le vice-chancelier allemand

Une plus grande indépendance des énergies fossiles est une question stratégique, et même une question qui relève de la politique de sécurité, souligne le vice-chancelier allemand, © picture alliance/dpa

28.02.2022 - Article

Le ministre fédéral de l’Économie Robert Habeck considère comme sûr l’approvisionnement de l’Allemagne en gaz naturel.  »Nous avons stabilisé le niveau des réservoirs de manière à être certains de passer l’hiver sans problème.« 

Les fournitures de gaz à l’Allemagne restent en principe assurées, bien que les réserves dans les sites de stockage, conçues comme garantie en cas d’hiver particulièrement rigoureux, soient descendues à moins d’un tiers ces derniers temps. « Nous y avons remédié », a affirmé Robert Habeck qui ajoute : « même dans le cas – cela ne s’est pas produit – où les prix auraient explosé ou bien si la Russie avait réduit, voire suspendu complètement, ses fournitures de gaz », cet approvisionnement est garanti.

Les stocks servent en tout premier lieu à couvrir les pics de consommation durant les jours d’hiver froids. Le marché allemand n’est donc pas alimenté à partir de ces seules réserves. Celles-ci viennent plutôt compléter l’apport courant d’énergie à partir des importations de gaz. Ce sont les négociants en gaz qui, selon les capacités de stockage réservées, décident des niveaux de remplissage des stocks.

Préparatifs pour l’hiver prochain

Pour se préparer à affronter le prochain hiver, le gouvernement fédéral élabore actuellement des dispositions législatives qui devraient permettre de garantir une quantité minimale de remplissage des réservoirs. On songe à un « engagement que prendraient les propriétaires de sites à remplir leurs stocks avant l’arrivée de l’hiver », a expliqué le ministre.

Tant que l’Allemagne reste tributaire du gaz naturel, du charbon et du pétrole, il est indispensable de disposer de réserves. Comme dans le cas du gaz, le gouvernement fédéral s’emploiera à constituer des réserves, pour l’instant aussi pour le charbon, afin d’assurer l’approvisionnement énergétique à moyen terme. Il « veillera à ce que la sécurité des approvisionnements soit toujours garantie, aujourd’hui et dans l’avenir, y compris en cas de restrictions des matières premières ». Grâce à sa réserve stratégique de pétrole, l’Allemagne est déjà en sécurité. Cela lui permettra à coup sûr de passer cet hiver sans problème, estime le ministre.

Un tournant énergétique de plus en plus important

Dans ce contexte, M. Habeck a souligné l’importance de la transition énergétique et ajouté que même « ceux qui n’accordent guère d’importance à la lutte contre le changement climatique devraient reconnaître au plus tard maintenant que l’indépendance du plus grand nombre possible d’énergies fossiles est une question stratégique, et même une question qui relève de la politique de sécurité ».

M. Habeck a poursuivi en disant que la diversification visée était importante afin de garantir dans un avenir proche un approvisionnement énergétique sûr et à des prix compétitifs en Allemagne et dans l’Union européenne. Selon lui, l’objectif doit être que « nous puissions décider sur notre propre territoire des questions d’approvisionnement en énergie et de souveraineté ».

Dans cette optique, le gouvernement fédéral soutient également l’objectif d’importer notamment du gaz liquéfié et de pouvoir utiliser nos propres terminaux à cette fin. Il existe par exemple des projets concernant l’installation de ce genre de terminaux à Brunsbüttel, Wilhelmshaven et Stade. Néanmoins, l’Allemagne importe aussi déjà du gaz liquéfié de ses voisins européens.

Différencier également à l’échelon européen les fournitures de gaz

Depuis plusieurs semaines, toute l’Union européenne craint de voir l’actuel conflit avec la Russie conduire à une rupture des fournitures de gaz. Selon la Commission européenne, l’UE couvrait jusque tout récemment près d’un quart de ses besoins énergétiques avec du gaz, dont elle importait la majeure partie. 40 % de ces importations provenaient de l’entreprise russe Gazprom.

En même temps, la Commission européenne considère que l’approvisionnement gazier au sein de l’UE est assuré. Il semblerait que plusieurs pays puissent même augmenter leurs livraisons de gaz liquéfié dans l’UE, notamment l’Azerbaïdjan, l’Égypte, le Nigéria et la Norvège. Le week-end dernier, lors de la conférence de Munich sur la sécurité, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen disait déjà que, même en cas de rupture totale d’approvisionnement en gaz par la Russie, l’Union européenne était en sécurité pour cet hiver.

© Gouvernement fédéral

 

Retour en haut de page