Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Une politique de paix active : la ministre fédérale des Affaires étrangères Annalena Baerbock présente le concept de politique étrangère et de politique de sécurité pour un engagement intégré pour la paix

Annalena Baerbock a visité lors de son déplacement au Nigéria le village de Ngarannam qui a été détruit par l’organisation terroriste Boko Haram et reconstruit à l’aide de fonds allemands

La ministre fédérale des Affaires étrangères Annalena Baerbock a visité lors de son déplacement au Nigéria (du 18 au 20 décembre 2022) le village de Ngarannam qui a été détruit par l’organisation terroriste Boko Haram et reconstruit à l’aide de fonds allemands, © Florian Gaertner

30.12.2022 - Article

Comment le ministère fédéral des Affaires étrangères entend-il stabiliser à l’avenir de manière plus efficace les foyers de crise ? Le nouveau concept pour un engagement intégré pour la paix montre la voie.

Le nombre de conflits à travers le monde ne cesse d’augmenter, tandis que les crises dépassent de plus en plus souvent les frontières entre les pays et touchent fréquemment des régions entières. Dans le même temps, les répercussions de la crise climatique se font de plus en plus présentes et attisent bien souvent des conflits préexistants. Ainsi, non seulement la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine constitue une menace directe pour l’Europe, mais elle exacerbe en outre l’insécurité alimentaire mondiale et bafoue des principes internationaux tels que le principe universel de non-recours à la force. C’est dans ce contexte que le ministère fédéral des Affaires étrangères a élaboré un nouveau concept de politique étrangère et de politique de sécurité pour un engagement intégré pour la paix. Il se base sur l’expérience acquise au cours des dix dernières années, s’inscrit dans la lignée de la nouvelle stratégie de sécurité nationale, mise sur une imbrication plus étroite des différents instruments dont nous disposons et place l’humain en son cœur.

La ministre fédérale des Affaires étrangères Annalena Baerbock a présenté cette nouvelle stratégie le 19 décembre 2022 lors de sa visite du village de Ngarannam situé dans le nord-est du Nigéria et dont l’Allemagne finance la reconstruction. En 2015, l’organisation terroriste Boko Haram a rasé ce village, comme tant d’autres, au sens propre du terme et chassé la population. La reconstruction a été planifiée de sorte que le village soit protégé face à de futures attaques grâce à l’installation de miradors et de dispositifs de protection et que les structures publiques y retrouvent leur place en construisant un commissariat de police, une école et un hôpital. Les villageois ont pris part à chaque étape à travers un comité de stabilisation local. 

La sécurité se traduit non seulement par l’éradication du terrorisme, mais aussi par la confiance que les habitants peuvent de nouveau accorder aux structures publiques, par la confiance retrouvée dans la police ainsi que par la découverte de perspectives d’avenir pour leurs enfants à travers l’éducation, les soins de santé et la sécurité alimentaire. C’est la raison pour laquelle nous, le gouvernement fédéral, avons redéfini notre politique de stabilisation, notamment après avoir tiré les leçons de l’Afghanistan, en associant plus étroitement les outils civils et la coopération en matière de sécurité.
– Annalena Baerbock 

Concrètement, qu’est-ce que signifie un engagement intégré pour la paix ? 

L’engagement intégré pour la paix repose sur trois piliers : la prévention des crises, la stabilisation et la promotion de la paix. Nous misons sur une approche intégrée dans ces trois domaines. Cela signifie que le travail des institutions allemandes doit s’entrecroiser avec celui des acteurs internationaux dans les zones de crise et qu’ils doivent se concerter encore davantage. La synergie entre l’aide humanitaire, la promotion de la paix et la coopération au développement joue en effet un rôle essentiel pour la prévention des crises, tout comme pour la stabilisation, l’apaisement et le développement à long terme des régions. Les différents instruments civils tels que la réforme du secteur de la sécurité, la médiation pour la paix et le soutien apporté pour l’organisation d’élections, ainsi que les éléments impliquant la police et l’armée tels que la formation, l’entraînement voire l’action militaire doivent donc être conçus ensemble et réunis dans la pratique, tout en les intégrant à des alliances multilatérales ou internationales. 

Lors de son déplacement au Nigéria, la cheffe de la diplomatie allemande a visité un centre de réinsertion destiné aux anciens sympathisants de l’organisation terroriste Boko Haram à Bulumkutu
Lors de son déplacement au Nigéria, la cheffe de la diplomatie allemande a visité un centre de réinsertion destiné aux anciens sympathisants de l’organisation terroriste Boko Haram à Bulumkutu© Florian Gaertner

Pour circonscrire durablement les crises, il importe d’agir le plus vite possible tout en restant flexible. Dans le domaine de la gestion des crises, il n’existe pas en effet de solution rapide qui soit également parfaite. Le nouveau concept pour un engagement intégré pour la paix se concentre donc particulièrement sur une approche évolutive et flexible ainsi que sur la définition d’objectifs réalistes. Quelle approche délivre des résultats concrets et positifs ? Dans quels domaines ? Quelle approche a de moins bons résultats et pourquoi ? Quels aspects peuvent aider dans une région particulière à établir une paix durable ? Qu’est-ce qui garantit les droits humains ? Quelles mesures sont susceptibles d’améliorer la situation des femmes et des enfants ainsi que de renforcer les groupes marginalisés ? Nous analysons tous ces facteurs au cas par cas et nous procédons si besoin à des ajustements. 

En mettant en place des projets sur mesure dans un pays, il est possible de soutenir celles et ceux qui recherchent des solutions politiques et s’intéressent à une collaboration. Lorsque l’Allemagne et d’autres partenaires soutiennent par exemple les gouvernements, les forces de sécurité et les communautés locales à renforcer leur confiance mutuelle par une action commune, cela aide les personnes déplacées à retourner dans leur pays et à reprendre leur vie en main. C’est ainsi qu’une passerelle est bâtie, pour passer d’une situation de crise à la paix. Lorsque des expertes et des experts en médiation aident en coulisse les parties au conflit à se rapprocher, comme au Soudan, et leur permettent de mener des négociations efficaces, la probabilité d’une issue pacifique au conflit s’accroît. Si lumière est faite sur les crimes de guerre en Iraq et que les jalons de la réconciliation sont posés, un nouvel engrenage de violence deviendra moins probable. 

La stabilisation : une partie intégrante du budget du ministère fédéral des Affaires étrangères

L’importance croissante de l’engagement allemand pour la paix se traduit également dans le budget alloué. En 2022, le Bundestag allemand a accordé 595 millions d’euros à la prévention des crises, à la stabilisation et à la promotion de la paix, dont 110 millions d’euros de fonds spéciaux pour l’Ukraine et la gestion des répercussions mondiales de la guerre d’agression russe. 

Retour en haut de page