Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

La Libye et la Syrie à l’ordre du jour de la rencontre des ministres des Affaires étrangères de l’UE

Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères et européennes Jean Asselborn, Heiko Maas et le haut représentant de l’UE Josep Borrell (de gauche à droite),

Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères et européennes Jean Asselborn, Heiko Maas et le haut représentant de l’UE Josep Borrell (de gauche à droite),, © Janine Schmitz/photothek.net

18.02.2020 - Article

Le Conseil des Affaires étrangères de l’UE à Bruxelles s’est penché hier sur une éventuelle opération européenne de surveillance de l’embargo sur les armes en Libye et sur une solution à la crise humanitaire en Syrie.

Heiko Maas appelle l’UE à apporter sa contribution en Libye

Lors de la conférence de Berlin du 19 janvier 2020, les participants s’étaient entre autres engagés à respecter pleinement l’embargo sur les armes ancré dans la résolution 1970 du Conseil de sécurité de l’ONU. Cet engagement avait été réaffirmé lors de la rencontre des ministres des Affaires étrangères le 16 février en marge de la conférence de Munich sur la sécurité. Des armes continuent d’être livrées dans le territoire en crise, les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont décidé hier à Bruxelles de s’engager à l’avenir à surveiller l’embargo sur les armes décrété par les Nations Unies. Une opération avec des composantes aérienne, maritime et satellite doit être mise en place à cet effet. Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a déclaré hier à Bruxelles :

Après avoir échangé de manière intense aujourd’hui, nous avons pris une décision de principe : l’UE contribuera à surveiller l’embargo sur les armes en Libye. Nous allons maintenant élaborer les détails de la nouvelle opération qui comprendra aussi un volet maritime. C’est une avancée importante pour le processus de Berlin. Il s’agit d’empêcher d’autres livraisons d’armes aux parties en guerre civile en Libye. Pour ce faire, nous avons également besoin d’un volet maritime dans l’est du bassin méditerranéen, là par où passent les livraisons d’armes.

Mettre fin à la crise humanitaire en Syrie

La détérioration de la situation en Syrie figurait elle aussi à l’ordre du jour. Depuis décembre 2019, l’offensive du régime de Bachar al-Assad a déjà poussé selon l’ONU 800 000 personnes à fuir la région d’Idlib. Les troupes du régime syrien sont désormais à quelques kilomètres de la ville d’Idlib, où se trouvent encore quelque 700 000 personnes. Une avancée des troupes pourrait bloquer la poursuite de l’aide humanitaire à la population concernée.

Heiko Maas et ses homologues européens ont discuté de la manière d’empêcher une autre escalade à Idlib et d’apporter une solution à l’approvisionnement humanitaire des personnes vulnérables. Le Conseil des Affaires étrangères a en outre décidé d’étendre le régime de sanctions de l’UE à la Syrie. Huit personnes et deux entreprises supplémentaires ont été ajoutées sur les listes de sanctions.

Autres thèmes abordés : les relations de l’UE avec l’Inde et l’Union africaine

Le Conseil des Affaires étrangères a également abordé le sujet des relations de l’UE avec l’Inde et l’Union africaine. Le haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, a relaté sa rencontre du 13 février avec les ministres du Développement ayant pour objet l’Afrique et la stratégie UE Afrique en cours d’élaboration. Hier, le ministre indien des Affaires étrangères, Subrahmanyam Jaishankar, était également invité à un déjeuner de travail en amont du sommet UE Inde qui se tiendra le 13 mars 2020.

Retour en haut de page