Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Coronavirus : l’Allemagne « prête à apporter sa contribution » en Europe

Angela Merkel : la solidarité européenne est essentielle face à la crise du coronavirus.

Angela Merkel : la solidarité européenne est essentielle face à la crise du coronavirus., © picture alliance/ Michael Kappeler/ dpa-Pool/ dpa

27.04.2020 - Article

L’Allemagne est prête à s’engager « beaucoup plus que prévu » pour relancer l’économie européenne, a annoncé Angela Merkel.

L’Allemagne est prête à s’engager « beaucoup plus que prévu » pour relancer l’économie européenne, a annoncé Angela Merkel.

La solidarité européenne est essentielle face à la crise du coronavirus. C’est le message envoyé samedi par la chancelière Angela Merkel. Après avoir apporté son aide sur le plan sanitaire (prise en charge de patients étrangers, fourniture d’équipements de protection et de respirateurs), l’Allemagne est prête à s’engager « beaucoup plus que prévu » sur le plan financier, a-t-elle annoncé dans un message vidéo.

« Partout », constate Angela Merkel, « ce sont les conséquences économiques qui sont tout à fait dramatiques. Par conséquent, l’enjeu des prochaines semaines et des prochains mois sera de montrer que nous sommes solidaires, que nous allons remédier aux dégâts, aux conséquences économiques de cette crise et que nous allons tout faire pour que l’Europe gagne en cohésion ».

Les plans d’aides adoptés par les ministres des Finances de l’Union européenne (UE) au sein de l’Eurogroupe sont « un premier jalon important », applaudit-elle. Garanties de prêts de la Banque européenne d’investissement (BEI) pour les PME, ligne du crédit du Fonds Européen de Stabilité pour les États en difficulté, soutien de la Commission européenne aux mesures de chômage partiel : « les fonds communs (…) sont très importants ». 

Redresser l’économie après la crise

Mais « ce ne sera pas suffisant », souligne la chancelière. « Nous aurons besoin d’un programme conjoncturel à la fin de la crise et après la crise ». « Ce sera un programme dans le cadre du budget européen » et, affirme Angela Merkel, « l’Allemagne devra s’y engager beaucoup plus que ce que nous avions prévu jusqu’à présent ».

« Nous le voulons », précise-t-elle, « pour pouvoir investir dans l’avenir, c’est-à-dire dans la protection du climat (la Commission a présenté le projet ‘Green Deal’), dans la numérisation et dans les capacités stratégiques indispensables à l’Europe » comme la production de masques.

Covid-19 et climat au programme de la présidence allemande de l’UE

L’Allemagne prendra la présidence tournante du Conseil européen le 1er juillet. « Il est clair que (cette) présidence sera marquée par la lutte contre la pandémie et ses conséquences », en particulier économiques et sociales, admet la chancelière. 

Mais l’Allemagne n’entend pas délaisser les autres urgences, souligne-t-elle. « La question climatique sera autant à l’ordre du jour que les questions de santé. (…) Comment bâtir un système de santé européen efficace dans tous les États membres ? (…) Et où pouvons-nous gagner en cohésion et peut-être passer des accords ? Par exemple sur une taxe sur les transactions financières, sur une imposition minimum ou sur la question d’un système de permis d’émission (de CO2) sur le transport maritime et aérien : voilà autant de questions dont nous discuterons pendant la présidence allemande du Conseil européen ».

A.L.

Plus d’informations :

Le message vidéo de la chancelière Angela Merkel en podcast (vidéo/ audio/ texte en allemand)

Retour en haut de page