Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

750 milliards d’euros pour relancer l’économie européenne

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, hier, devant le Parlement européen

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, hier, devant le Parlement européen, © picture alliance / Photoshot

28.05.2020 - Article

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a présenté hier un plan de relance inédit pour l’Europe en s’appuyant sur la proposition franco-allemande. Il devrait être l’une des priorités de la présidence allemande du Conseil européen à partir du 1er juillet.

500 milliards de subventions (non remboursables) et 250 milliards d’euros de crédits, (remboursables), soit 750 milliards d’euros au total : c’est un plan de relance d’une ampleur inédite pour l’Europe qu’a présenté hier à Bruxelles Ursula von der Leyen. Aucun pays ne peut faire face seul aux conséquences de la crise du Covid-19, a expliqué la présidente de la Commission européenne devant le Parlement européen. « C’est l’heure de l’Europe ». 

La proposition vise à aider les pays les plus durement frappés par la crise du coronavirus. Elle doit permettre à l’Europe de se relever collectivement via des investissements records qui iront prioritairement à des domaines d’avenir : la protection du climat, le numérique, la recherche et l’éducation. Le plan a pour titre « Next Generation EU ». Il faut aborder la sortie de crise « de manière à ce que la prochaine génération en profite  », a souligné Mme von der Leyen.

Le projet s’ajoutera aux 540 milliards d’euros d’aides d’urgence déjà débloquées par l’UE pour soutenir les entreprises, les États et les salariés en chômage partiel. Il s’inscrira dans le cadre financier pluriannuel (CFP), autrement dit dans le budget de l’Union européenne pour la période 2021-2027. Il s’ajoutera aux 1,1 milliard d’euros régulièrement inscrits au CFP, a précisé la présidente de la Commission. La Commission empruntera au nom de l’Union européenne. Les crédits seront remboursables dans le cadre du CFP d’ici à 2058.

La chancelière Angela Merkel prendra pour six mois la présidence tournante du Conseil européen au 1er juillet
La chancelière Angela Merkel prendra pour six mois la présidence tournante du Conseil européen au 1er juillet© AFP-Pool

Le projet doit toutefois être adopté à l’unanimité par les 27 États membres de l’Union européenne et être ratifié par leurs Parlements. Dès hier, il a été applaudi dans plusieurs capitales européennes. À Berlin, la chancelière Angela Merkel a dit que son gouvernement allait « l’examiner ». Elle s’est félicitée que l’initiative franco-allemande ait apporté « une bonne pierre à l’édifice ». Mais certains pays rejettent l’idée d’un endettement à l’échelon européen, ainsi que le principe d’accorder des subventions non remboursables.

« De difficiles négociations vont maintenant avoir lieu », a ainsi souligné Angela Merkel. « Et elles ne seront pas achevées lors du prochain Conseil européen  », en juin. La chancelière s’attend donc à ce que les pourparlers se poursuivent durant la présidence allemande du Conseil européen qui débutera le 1er juillet (lire ci-dessous). Son objectif est d’aboutir à un texte suffisamment tôt pour que les 27 Parlements nationaux et le Parlement européen puissent l’examiner à l’automne, et pour que le plan de relance entre en vigueur au 1er janvier 2021.

A.L.


 

Plus d’informations :

Plan de relance de la Commission européenne : discours de la présidente, Ursula von der Leyen (en français)

Discours de la chancelière Angela Merkel sur « la politique étrangère et de sécurité durant la présidence allemande de l’Union européenne » (en allemand)

Réunion de la chancelière Angela Merkel avec la présidence du Parlement européen (en allemand)

Retour en haut de page