Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Europe en ligne de mire : le ministre fédéral des Affaires étrangères en visite en Grèce

Athènes, Grèce

Athènes, Grèce, © Felix Zahn

21.07.2020 - Article

La présidence allemande du Conseil de l’UE, les relations avec la Turquie et la politique européenne relative aux réfugiés sont les thématiques qui seront abordées en priorité lors du déplacement de Heiko Maas à Athènes.

Présidence allemande du Conseil de l’Union européenne

Dans ses entretiens avec son homologue grec Nikos Dendias, le premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis et la présidente grecque Katerina Sakellaropoulou, M. Maas présentera le programme de la présidence allemande du Conseil de l’UE et recherchera le soutien du gouvernement grec pour ses projets. Dans ce contexte, il est évident que l’objectif central du gouvernement fédéral est de surmonter la crise du coronavirus et ses répercussions économiques. Grâce à l’adoption de mesures résolues, la Grèce a pu jusqu’à présent traverser la pandémie de Covid-19 sans enregistrer d’augmentation importante du nombre de personnes contaminées. L’économie grecque risque néanmoins de connaître des temps difficiles en raison de la longue période de confinement observée dans le pays et de la forte baisse d’activité enregistrée dans le secteur important du tourisme.

Au terme du Conseil des chefs d’État et de gouvernement, il est clair pour l’Allemagne que l’accord conclu relatif au plan de relance marque une étape importante pour l’avenir de l’Union européenne. Il s’agit à présent de mettre en œuvre le plan dans les délais les plus brefs.

Avant de s’envoler pour Athènes, le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré :

Même si la phase de démarrage a été longue, les progrès que nous avons accomplis dépassent largement ceux dont beaucoup nous croyaient capables. L’Union européenne a ainsi montré que, même lorsqu’elle est plongée dans la crise économique la plus grave de son histoire, elle est capable d’agir avec détermination et dans un esprit de solidarité.  Cela crée une base solide pour aider tous les citoyens européens à bien surmonter cette crise.

Relations avec la Turquie

La question des relations avec la Turquie occupe une place importante dans le cadre de la présidence allemande du Conseil de l'UE, mais aussi dans d’autres forums multilatéraux. Les activités de forage de gaz naturel menées par la Turquie en Méditerranée orientale ont engendré des tensions entre la Grèce et la Turquie, tous deux membres de l’OTAN. L’Allemagne œuvre auprès de la Turquie en faveur d’une désescalade et a lancé plusieurs appels à Ankara en l’exhortant à mettre fin à ses forages au large de Chypre et à régler par la voie de la négociation les questions litigieuses relatives à ses frontières maritimes.
Dans le même temps, il est évident que la Turquie reste un partenaire stratégique important pour l’Union européenne. Aussi le gouvernement fédéral allemand soutient-il le dialogue entre Josep Borrell, haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, et Mevlüt Çavuşoğlu, ministre turc des Affaires étrangères.

La politique européenne relative aux réfugiés

L’Allemagne s’est engagée à faire avancer la réforme du régime d'asile européen commun (RAEC). Pour ce faire, le gouvernement allemand mise sur une étroite coopération avec la Grèce. Ce pays est directement concerné par cette réforme du fait que la frontière gréco-turque soit une frontière extérieure de l’UE. La situation dans les camps de réfugiés sur les îles grecques reste dramatique. Comme d’autres États membres de l’Union européenne, l’Allemagne a accueilli des mineurs qui étaient arrivés dans les camps de réfugiés grecs seuls et sans représentant légal ou en ayant un besoin urgent de soins médicaux.

Le chef de la diplomatie allemande a déclaré à ce propos :

Je souhaite également profiter des entretiens que je mènerai à Athènes pour aborder les questions migratoires. L’Europe n’a pas le droit de laisser la Grèce affronter seule les problèmes migratoires en Méditerranée. Que ce soit dans les camps de Lesbos ou ailleurs, la situation humanitaire est particulièrement préoccupante. C'est pourquoi l’Allemagne a proposé d’accueillir d’autres mineurs non accompagnés de ces camps. Nous recherchons toutefois une solution paneuropéenne afin de proposer aux pays les plus touchés une aide sur le long terme. Durant notre présidence du Conseil de l’UE, nous nous engageons donc de manière prioritaire pour la réforme du régime d'asile européen commun et voulons obtenir des avancées dans ce domaine.

Retour en haut de page