Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’union fait la force : Heiko Maas et Josep Borrell accueillent les ministres européens des Affaires étrangères à Berlin

Réunion de Gymnich au Ministère fédéral des Affaires étrangères à Berlin

Réunion de Gymnich au Ministère fédéral des Affaires étrangères à Berlin, © Florian Gaertner/photothek.net

28.08.2020 - Article

Les relations avec la Turquie et la Russie ainsi que la situation au Bélarus et la réponse stratégique de l’UE à la Covid-19 sont au cœur de « Gymnich », la réunion informelle des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne.

Un rythme soutenu – au cours des dernières semaines mouvementées, divers thèmes ont connu une évolution extrêmement dynamique. Non seulement tous les pays continuent de lutter contre la pandémie de Covid-19 et les conséquences de la crise, mais la situation est également tendue en Libye, en Méditerranée orientale ou au Bélarus et au Liban. L’Union européenne est sollicitée sur de nombreux fronts à se positionner et à agir sur le plan de la politique étrangère. Discuter des crises actuelles et, parallèlement, échanger dans un cadre informel de manière plus approfondie sur des questions de la politique étrangère et de sécurité, voilà à quoi servent les réunions Gymnich organisées tous les six mois à l’initiative du haut représentant de l’Union Josep Borrell et du ministre des Affaires étrangères du pays exerçant la présidence du Conseil de l’Union européenne, en l’occurrence le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas.

Bélarus : l’UE exige une solution pacifique

Les ministres des Affaires étrangères poursuivront leurs échanges de la semaine passée et discuteront ensemble de la contribution que peut apporter l’UE pour maintenir la pression sur le président Loukachenko et aider le Bélarus à sortir de la crise par la voie du dialogue. L’Allemagne plaidera pour un soutien de l’UE ayant pour but un processus de dialogue et de transition national pacifique au Bélarus et une mission de médiation de l’OSCE. Concernant les sanctions, le SEAE a soumis aux États membres des propositions d’inscriptions sur la liste devant faire l’objet des discussions.

Pour le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas, une chose est claire :

En réprimant chaque jour de plus en plus les manifestants pacifiques, les dirigeants de Minsk continuent de se marginaliser. Ces citoyennes et citoyens courageux manifestent dans les rues de leur pays contre la fraude électorale et pour leur droit à la liberté et leur droit à la participation politique, tous deux garantis. Ce faisant, ils ne demandent ni plus ni moins qu’un dialogue ouvert avec leur propre gouvernement. Nous ne resterons pas les bras croisés face aux graves violations des droits de l’homme et au piétinement des principes démocratiques fondamentaux.

Russie : une politique de l’UE fondée sur des principes et plus active

En vue de la discussion sur les relations entre l’Union européenne et la Russie, le Service européen pour l’action extérieure a transmis un bilan de la mise en œuvre des cinq principes de l’UE convenus en juin 2016 concernant l’attitude à adopter envers la Russie. C’est sur cette base que les ministres des Affaires étrangères européens évoqueront l’état actuel des relations et les possibilités de progresser dans la politique UE-Russie. L’Allemagne prône une politique fondée sur des principes mais plus active envers la Russie, ce qui comprend un dialogue ouvert de même que le maintien des sanctions actuelles tant que la donne n’aura pas changé.

Turquie : un dialogue indispensable

Concernant la Turquie, les participants évoqueront les relations entre l’Union européenne et la Turquie dans leur ensemble. Le caractère informel des réunions Gymnich permet aux ministres de discuter de sujets comme celui-ci sous un angle stratégique plus général, en prenant un peu de recul par rapport à l’actualité politique. Le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas parlera bien entendu, dans le contexte de la situation actuelle en Méditerranée orientale, de ses entretiens à Athènes et à Ankara. Le processus de dialogue du haut représentant de l’UE Josep Borrell avec le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu est au cœur des relations UE-Turquie. Heiko Maas entend intervenir auprès des États membres pour que ce dialogue soit couronné de succès. C’est précisément parce que les relations avec l’UE sont actuellement tendues qu’un dialogue constructif avec la Turquie est indispensable pour résoudre les questions litigieuses en Méditerranée orientale mais aussi pour permettre un processus politique pacifique en Libye.

Répercussions géopolitiques de la Covid-19

Comment l’UE a-t-elle traversé la phase initiale de la crise du coronavirus ? Quels sont les enseignements à en tirer et comment une réponse stratégique de l’UE peut-elle se présenter ? Josep Borrell et les ministres des Affaires étrangères de l’UE se proposent également d’en débattre. Pour le gouvernement fédéral, il ne fait aucun doute que l’Union européenne doit devenir plus indépendante, résiliente et capable d’agir. La politique de sécurité et de défense commune (PSDC) et une boussole stratégique commune assortie d’objectifs clairement définis constituent de ce point de vue un élément essentiel. Par ailleurs, il est nécessaire de renforcer les relations avec les pays affinitaires et avec les organisations internationales. Cela permettra à une UE forte de s’affirmer avec succès également à l’échelle mondiale.

Échange entre l’UE et le chef de la diplomatie israélienne Gabi Ashkenazi

Avant l’ouverture officielle de la réunion Gymnich, la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne organise aujourd’hui un dîner auquel elle a convié les ministres des Affaires étrangères de l’UE et le chef de la diplomatie israélienne Gabi Ashkenazi. Les entretiens porteront sur le processus de paix au Proche-Orient, la situation dans la région et les relations entre l’UE et Israël, sujet qui revêt une grande importance pour l’Allemagne.

Retour en haut de page