Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

La Russie et le Bélarus au cœur du conseil des affaires étrangères de l’UE à Luxembourg, avec Heiko Maas

Heiko Maas au conseil des affaires étrangères à Luxemburg

Heiko Maas au conseil des affaires étrangères à Luxemburg, © Janina Schmitz/Photothek.net

13.10.2020 - Article

La réunion des ministres européens des Affaires étrangères de ce jour sera également consacrée à la normalisation des relations entre la Serbie et le Kosovo, à la région indopacifique, à l’Amérique latine et au renforcement du multilatéralisme.

L’Europe est mise au défi par des crises politiques dans son voisinage immédiat. Elle travaille parallèlement à l’approfondissement de ses liens en Amérique latine et dans l’espace indopacifique. Ce large éventail de dossiers se reflète dans l’ordre du jour du conseil des affaires étrangères organisé aujourd’hui à Luxembourg. Heiko Maas, ministre fédéral des Affaires étrangères, a déclaré en amont de la réunion :

Nous allons nous consulter sur l’affaire Navalny. La violation de la convention sur l’interdiction des armes chimiques ne peut pas rester sans conséquence. Nous avons rédigé une proposition à ce sujet avec la France et nous en discuterons aujourd’hui pour déterminer la suite à donner.

Cette proposition prévoit de sanctionner des personnes portant des responsabilités dans la gestion des armes chimiques en Russie.

Bélarus : appel à une nouvelle série de sanctions

Rien ne s’est amélioré au Bélarus au cours des dernières semaines. Heiko Maas a récemment rencontré Mme Tikhanovskaïa à Berlin pour échanger sur la situation actuelle. Les nouvelles manifestations du week-end le montrent : le régime de Loukachenko continue à user de violence contre des manifestants pacifiques. Beaucoup d’entre eux ont été arrêtés, dont des journalistes. C’est pourquoi le ministre fédéral demandera une nouvelle série de sanctions lors du conseil des affaires étrangères, M. Loukachenko devant cette fois figurer sur la liste des personnes frappées par des sanctions.

L’espace indopacifique, clé de l’ordre international de demain

La région indopacifique prend une importance croissante dans la politique internationale économique et de sécurité. Il est dans l’intérêt de l’Union européenne que l’ordre international de demain soit fondé sur des règles, multilatéral et inclusif. C’est la raison pour laquelle l’UE veut diversifier et approfondir ses relations avec tous les États de la zone indopacifique. Le gouvernement fédéral a posé un jalon important en ce sens en publiant ses lignes directrices sur la zone indopacifique. Au conseil aujourd’hui, le chef de la diplomatie allemande souhaite initier une stratégie européenne dans la région avec l’appui de ses homologues de France et des Pays-Bas.

Processus de normalisation entre la Serbie et le Kosovo

Lors du conseil, le représentant spécial de l’UE pour le dialogue entre Belgrade et Pristina, Miroslav Lajčák, rendra compte des progrès accomplis depuis la reprise, en juillet, du dialogue pour la normalisation des relations entre la Serbie et le Kosovo. Pour l’UE, il est évident qu’il n’existe pas de solution simple et rapide en dehors de ce dialogue. Par ailleurs, la perspective d’adhésion représente un attrait considérable pour les deux pays car seule l’UE peut offrir une perspective politique et économique à long terme aux deux parties. Le soutien qu’apporte l’UE à la région pour surmonter les conséquences de la pandémie de coronavirus reflète son engagement.

Retour en haut de page