Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’État de droit en Allemagne à la loupe : le ministre adjoint Michael Roth lors d’un Conseil spécial des affaires générales

Michael Roth lors d’un Conseil spécial des affaires générales

Michael Roth lors d’un Conseil spécial des affaires générales, © Ministère fédéral des Affaires étrangères

21.04.2021 - Article

La Covid‑19, le certificat vert numérique et la Conférence sur l’avenir de l’Europe étaient également à l’ordre du jour.

Pendant sa présidence du Conseil de l’Union européenne, l’Allemagne a initié un dialogue sur l’État de droit, dont le but est de renforcer la compréhension commune de cette valeur fondamentale de l’UE. L’objectif du dialogue : parler de l’État de droit dans les différents pays membres et dans l’UE dans son ensemble, sur un pied d’égalité et sur la base de critères transparents et compréhensibles. Aujourd’hui a eu lieu pour la deuxième fois un dialogue sur la situation dans cinq pays ; outre l’Allemagne, étaient également concernées la Grèce, la France, l’Espagne et l’Irlande. Pour Michael Roth, ministre adjoint chargé des affaires européennes, une chose est claire : « Sur cette question, nous n’appliquons pas le principe du  »deux poids, deux mesures« . Le dialogue sur l’État de droit est plus important que jamais, car au sein de l’UE, il nous manque toujours une compréhension commune de ce qui constitue l’État de droit. Cependant, les principes de l’État de droit doivent nous unir et non pas nous diviser. »

Le rapport de la Commission, qui a été débattu aujourd’hui, repose sur quatre éléments : la séparation des pouvoirs et la culture démocratique, l’indépendance de la justice, la lutte contre la corruption, ainsi que la diversité et la liberté des médias. « L’Allemagne », dit Michael Roth, « est un État de droit solide et efficace. Mais elle est aussi confrontée à des défis qu’il nous faut relever. Nous devons faire mieux ». Cela concerne en particulier la numérisation de la justice mais aussi la violence croissante contre les journalistes, ainsi que les discours de haine, notamment contre les minorités, y compris sur Internet. Le but de ce dialogue sur l’État de droit est d’apprendre les uns des autres et les uns avec les autres. Les développements inquiétants doivent ainsi être détectés le plus tôt possible de manière à ce que les pays membres puissent prendre ensemble des mesures pour les contrer.

Covid‑19 : des doses de vaccin pour les Balkans occidentaux et le certificat vert numérique

Concernant la Covid‑19, Michael Roth s’est félicité que l’UE reçoive encore 100 millions de doses supplémentaires du vaccin BioNTech/Pfizer. L’envoi par l’UE de 651 000 doses de vaccin aux pays des Balkans occidentaux constitue également un signal fort. Il s’agit d’un travail d’équipe et d’un acte de solidarité nécessaires et urgents. Un autre jalon important pour surmonter la pandémie est le certificat européen de vaccination, le « certificat vert numérique ». Il est prévu pour le mois de juin et constitue un pas important vers un retour nécessaire aux droits individuels.

Coup d’envoi de la Conférence sur l’avenir de l’Europe

Les ministres chargés des affaires européennes ont également abordé aujourd’hui le sujet de la Conférence sur l’avenir de l’Europe. Les préparations du lancement officiel de la conférence sont bientôt achevées. La plateforme numérique permettant d’afficher les résultats des événements a été présentée hier. L’Allemagne prévoit aussi d’ores et déjà des événements nationaux. La conférence commencera officiellement lors de la Journée de l’Europe, à savoir le 9 mai. Dans le cadre de celle‑ci, des propositions communes doivent être formulées, entre autres avec la participation de nombreux citoyens et citoyennes, sur ce à quoi notre Union devrait ressembler dans dix ou quinze ans, sur les questions auxquelles elle devrait s’atteler et sur les capacités et instruments qu’elle devrait utiliser à cette fin.

Retour en haut de page