Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Déclaration de la ministre adjointe, Mme Michelle Müntefering, à l’occasion de l’événement de la Charlemagne Prize Academy « Seize the Moment! What to expect from the Conference on the Future of Europe?  »

La ministre adjointe aux Affaires étrangères, Michelle Müntefering

La ministre adjointe aux Affaires étrangères, Michelle Müntefering, © Jorinde Gersina

07.05.2021 - Article

Allocution de bienvenue de la ministre adjointe, Michelle Müntefering, à l'occasion de la présentation de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, dimanche 9 mai 2021.

Je vous souhaite à tous la bienvenue à cet événement. La Conférence sur l’avenir de l’Europe, qui débutera dimanche, constitue une invitation à toutes les Européennes et à tous les Européens : une invitation à s’engager et à contribuer ensemble au façonnement de l’avenir de l’Europe.

La conférence se veut également un laboratoire d’idées paneuropéen, tant pour les « grandes » que pour les « petites » questions d’avenir liées à notre continent.

À mon avis, cette conférence vient à point nommé. Il faut maintenant tirer les leçons de la pandémie. Il s’agit là de jalons tout à fait décisifs : il en va de la question de la transformation numérique, du changement climatique, de la recherche, des chaînes d’approvisionnement et de bien d’autres sujets encore. Mais l’élément central de toute capacité d’action européenne, c’est la solidarité !

Car l’Europe n’est pas une communauté qui existe uniquement hors période de crise. Nous sommes solidaires les uns des autres quand c’est nécessaire. Tel doit être l’enjeu. Nous devons sans cesse le prouver de nouveau – c’est le message clair véhiculé par le fonds de relance européen. Une étape historique. Car des inégalités économiques et sociales trop importantes menacent finalement aussi la démocratie.

La solidarité ne passe pas uniquement par les traités européens ; la solidarité passe également par les rencontres personnelles, par la connaissance de l’existence d’autrui et par les connaissances que nous avons les uns des autres, par les échanges culturels et surtout par le sentiment que nous appartenons à la même communauté et que nous avons la volonté commune de façonner ensemble notre avenir.

Par conséquent, l’une des principales leçons tirées de cette crise est que les échanges culturels en Europe, les rencontres – tout cela est essentiel si nous voulons renforcer cette solidarité.

La transformation numérique peut nous permettre de faire un grand pas en avant à cet égard, nous le constatons en cette période. Mais une visioconférence ne peut évidemment pas remplacer les rencontres personnelles. Toutefois, la transformation numérique peut permettre de généraliser les échanges européens si nous saisissons les possibilités offertes par le numérique et si nous atteignons des personnes qui n’ont pas encore eu la possibilité de partager leurs expériences, leurs craintes et leurs espoirs, ni de participer au débat européen.

C’était précisément l’enjeu de la conférence Europe Takes Part, que nous avons organisée la semaine dernière au ministère fédéral des Affaires étrangères et à laquelle ont pris part les ministres de la Culture italien, espagnol, française et portugaise ainsi que la Commission européenne et Madame Verheyen du Parlement européen. Selon moi, cet énorme succès montre à quel point une réflexion commune sur les questions d’avenir, y compris celles relatives à un espace numérique européen, s’impose.

Par ailleurs, la rencontre d’aujourd’hui montre que les formats numériques permettent à des citoyennes et citoyens de toutes les régions de l’Europe d’échanger les uns avec les autres. Je me réjouis que de nombreuses propositions concrètes sur l’avenir de l’Europe aient été soumises et discutées sur la plateforme numérique centrale de la conférence avant même le coup d’envoi officiel de cette dernière.

En ce qui concerne le gouvernement fédéral, je peux vous assurer qu’il est primordial pour nous que les propositions formulées dans le cadre de la conférence ne passent pas à la trappe ; la conférence doit aboutir à des résultats concrets et tangibles.

Je suis certaine que la science jouera elle aussi un rôle essentiel à cet égard.

C’est ici que la Charlemagne Prize Academy et les travaux de recherche qu’elle finance sur des sujets européens d’avenir entrent en jeu. Nous devons renforcer la contribution de la recherche, de la culture et de l’éducation à une Europe commune. Le soutien accordé à l’Académie témoigne également de cet objectif.

C’est pourquoi le ministère fédéral des Affaires étrangères finance trois des bourses accordées. Je tiens encore une fois à vous remercier tout particulièrement, vous, les boursières et boursiers de l’Académie.

Vos travaux de recherche sont non seulement importants du fait des connaissances qu’ils ont permis d’établir, mais aussi en tant que témoignage d’une recherche européenne et en tant que contribution à celle-ci – une recherche en Europe, sur l’Europe, et surtout pour l’Europe.

On ne saurait trop souligner l’importance d’une science libre et critique.

En cette période de pandémie précisément, nous voyons à quel point la recherche est importante pour nos sociétés, y compris en tant qu’objet d’une coopération internationale et multilatérale.

Mais nous constatons aussi qu’à l’heure actuelle, les espaces de liberté pour la recherche et la liberté d’expression sont de plus en plus limités à travers le monde. C’est pourquoi la liberté scientifique constitue également l’un des principaux piliers de notre diplomatie scientifique au ministère fédéral des Affaires étrangères. Il y a tout juste quelques semaines, nous avons lancé le programme Hilde Domin pour les étudiantes et étudiants persécutés, qui donne corps à cet objectif.

Mesdames, Messieurs,

J’en suis convaincue : un dialogue critique et libre entre les actrices et les acteurs de la recherche, de la politique et de la société, et en particulier avec les futurs scientifiques, est indispensable. Un tel dialogue est important pour que nous allions de l’avant en Europe. Pour que la Conférence sur l’avenir de l’Europe soit un succès. Mais aussi pour que nous soyons en mesure de relever ensemble les défis mondiaux auxquels nous sommes tous confrontés.

Je suis impatiente d’entendre vos contributions.

Je vous remercie.

Retour en haut de page