Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Balkans occidentaux : réunion virtuelle des ministres des Affaires étrangères du processus de Berlin, le 8 juin 2021

Western Balkans Summit Berlin 2021

Western Balkans Summit Berlin 2021, © Ministère fédéral des Affaires étrangères

08.06.2021 - Article

Ce mardi 8 juin, Heiko Maas accueille pour une réunion virtuelle dans le cadre du « processus de Berlin » ses homologues des six pays des Balkans occidentaux, de l’Union européenne et du Royaume-Uni ainsi que le commissaire européen Olivér Várhelyi et le secrétaire général du SEAE Stefano Sannino.

Les participants au « processus de Berlin » pour les Balkans occidentaux – une initiative du gouvernement fédéral datant de 2014 – s’efforcent ensemble de promouvoir la coopération régionale dans les Balkans occidentaux. Leur objectif : aider au rapprochement avec l’Union européenne des six pays des Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Monténégro, Macédoine du Nord et Serbie).

Sept ans après le lancement du « processus de Berlin » informel, l’Allemagne en est à nouveau l’hôte. Lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères qui se tient le 8 juin à Berlin, tous les participants discutent notamment d’approches concrètes ainsi que des négociations en cours pour une meilleure connectivité dans la région, des processus de réforme destinés à améliorer une perspective européenne, de questions bilatérales en suspens et pour finir – problématique incontournable en cette période – de la situation sanitaire et économique actuelle dans le contexte de la pandémie de Coronavirus.

Un premier volet du large forum de la société civile a déjà eu lieu il y a quelques jours
Un premier volet du large forum de la société civile a déjà eu lieu il y a quelques jours© Aspen Institute

Il y a quelques jours s’est tenu un premier volet du large forum de la société civile, qui fait également partie intégrante du « processus de Berlin ». Le ministre adjoint Michael Roth et le secrétaire d’État Miguel Berger assistaient également à ce forum placé sous le thème « Road to Berlin ». Les analyses et les propositions concrètes formulées par les représentantes et représentants de la société civile à cette occasion sont présentées aujourd’hui aux ministres des Affaires étrangères. Au cours des semaines à venir, les ministres de l’Intérieur, de la Santé et de l’Économie se réuniront eux aussi en format « processus de Berlin », toutes ces réunions étant prévues en amont du sommet, lui aussi virtuel, du 5 juillet. Un forum de la jeunesse et une réunion ministérielle consacrée à la situation des Roms viennent compléter cette large palette de manifestations organisées par l’Allemagne.

Quelles sont les réalisations pendant ces sept années « de Berlin à Berlin » ? On mentionnera très concrètement par exemple 

  • la mise en place de l’Office régional de coopération pour la jeunesse des Balkans occidentaux (RYCO), qui a déjà rendu possible la rencontre de milliers de jeunes ;
  • la conclusion d’un accord sur l’itinérance qui permettra, au mois de juillet, de supprimer les frais d’itinérance dans les Balkans occidentaux et
  • l’accord concret concernant un « marché régional commun ».

À l’initiative de l’Allemagne, des sommets numériques ont lieu par ailleurs chaque année dans la région (Skopje 2018, Belgrade 2019, Tirana 2020, Podgorica 2021). De plus, grâce à une initiative franco-allemande, une « feuille de route » régionale, entre-temps appliquée dans l’UE, contribue au contrôle et à la réduction systématiques des armes de petit calibre illicites.

Photo de groupe lors de la rencontre des ministres des Affaires étrangères du processus de Berlin
Photo de groupe lors de la rencontre des ministres des Affaires étrangères du processus de Berlin© Janine Schmitz/photothek.net

Le processus de Berlin a ainsi contribué à améliorer les liens dans la région non seulement entre les acteurs politiques mais aussi entre les organisations de jeunesse et de la société civile qui y participent et les groupes de travail des nombreux ministères impliqués. Les multiples projets et initiatives concrets ont pour but d’intensifier et de renforcer durablement les relations de bon voisinage entre les pays des Balkans occidentaux.

Le processus de Berlin n’a, bien entendu, pas échappé à la pandémie de coronavirus. D’un autre côté, la situation a souligné une fois de plus et très clairement à quel point la coopération régionale et la solidarité européenne sont nécessaires :

  • l’établissement pragmatique de voies réservées (« Green Lanes ») entre les six pays des Balkans occidentaux a permis, également pendant la pandémie, d’assurer le transport de médicaments et de denrées alimentaires dans la région ;
  • pour atténuer les conséquences directes de la pandémie, l’Union européenne a ficelé un paquet d’urgence de 3,3 milliards d’euros et compte en outre fermement sur un plan économique et d’investissement à long terme pour les Balkans occidentaux doté d’une enveloppe de 9 milliards d’euros ;
  • parallèlement, la campagne mondiale de vaccination grâce au dispositif COVAX – qui reçoit un euro sur cinq de l’Allemagne et un euro sur trois de l’Union européenne – a fourni dans un premier temps jusque fin mai plus d’un million de doses de vaccin aux pays des Balkans occidentaux.

Pour pouvoir faire face aux anciens et nouveaux défis, l’Union européenne, les États membres de l’UE et les six pays des Balkans occidentaux devront également coopérer étroitement ces prochaines années. En octobre 2020, le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas déclarait dans son discours d’ouverture d’une conférence sur « la jeunesse, la migration et les enjeux démographiques dans les Balkans occidentaux » :

L’adhésion de ces pays à l’Union européenne est dans notre intérêt stratégique commun. L’Allemagne maintient sa promesse : l’avenir des six pays des Balkans occidentaux réside dans l’Union européenne. C’est leur place. C’est là qu’une grande partie des jeunes de ces pays voient leur avenir. L’Allemagne est et sera un partenaire proche pour tous les pays de cette région, y compris et surtout pendant l’année où elle accueillera le processus de Berlin.

Retour en haut de page