Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Heiko Maas au Conseil des affaires étrangères à Luxembourg : les relations entre l’UE et la région du Golfe, le Partenariat oriental et des questions d’actualité à l’ordre du jour

Heiko Maas s'est rendu en déplacement à Luxembourg

Heiko Maas s'est rendu en déplacement à Luxembourg, © Felix Zahn/photothek.net

18.10.2021 - Article

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas part aujourd’hui pour Luxembourg où il participe avec ses homologues européens à un échange de vues sur des questions de l’actualité politique.

La session du Conseil des affaires étrangères, qui réunit aujourd’hui les 27 ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne à Luxembourg, se tient à l’invitation du Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell. L’ordre du jour est bien rempli : Heiko Maas et ses collègues discuteront des relations de l’UE avec la région du Golfe et avec les pays du Partenariat oriental. La situation difficile sur le plan politique et humanitaire en Éthiopie ainsi que celle au Nicaragua seront abordées dans la perspective des élections prévues dans quelques semaines. La réunion portera également sur des développements actuels tels qu’en Afghanistan, en Tunisie et dans les pays des Balkans occidentaux.

Avant le début de la réunion, le chef de la diplomatie allemande participera, à l’invitation de son homologue grec Nikos Dendias, à un petit déjeuner de travail avec la ministre des Affaires étrangères de Libye Najla al-Mangoush. Aux côtés de ses partenaires internationaux, le gouvernement fédéral poursuit son engagement pour le retrait des troupes et des mercenaires étrangers et pour la mise en place d’institutions démocratiques à l’issue des élections de décembre. Par ailleurs, le ministre allemand a prévu, en marge du Conseil, de rencontrer son homologue néerlandais pour un premier entretien personnel. Ben Knapen a pris ses fonctions à La Haye le 24 septembre dernier.

Relations entre l’UE et la région du Golfe

Comment l’Union européenne et les pays du Golfe peuvent-ils encore intensifier leur coopération ? Les ministres européens des Affaires étrangères discuteront aujourd’hui des domaines et des champs d’action dans lesquels une coopération plus étroite avec la région du Golfe est importante. Dans ce contexte, il s’agit notamment de construire dans la région une architecture de sécurité durable, ce qui exige également des progrès rapides dans les négociations concernant l’accord sur le programme nucléaire iranien. S’agissant de la sécurité maritime, du commerce et de la lutte contre le changement climatique, ils exploreront les possibilités de renforcer la coopération entre l’UE et les pays du Golfe, la protection des droits de l’homme constituant ici toujours l’une des préoccupations majeures de l’UE.

Renforcement du Partenariat oriental

Les relations avec une autre région du voisinage de l’UE sont également à l’ordre du jour : dans le cadre de ce que l’on appelle le « Partenariat oriental », l’Union coopère depuis de nombreuses années avec l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Géorgie, le Moldova et l’Ukraine – le Bélarus s’est volontairement retiré de cette plateforme. Ce Conseil des affaires étrangères examinera comment l’UE peut continuer à soutenir les pays du Partenariat oriental. L’enjeu consiste à relever les défis économiques liés à la pandémie de Covid-19. En même temps, l’UE a des attentes claires envers les pays d’Europe orientale quant à l’état de droit et à la bonne gouvernance. Un autre objectif commun est de renforcer la résilience de ces pays face aux influences extérieures, notamment de Russie.

Échange sur la situation en Éthiopie et au Nicaragua

Les ministres évoqueront par ailleurs la situation qui se détériore actuellement en Éthiopie. Au lendemain de la formation du nouveau gouvernement, il est essentiel que les Nations Unies et les acteurs humanitaires dans le pays puissent à nouveau bénéficier d’un accès sûr et sans restrictions pour pouvoir fournir une aide humanitaire.

Au Nicaragua, les élections se tiendront le 7 novembre, mais il y a déjà eu en amont des mesures d’intimidation et des arrestations de membres de l’opposition politique, de journalistes et d’acteurs de la société civile. Les ministres des Affaires étrangères de l’UE discuteront du contexte difficile de ces élections prochaines et des possibilités d’actions communes.

 

Retour en haut de page