Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

La ministre fédérale des Affaires étrangères rencontre ses homologues européens à Brest

Josep Borrell, Annalena Baerbock et Jean-Yves Le Drian à Brest

Josep Borrell, Annalena Baerbock et Jean-Yves Le Drian à Brest, © Florian Gaertner/photothek.de

13.01.2022 - Article

À Brest, les ministres des Affaires étrangères de l’UE discuteront notamment de la situation sécuritaire en Europe orientale et des relations entre l’UE et la Chine. Dans le cadre des échanges sur la « boussole stratégique », il sera question de l’avenir de la politique européenne de sécurité.

Visite en France : échange informel entre collègues de l’UE

Deux semaines après le coup d’envoi de la présidence française du Conseil de l’UE, le haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, ainsi que le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, ont convié leurs homologues européens dans la ville bretonne de Brest. Cette réunion informelle, dite « réunion Gymnich », se tient traditionnellement deux fois par an dans le pays qui détient la présidence tournante du Conseil.

Au début de la présidence française qui durera pendant six mois, la ministre fédérale des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a assuré à la France le plein soutien du gouvernement fédéral :

La présidence française du Conseil de l’UE offre une grande opportunité, que nous voulons saisir ensemble, pour renforcer l’Europe et la préparer aux défis de demain. Les deux amis très proches au cœur de l’Europe que sont l’Allemagne et la France portent une très grande responsabilité pour une Union européenne unie, capable d’agir et tournée vers l’avenir.

Nos amis français peuvent compter sur notre soutien, du début à la fin de cette présidence, afin de poser les bons jalons dans l’UE : pour une relance durable de l’économie, dans le cadre de la lutte contre la crise climatique et de la transformation numérique, et pour une Europe plus souveraine dans le monde. 

--Déclaration de la ministre fédérale Annalena Baerbock, le 30 décembre 2021

La politique européenne de sécurité, la situation entre la Russie et l’Ukraine et les relations entre l’UE et la Chine à l’ordre du jour à Brest

La rencontre des ministres des Affaires étrangères a lieu directement après la réunion informelle des ministres européens de la Défense. En premier lieu, les ministres chargés des Affaires étrangères et de la Défense aborderont ensemble la future orientation générale de l’UE en matière de politique de sécurité. La « boussole stratégique », en cours d’élaboration par l’UE, doit aiguiser le regard de l’ensemble des pays européens sur la situation sécuritaire internationale, tout en adaptant les capacités civiles et militaires de l’Europe aux défis mondiaux.

La réunion des ministres des Affaires étrangères portera principalement sur la situation sécuritaire en Europe orientale. Après les discussions, ces derniers jours, entre les États-Unis et la Russie et les échanges au sein de l’OSCE ainsi qu’au Conseil OTAN-Russie, les 27 États membres de l’UE discuteront à Brest de la marche à suivre. Lors de sa visite à Washington, Mme Baerbock avait souligné à l’issue de son entretien avec son homologue américain, Antony Blinken : « Il ne saurait y avoir de décision sur la sécurité en Europe sans concertation avec cette dernière. » (5 janvier 2022)

Un échange sur les relations entre l’UE et la Chine est par ailleurs prévu. Au vu de la pression chinoise sur la Lituanie, de la situation des droits de l’homme en Chine, mais aussi de l’importance croissante de la Chine sur la scène internationale, les chefs de la diplomatie évoqueront l’attitude appropriée et solidaire à adopter par l’UE à l’égard de la Chine. Cet échange informel offrira également la possibilité d’aborder d’autres questions actuelles de politique étrangère telles que la situation au Mali.


Déclaration de la ministre fédérale des Affaires étrangères avant son départ pour Brest

Avant son départ pour la réunion informelle à Brest des ministres des Affaires étrangères de l’UE, la cheffe de la diplomatie allemande, Annalena Baerbock, a déclaré aujourd’hui (le 13 janvier) :

Cette réunion avec mes homologues de l’UE se tient à point nommé : à l’issue d’une semaine de discussions décisives portant sur la Russie, elle nous offre l’opportunité, en tant qu’Union européenne, de dresser un bilan intermédiaire à Brest. En organisant avec l’UE cette rencontre dès le début de sa présidence du Conseil de l’UE en janvier, la France envoie un signal clair : en tant qu’Européens, c’est à nous qu’il revient de décider de nos positions et nous sommes sérieux lorsque nous disons vouloir des liens étroits entre les États membres de l’UE. Cela vaut particulièrement dans le contexte de la crise actuelle, puisque cela concerne des intérêts qui sont propres à l’UE : de la souveraineté et l’intégrité territoriale d’États indépendants à la situation sécuritaire aux frontières extérieures de l’UE, en passant par des questions de coopération politique et économique entre l’UE et la Russie.

Afin de consolider le rôle de l’Europe dans le monde, il convient cependant de faire davantage que gérer les crises actuelles ; des stratégies et planifications à long terme s’imposent également. C’est précisément pourquoi, au sein de l’UE, nous travaillons sur une « boussole stratégique », dont nous discuterons aujourd’hui en détail avec les ministres de la Défense. Cette boussole stratégique doit donner une direction claire à l’UE et à ses pays membres en matière de politique de sécurité. Si elle veut constituer un poids lourd, l’Europe doit avancer dans la même direction et se montrer unie. Si, en revanche, elle est divisée, elle restera en dessous de ses capacités. C’est particulièrement vrai face à des acteurs autocratiques tels que la Russie et la Chine.

Retour en haut de page