Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’économie allemande en légère croissance

Des branches industrielles fortement exportatrices telles que l’automobile, la construction mécanique, l’électronique et la chimie pâtissent des conflits commerciaux internationaux et des risques liés au Brexit

Des branches industrielles fortement exportatrices telles que l’automobile, la construction mécanique, l’électronique et la chimie pâtissent des conflits commerciaux internationaux et des risques liés au Brexit, © dpa-Zentralbild

14.11.2019 - Article

Le produit intérieur brut (PIB) allemand a augmenté de 0,1 % au troisième trimestre.

L’économie allemande n’est pas en récession. Malgré le ralentissement de la conjoncture mondiale, elle a créé un peu plus de richesses entre juillet et septembre qu’entre avril et juin, a fait savoir aujourd’hui l’Office fédéral des statistiques (destatis). Les statisticiens chiffrent cette croissance du produit intérieur brut à 0,1 % du deuxième au troisième trimestre.

Selon les économistes, une économie est « techniquement » en récession lorsqu’elle connaît deux trimestres consécutifs de baisse. Or, le PIB allemand s’était légèrement contracté au deuxième trimestre.

L’Allemagne a enregistré une croissance de 0,1 % au troisième trimestre
L’Allemagne a enregistré une croissance de 0,1 % au troisième trimestre© Allemagne Diplomatie

Les statisticiens allemands ont d’ailleurs corrigé les chiffres provisoires qu’ils avaient avancés pour le début de l’année. La croissance allemande a été un peu plus vigoureuse qu’on ne le pensait au premier trimestre (+0,5 % au lieu de +0,4 % par rapport à la fin de 2018). Elle a ensuite connu un recul un peu plus prononcé que ce qui avait d’abord été annoncé pour le deuxième trimestre (-0,2 % au lieu de -0,1%).

La consommation, un appui stable

Selon destatis, la croissance enregistrée au troisième trimestre repose principalement sur la consommation des ménages. Son dynamisme est entretenu par la faiblesse du chômage et par la bonne santé du marché du travail. En un an, le nombre d’actifs rémunérés a augmenté de 356.000 à 45,4 millions (+ 0,8 %), selon les statisticiens.

Faut-il en conclure que la reprise économique est proche ? Non, prévient le ministère de l’Économie dans son rapport mensuel. « La conjoncture reste apathique ». La production industrielle reste orientée à la baisse et « les indicateurs ne signalent pas de reprise ». Des branches industrielles fortement exportatrices telles que l’automobile, la construction mécanique, l’électronique et la chimie pâtissent des conflits commerciaux internationaux et des risques liés au Brexit.

Néanmoins, ajoute le ministère, « les indices du climat des affaires laissent entrevoir une première lueur d’espoir ». Les carnets de commandes se remplissent à nouveau. On peut espérer que le creux de la vague est passé.

Le gouvernement allemand table sur une croissance de 0,5 % en 2019 et 1 % en 2020, après les 1,5 % enregistrés en 2018.

A.L.

Plus d’informations :

Office fédéral des statistiques (en allemand et anglais)
Ministère allemand de l'Économie et de l'Énergie (en allemand)

Retour en haut de page