Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Berlin mise sur le dialogue pour réconcilier agriculture et environnement

« Le monde change », a déclaré Angela Merkel devant les syndicats d’agriculteurs. « Il nous faut trouver des réponses nouvelles dans de nombreux domaines »

« Le monde change », a déclaré Angela Merkel devant les syndicats d’agriculteurs. « Il nous faut trouver des réponses nouvelles dans de nombreux domaines », © dpa-Zentralbild

03.12.2019 - Article

La chancelière Angela Merkel a convoqué hier à Berlin un Sommet agricole en réponse au malaise exprimé par les agriculteurs.

Il y a une semaine, 15.000 tracteurs en colère défilaient aux abords de la Porte de Brandebourg et partout en Allemagne. Ils protestaient contre le durcissement des normes environnementales décidé par le gouvernement. Usage très réduit des produits phytosanitaires, interdiction du glyphosate en 2023, nouvelles normes de fertilisation des sols pour protéger les nappes phréatiques, redéploiement des aides de la PAC vers les exploitations écologiquement vertueuses : nombre d’agriculteurs craignent pour leur avenir. Et tous se sentent montrés du doigt par la société. La chancelière Angela Merkel les a reçus hier à Berlin pour dissiper le malaise.

Elle avait convié 40 organisations professionnelles. Ce vaste Sommet agricole réunissait autour de la table les syndicats de l’agriculture conventionnelle, mais aussi ceux de l’agriculture biologique, les apiculteurs, les femmes en zone rurale ou encore les producteurs de biogaz.

La chancelière a souligné son « grand respect pour [leur] travail qui est difficile ». Elle a rappelé qu’ils constituent « un élément essentiel au sein de la société » et reconnu qu’ils sont soumis « à une forte pression à maints égards ».

Biodiversité : « un problème dramatique »

Mais, a-t-elle ajouté, nous sommes confrontés à « un problème dramatique en matière de perte de biodiversité ». Les agriculteurs n’en sont « pas les seuls responsables » mais ils font partie d’un système. Par ailleurs, la protection du climat constitue, elle aussi, « une cause commune ». « Je tiens à le souligner », a-t-elle dit : « Le monde change. Il nous faut trouver des réponses nouvelles dans de nombreux domaines ».

Ces réponses, Angela Merkel veut les trouver « avec les agriculteurs », et non pas « contre eux ». Il faut répondre aux nouveaux défis environnementaux sans oublier que les exploitations doivent être économiquement rentables, a-t-elle dit.

Trouver des « réponses nouvelles » avec les agriculteurs

Sommet agricole hier, à la chancellerie allemande. Sur la mascotte : « Die faire Milch » (« le lait équitable »)
Sommet agricole hier, à la chancellerie allemande. Sur la mascotte : « Die faire Milch » (« le lait équitable »)© dpa

Elle a donc annoncé une série de discussions. Elles auront lieu en 2020 : discussions avec la grande distribution sur le lait et la viande à prix cassés, « forums de dialogue » dans toute l’Allemagne avec les consommateurs et les défenseurs de l’environnement, création d’une « Commission sur l’avenir de l’agriculture » dirigée par les syndicats agricoles. Cette dernière devra formuler des propositions pour la transformation du secteur d’ici à février.

« Nous voulons des produits régionaux et une agriculture de chez nous », a souligné Angela Merkel. « Cela signifie que vous devez avoir un avenir ».

Plus généralement, il convient de remettre l’agriculture au centre de la société, juge la chancelière. Elle projette pour 2020 une « campagne de promotion » des produits agricoles. Et aussi une discussion avec les ministres régionaux de l’Éducation pour éviter de véhiculer une « image trop romantique » de l’agriculture.

A.L.

Plus d’informations (en allemand)

Retour en haut de page