Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Les effets positifs du SMIC allemand

Treppenhaus putze« Le salaire minimum a eu des effets clairement positifs » pour les personnes concernées, soulignent les auteurs

« Le salaire minimum a eu des effets clairement positifs » pour les personnes concernées, soulignent les auteurs, © dpa-tmn

12.12.2019 - Article

Cinq ans après sa création, le salaire minimum allemand a augmenté la rémunération de ses bénéficiaires d’environ 10 %, selon une étude.

Selon les chercheurs de l’Institut de recherche sur le marché du travail et la formation professionnelle (IAB) de Nuremberg, la création d’un salaire minimum légal il y a 5 ans en Allemagne a fait grimper la rémunération de ses bénéficiaires d’un peu moins de 10 % en moyenne. « Le salaire minimum a eu des effets clairement positifs » pour les personnes concernées, soulignent les auteurs.

Peu d’emplois détruits

Le bilan est d’autant plus positif que « les destructions d’emplois qui étaient redoutées ont été très rares », ajoutent-ils. « Elles se sont concentrées sur les mini-jobs », c’est-à-dire sur les emplois atypiques sans charges sociales. Or, environ la moitié de ces emplois précaires perdus au 1er janvier 2015, lors de la création du SMIC, ont été reconvertis en emplois stables et pleinement soumis aux charges sociales, ont constaté les chercheurs.

Les auteurs de l’étude mettent toutefois en garde. « Des effets négatifs sur l’emploi ne sont pas à exclure en cas de récession ou d’augmentation brutale des salaires », écrivent-ils. Certaines formations politiques plaident actuellement à Berlin pour un net relèvement du SMIC de 9,19 € de l’heure à 12 €.

Dernier constat : l’amélioration de la situation financière des bénéficiaires n’a pas augmenté la productivité. Mais les salariés concernés se disent nettement plus satisfaits de leur rémunération.

Ce n’est sans doute pas fini. Fixé initialement à 8,50 € de l’heure (au 1er janvier 2015), le SMIC allemand doit en effet passer à 9,35 € de l’heure au 1er janvier prochain.

A.L.

Plus d’informations :

Institut de recherche sur le marché du travail et la formation professionnelle (IAB) (en allemand)

Retour en haut de page