Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Comment l’Allemagne veut recruter des étrangers qualifiés

Un sommet a réuni hier à Berlin responsables politiques et partenaires sociaux pour remédier au manque de main-d’œuvre qualifiée

Un sommet a réuni hier à Berlin responsables politiques et partenaires sociaux pour remédier au manque de main-d’œuvre qualifiée, © dpa

17.12.2019 - Article

Électriciens, métallurgistes, mécaniciens, cuisiniers, infirmiers, auxiliaires du 3e âge, informaticiens, développeurs informatiques : dans de nombreuses professions, les entreprises allemandes ont de plus en plus de mal à recruter.

De l’avis de nombreux chefs d’entreprise, c’est aujourd’hui l’un des principaux freins à la croissance : l’Allemagne manque de main-d’œuvre qualifiée. Le recrutement de certains profils (mathématiciens, informaticiens, scientifiques, techniciens, personnels soignants, employés de la construction et de l’hôtellerie-restauration) est même devenu un vrai défi. C’est une évolution inquiétante à l’heure où l’innovation est la clé de la croissance à venir, et où la compétition pour attirer les meilleurs cerveaux s’est mondialisée. Un sommet s’est tenu hier à Berlin pour élaborer des solutions.

Il réunissait autour d’une table des ministres fédéraux, des responsables des länder et les partenaires sociaux. La discussion ne partait pas de zéro. Le gouvernement a élaboré depuis plusieurs mois une stratégie visant à accroître le vivier de personnes qualifiées. Elle comporte trois piliers : exploiter le potentiel de main-d’œuvre disponible en Allemagne (en encourageant, par exemple, les femmes et les séniors à reprendre un travail et en utilisant le levier de la formation), recruter des citoyens d’autres pays de l’Union européenne (UE) et, ces deux mesures ne suffisant pas, attirer des étrangers non-européens.

Une nouvelle loi en mars 2020

Électriciens, métallurgistes, mécaniciens, cuisiniers, infirmiers, auxiliaires du 3e âge, informaticiens, développeurs informatiques : dans de nombreuses professions, les entreprises allemandes ont du mal à recruter.
Électriciens, métallurgistes, mécaniciens, cuisiniers, infirmiers, auxiliaires du 3e âge, informaticiens, développeurs informatiques : dans de nombreuses professions, les entreprises allemandes ont du mal à recruter.© picture alliance/Jens Büttner/dpa-Zentralbild/ZB

Une « loi pour l’immigration de main-d’œuvre qualifiée » a ainsi été adoptée pour faciliter l’installation en Allemagne de personnes qualifiées issues de pays tiers. Elle entrera en vigueur le 1er mars prochain. Mais comment faire en sorte qu’elle produise des effets rapidement ? Comment, dans un contexte concurrentiel, attirer l’attention des candidats potentiels vers l’Allemagne ? La tâche est plus ardue qu’on ne le pense. C’était tout l’enjeu du sommet d’hier.

Le gouvernement et les partenaires sociaux y ont adopté une déclaration d’intention pour préciser concrètement la marche à suivre. Ils envisagent plusieurs mesures. La première d’entre elles est l’accélération de l’octroi de visas pour les personnes qualifiées. Cela supposera d’augmenter les moyens en matériel et en personnel dans les consulats allemands. Berlin compte aussi accélérer la numérisation des procédures. Les premiers pays concernés sont le Brésil, l’Inde et le Vietnam.

Attirer les candidats

 Le gouvernement et les entreprises veulent, par ailleurs, aider les candidats à préparer leur expatriation en Allemagne. Par exemple, les aider à apprendre l’allemand dans leur pays d’origine.

Ces mesures s’ajoutent à la reconnaissance croissante des diplômes et compétences acquises à l’étranger et un soutien accru à l’intégration des étrangers en Allemagne.

« Nous voulons faire en sorte que les personnes qualifiées trouvent rapidement le chemin des entreprises où l’on a besoin d’elles », a souligné le ministre du Travail et des Affaires sociales, Hubertus Heil. « Il faut éviter la bureaucratie inutile, simplifier les procédures de reconnaissance des diplômes, mieux équiper les services des visas et numériser les procédures ».

L’Allemagne doit offrir des conditions de travail et un environnement attractif, a renchéri la chancelière Angela Merkel. « L’essentiel est que nous véhiculions dans les pays tiers l’image d’un pays ouvert au monde ».

L’Allemagne a créé depuis plusieurs années un site web spécifique pour les candidats à l’immigration. Il s’intitule « Make it in Germany ». Elle prévoit aujourd’hui de créer aussi une Agence spécialisée dans le recrutement de professionnels de la santé.

A.L.

Plus d’informations :

Gouvernement allemand (en allemand)

Site web « Make it in Germany » pour les personnes qualifiées souhaitant immigrer en Allemagne (en allemand, anglais, français, espagnol)

Retour en haut de page