Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Les Allemands doutent de l’avenir du capitalisme actuel

55% des Allemands (et 56% des sondés à travers le monde) estiment que le capitalisme, dans sa forme actuelle, les sert moins qu’il ne leur nuit. Seuls 12% des Allemands (18% des sondés dans le monde) sont d’avis contraire

55% des Allemands (et 56% des sondés à travers le monde) estiment que le capitalisme, dans sa forme actuelle, les sert moins qu’il ne leur nuit. Seuls 12% des Allemands (18% des sondés dans le monde) sont d’avis contraire, © Picture Alliance

28.01.2020 - Article

Selon une enquête internationale, les Allemands regardent l’horizon économique d’un œil plutôt pessimiste. Mais ils ne sont pas les seuls à émettre des doutes quant à l’avenir du système actuel.

En matière économique, 23 % des Allemands se tournent vers l’avenir avec optimisme et 73 % craignent de perdre leur emploi. C’est le résultat du baromètre de la confiance, une enquête mondiale de l’institut de sondage américain Edelman Intelligence publié la semaine dernière à l’occasion du Forum Économique mondiale de Davos.

De manière globale, l’enquête pointe un scepticisme croissant à l’égard du système économique dans sa forme actuelle. En Allemagne, 55% des personnes interrogées estiment que le capitalisme d’aujourd’hui leur nuit davantage qu’il ne les sert. C’est un sentiment partagé par 56% des 34.000 personnes sondées dans 28 pays. Seuls 12% des Allemands (18% des sondés à l’échelle internationale) sont d’un avis contraire.

Le progrès technologique suscite des inquiétudes

Le ralentissement économique est loin d’être seul en cause. Le sondage révèle que les Allemands ont surtout peur de voir les progrès de l’automatisation supprimer des emplois, ou qu’ils redoutent de ne pas réussir à suivre en termes de compétences à l’ère du numérique.

Ainsi, 64% des sondés souhaiteraient que les entreprises s’investissent davantage dans la formation continue, et 75% que les P.D.G s’en préoccupent personnellement.

Selon le ministère allemand du Travail et des Affaires sociales, la révolution numérique devraient détruire 1,3 million d’emplois dans les dix ans à venir. Mais il devrait aussi créer 2,1 millions d’emplois nouveaux. L’Allemagne vient d’adopter une loi pour faciliter la formation et la reconversion des salariés.

Compétence et éthique, les piliers de la confiance

La confiance dans les institutions est en légère hausse en Allemagne. Les médias inspirent le plus confiance, devant les entreprises
La confiance dans les institutions est en légère hausse en Allemagne. Les médias inspirent le plus confiance, devant les entreprises© Allemagne Diplomatie/ A. Lefebvre

Au-delà du virage technologique, cependant, les Allemands souhaitent aussi des institutions plus compétentes et plus éthiques. La compétence et l’éthique sont, aux yeux des sondés, les deux éléments constitutifs de la confiance, selon les auteurs de l’enquête.

Or, s’ils jugent leurs entreprises plutôt compétentes (ils leur donnent 5 points sur une échelle allant de -50 à +50), les Allemands sont moins convaincus par leur comportement sur le plan éthique (-14 points). Ils leur réclament plus d’équité, plus de crédibilité et plus d’engagement pour l’avenir de la société. Ils souhaitent aussi voir les entreprises coopérer davantage avec le gouvernement. Seul un tiers des sondés juge positivement cette coopération à l’heure actuelle.

Par ailleurs, 92% des sondés allemands jugent que les clients, les collaborateurs et l’environnement local ont plus de valeur pour le succès à long terme de l’entreprise que la valeur actionnariale. Les doutes émis à l’égard du capitalisme actuel, et du capitalisme actionnarial en particulier, sont partagés à l’échelle mondiale, selon le baromètre Edelman.

Les gens sont en quête de réponses aux grandes questions telles que la crise climatique, la révolution technologique et la stabilité politique, analyse Christiane Schulz d’Edelman Deutschland dans le quotidien « Frankfurter Allgemeine Zeitung ». « Et parce que les entreprises n’ont pas encore fourni de réponses suffisantes, ils sont de plus en plus nombreux à remettre en question le système capitaliste lui-même. »

Un point positif, cependant : la confiance des Allemands dans leurs institutions, stable depuis plusieurs années, a légèrement augmenté par rapport à l’année dernière. 43% des sondés font confiance aux ONG, 45% au gouvernement et 48% aux entreprises. Mais ce sont les médias qui inspirent le plus de confiance avec 49%.

A.L.

Plus d’informations :

Edelman Trust Barometer :

Pour l'Allemagne seule (en allemand)

Au niveau mondial et par pays (en anglais/ langues nationales)

Retour en haut de page