Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Berlin relève ses prévisions de croissance

Après le ralentissement de 2019, le gouvernement allemand s’attend à un redémarrage progressif de la croissance cette année

Après le ralentissement de 2019, le gouvernement allemand s’attend à un redémarrage progressif de la croissance cette année, © Maxppp

30.01.2020 - Article

Le gouvernement allemand s’attend à un redémarrage de l’activité économique après le ralentissement de 2019. Dans son rapport économique annuel, il table sur une croissance de 1,1% en 2020.

L’économie allemande serait-elle en train de reprendre du poil de la bête après une année en 2019 en demi-teinte ? C’est la conviction de Peter Altmaier. Le ministre allemand l’Économie et de l’Énergie a présenté hier à Berlin le rapport économique annuel du gouvernement pour 2020. Il a dit observer une « lueur » à l’horizon. Selon lui, « les choses avancent par étapes, lentement, mais elles vont dans le bon sens ».

L’évolution du taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) allemand, statistiques et prévisions
L’évolution du taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) allemand, statistiques et prévisions© Allemagne Diplomatie/ A. Lefebvre

Le gouvernement a ainsi relevé sa prévision de croissance à 1,1% pour 2020 (au lieu de 1,0%), et à 1,3% pour 2021. Ces chiffres sont supérieurs à la croissance du produit intérieur brut (PIB) enregistrée en 2019 (+ 0,6%), et plus proches de celle de 2018 (+1,5%). L’Allemagne devrait en tout cas prolonger une décennie de croissance ininterrompue.

Berlin justifie son analyse en expliquant que l’économie mondiale donne des signes de reprise, que la perspective d’un « hard Brexit », source d’incertitudes pour les entreprises, s’est éloignée et qu’un accord partiel vient d’être signé dans le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine. Toutes ces évolutions devraient être bénéfiques pour une nation exportatrice comme l’Allemagne. L’année 2020 comprend, en outre, quatre jours ouvrés de plus que 2019.

De bonnes nouvelles pour les salariés

La demande intérieure devrait néanmoins rester le premier pilier de la croissance allemande, estime le gouvernement. De fait, le rapport annonce de bonnes nouvelles aux salariés et aux consommateurs : un taux de chômage stabilisé autour de 5%, de nouvelles créations d’emploi,  une nouvelle hausse du nombre d’actifs (+190.000) qui devrait atteindre un record (45,4 millions), des hausses de salaires et de revenus, des allègements en matière de prélèvements obligatoires (de cotisations sociales, en particulier) et une accélération maîtrisée de l’inflation (1,5%).

« Devoirs à faire »

Cependant, pour profiter au mieux de cette embellie, l’Allemagne a « des devoirs à faire », a ajouté M. Altmaier. Il faut, selon lui, baisser le prix de l’électricité, revenir à un niveau « supportable » des prélèvements sociaux et créer des conditions favorables à l’investissement.

La politique fiscale fait, par ailleurs, débat. Car l’Allemagne aurait ramené sa dette au niveau prescrit par le traité de Maastricht (60 % du PIB) en 2019. Ou si tel n’est pas le cas, ce sera le cas cette année au plus tard, estime le rapport. Le budget allemand a été à l’équilibre sans interruption depuis 2014.

Le rapport économique du gouvernement a été diversement commenté. Les fédérations patronales l’ont jugé trop optimiste. « Les droits de douanes entre les États-Unis et la Chine demeurent, la perspective de droit de douanes sur les exportations de voitures [de l’Europe vers les États-Unis, ndlr] n’a pas disparu et un Brexit à l’issue encore incertaine se réalise. Tout cela a un impact direct sur l’économie allemande où un emploi sur quatre dépend des exportations », a souligné Martin Wansleben, directeur général de la Fédération allemande des chambres de commerce et d’industrie (DIHK). L’Allemagne est handicapée par le fait que « le prix de l’énergie et la fiscalité deviennent des facteurs de compétitivité de plus en plus importants », a ajouté le directeur de la Fédération du patronat de l’industrie (BDI), Joachim Lang.

A.L.

Plus d’informations :

Télécharger le rapport économique annuel du gouvernement allemand (en allemand)
Ministère allemand de l'Économie et de l'Énergie (en allemand)
Office de presse et d'information du gouvernement allemand (en allemand)

Retour en haut de page