Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L'« Airbus des batteries » se met en piste en Allemagne

Deux milliards d’euros d’investissements et 2.000 emplois à la clé

Deux milliards d’euros d’investissements et 2.000 emplois à la clé : d’ici 2024, une vaste usine de production de batteries électriques va voir le jour sur le site du constructeur Opel à Kaiserslautern (ouest de l’Allemagne) dans le cadre du projet européen d’« Airbus des batteries », © dpa

10.02.2020 - Article

Le site d’Opel à Kaiserslautern va accueillir une vaste usine de production de batteries électriques dans le cadre d’un projet développé par un consortium franco-allemand.

Opel va construire à Kaiserslautern (ouest de l’Allemagne) la plus imposante usine de fabrication de batteries électriques d’Allemagne. Filiale du groupe français PSA depuis 2017, le constructeur allemand va investir deux milliards d’euros et créer 2.000 emplois dans la ville de Rhénanie-Palatinat, a fait savoir vendredi son P.D.G., Michael Lohscheller.

Trois lignes de production sont prévues, d’une capacité totale de 24 gigawattheures. Elles permettront d’équiper près d’un demi-million de véhicules par an, appartenant ou non à la marque Opel. La première d’entre elles doit entrer en service d’ici à la fin de 2024.

Il s’agit d’un projet essentiel, a souligné le ministre allemand de l’Économie et de l’Énergie, Peter Altmaier, lors d’une visite du site, vendredi. « La perspective existe de voir revenir ici d’ici à quelques années une production de batteries que nous croyions perdue depuis longtemps en Allemagne et en Europe. […] C’est une décision majeure en matière de politique industrielle ».

L’État fédéral et le land de Rhénanie-Palatinat soutiennent financièrement le projet. Berlin a débloqué, au total, une enveloppe d’un milliard d’euros pour soutenir la renaissance de la production de batteries électriques. Il s’agit en effet d’un élément clé pour le développement de la voiture électrique, considérée comme l’avenir de l’industrie automobile, et donc d’un facteur essentiel pour la compétitivité de demain. Pour l’heure, le marché des batteries est dominé par les fabricants chinois et sud-coréens.

Les futures batteries « made in Kaiserslautern » viseront la performance et l’autonomie. Mais elles doivent aussi se distinguer par leur performance écologique. « Je suis convaincu qu’[elles] établiront de nouvelles normes en termes de bilan carbone et de durabilité », a dit M. Altmaier.

« Made in Kaiserslautern  », Made in Europe

Le projet s’inscrit dans le cadre plus large de la volonté de créer en Europe un « Airbus des batteries », porté par le couple franco-allemand et appuyé par la Commission européenne. Il s’appuie sur une joint-venture baptisée ACC (Automotive Cell Company), créée par PSA, la maison-mère d’Opel, et l’entreprise Saft, filiale de Total. L’investissement total s’élève à près de cinq milliards d’euros avec l’ambition de couvrir à terme entre 10 et 15% du marché européen.
Une seconde usine de même capacité que celle de Kaiserslautern (24 gigawattheures) doit ainsi voir le jour à Douvrin, dans les Hauts-de-France. Et le 30 janvier dernier, le président français, Emmanuel Macron, a inauguré une usine pilote à Nersac, en Nouvelle-Aquitaine, aux côtés de la ministre allemand de l’Éducation et de la Recherche, Anja Karliczek.

Volkswagen investit à Salzgitter

Chambre propre de l’usine pilote de production de batteries électriques de Volkswagen à Salzgitter (nord de l’Allemagne)
Chambre propre de l’usine pilote de production de batteries électriques de Volkswagen à Salzgitter (nord de l’Allemagne). Le constructeur allemand y produit de petites séries en vue de développer un site de production à grande échelle en coopération avec le suédois Northvolt© dpa
Opel et PSA ne sont pas seuls à être sur les rangs. La voiture électrique est devenue l’horizon du marché automobile, incitant les constructeurs à se positionner. En Allemagne, Volkswagen poursuit lui aussi un vaste projet de fabrication de batteries électriques sur son site de Salzgitter (Basse-Saxe). Le constructeur, qui vient d’engager une offensive dans le domaine de la mobilité électrique, prévoit d’en démarrer la production à grande échelle au début de l’année 2024. Il a annoncé il y a quelques jours qu’il relevait ses ambitions : l’usine de Salzgitter visera une capacité de 24 gigawattheures au lieu de 16.

A.L.

Plus d’informations :

Ministère allemand de l'Économie et de l'Énergie (en allemand)

Retour en haut de page