Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Coronavirus : quelles conséquences sur l’économie allemande ?

La Bourse de Francfort, ce matin. L’indice DAX a perdu beaucoup de terrain à l’ouverture

La Bourse de Francfort, ce matin. L’indice DAX a perdu beaucoup de terrain à l’ouverture, © dpa

09.03.2020 - Article

Avec plus d’un millier de cas confirmés, l’épidémie de Covid-19 continue de se propager en Allemagne. Avec des conséquences économiques impossibles à évaluer, selon le gouvernement. Berlin va prendre des mesures pour soutenir les entreprises.

Inexorable, inéluctable, inévitable, l’épidémie de Covid-19 continue de se propager en Allemagne. Le pays comptait ce lundi matin 1.112 personnes infectées par le nouveau coronavirus, soit 110 de plus qu’hier. Le foyer de contamination le plus virulent se situe à l’ouest : la Rhénanie-du-Nord-Wesphalie (ouest de l’Allemagne), land le plus peuplé du pays, compte à elle seule 484 cas. Mais le sud et ses bastions industriels sont également touchés. Les conséquences sur l’économie sont encore impossibles à évaluer, selon le gouvernement. Mais elles sont déjà bien réelles.

Des conséquences imprévisibles mais déjà tangibles

Les secteurs les plus impactés sont l’hôtellerie-restauration, le tourisme et l’événementiel. 150 avions de la compagnie Lufthansa sont cloués au sol. Les réservations dans les hôtels sont au point mort. Plusieurs grands salons professionnels ont été annulés ou reportés (Foire du livre de Leipzig, Foire de Hanovre, etc.). Le match de Ligue des Champions Paris-Saint-Germain-Borussia Dortmund se jouera à huis clos. D’autres rencontres sportives le seront sans doute dans les jours à venir. L’Allemagne a, en effet, interdit les rassemblements de plus de 5.000 personnes. Et depuis hier, le ministre de la Santé, Jens Spahn, appelle à annuler tout rassemblement de plus de 1.000 personnes.

Dans l’industrie, certaines entreprises sont contraintes de réduire leur activité pour cause de rupture d’approvisionnement. D’autres renvoient leurs salariés chez eux ou pratiquent le télétravail pour éviter la contamination. Les exportations vers la Chine sont en baisse (-6,5 % en janvier). Et ce matin, la Bourse de Francfort a ouvert avec un indice DAX en forte baisse.

Selon le ministère allemand de l’Économie, « les données actuelles ne permettent pas d’observer d’effets macroéconomiques majeurs » de l’épidémie. Mais il est clair que « plus celle-ci dure, plus ses effets seront importants ». Le numéro vert mis en place par le ministère allemand de l’Économie reçoit déjà plus d’une centaine d’appels par jour d’entreprises en panne de trésorerie, principalement des PME.

Des aides pour éviter que le virus « n’infecte l’économie »

Le ministre allemand de l’Économie et de l’Énergie, Peter Altmaier
Le ministre allemand de l’Économie et de l’Énergie, Peter Altmaier© dpa

Dans ces conditions, le gouvernement allemand va prendre des mesures. La proportionnalité est la règle, mais il faut « éviter que le virus ne contamine l’économie », martèle le ministre de l’Économie, Peter Altmaier. Les partis de la Grande Coalition, les Unions chrétiennes et le Parti social-démocrate, ont ainsi décidé hier, lors d’une réunion, d’assouplir l’accès au chômage partiel. Les entreprises pourront y avoir recours au soutien de l’État si 10 % de leurs salariés (au lieu d’un tiers jusqu’à présent) sont concernés par une baisse d’activité. Les salariés seront couverts à hauteur de 60 % du salaire perdu par l’Agence fédérale pour l’emploi. L’employeur n’aura pas à payer les cotisations sociales.

La mesure devrait être annoncée officiellement mercredi en conseil des ministres et se prolonger jusqu’à la fin de l’année. Elle est d’ores et déjà applaudie par les fédérations patronales. La coalition a, par ailleurs, annoncé des aides pour remédier aux difficultés de trésorerie des entreprises, ainsi que 140 milliards d’euros d’investissements supplémentaires étalés sur les dix prochaines années.

A.L.

Retour en haut de page